ROLEPLAY


uiWebPrevious1uiWebNext

#1 [fr] 

Chaque jour en passant la porte de l'Ordre ces mots lui revenait en tête.

"Je sens que quelque chose de grand arrive pour moi, fils. Bientôt je ne serai plus en mesure de garder un œil permanent sur l'Ordre comme je le faisais avant de rendre mon blason et comme je le faisais toujours depuis ma retraite. Je te le demande, rejoint l'Ordre et surveille la maison noble pour moi."


Antonino regardait autour de lui, assit en bout de table dans le Mess vide de l'Ordre.

Tout en découpant la chair de la viande qu'il venait de se préparer, il pensait tout haut. De toute manière, personne ne pouvait l'entendre.

"Voilà toute l'affection que tu as eu pour moi père. Te servir de moi comme d'un outil... et j'ai eu l'espoir de croire que ça allait enfin nous rapprocher. Il m'a fallu attendre tout ce temps pour que tu daignes me reconnaitre après m'avoir abandonné à Freida pendant l'essaim. Tout ça pour que je garde une maison vide... et que je découvre dans les archives que j'avais un frère !"

Un bruit percutant résonna dans tout le Mess. Il venait de planter sa lame dans la table de colère. Le souffle court, il fallait qu'il reprenne son calme.

"Il faut que je le rencontre. Je ne suis pas fait pour errer dans des bâtiments vides à attendre que la poussière se dépose."

Antonino laissa son assiette en l'état et alla dans l'armurerie pour y récupérer son uniforme Alkiane noir qu'il réservait à la traque et sa fidèle hachette fyros, lui qui avait vécu la majorité de sa vie dans l'Empire.

En claquant les portes de l'Ordre, il s'exprima d'une voix déterminée.

"Vauban, mon frère, il est temps que tu rentres t'occuper d'Alkiane avec moi."

#2 [fr] 

« Tes appuis ne sont pas correctement positionnés Vauban. Rappelle-toi, tout est une question de physique et d’énergie. Ton bouclier va te protéger du coup porté contre toi en absorbant une partie de la force d’impact sur toute sa surface. Il suffit que tes jambes soient mal ancrées dans le sol et le transfert d’énergie restant que ton corps doit dissiper te fera tomber… et tu seras un homin à la merci de ton ennemi. »

Elle donna alors deux coups de bâton sur le pied avant de Vauban pour que la pointe soit alignée face à cet homin qui semblait être un maître d’arme. Elle corrigea ensuite l’autre pied pour qu’il le positionne à la perpendiculaire du premier. Un dernier coup de bâton sur le dos pour que Vauban se voûte légèrement, le sommet du casque dépassant à peine de son bouclier pendant que ce dernier frôlait presque le sol.

Elle regarda alors l’homin en armure.

« Commence par la massue tu veux ? Ensuite la claymore, la pique et pour finir la hache d’arme. Vauban devra encaisser ou dévier tes coups. »

« Serae, est-ce vraiment nécessaire de lui imposer des entraînements aussi lourds. Il sait déjà très bien se battre. »

Elle s’approcha presque furieuse devant l’homin en armure, alors qu’elle faisait bien une tête et demie de moins que lui. Elle tapait de son doigt le plastron épais en signe de mécontentement.

« Ecoute-moi bien. Peu importe s’il est bon combattant, peu importe s’il devient une forteresse à lui tout seul, tant que je foulerai Atys, il s’entraînera tous les jours. Je suis bien claire ?! »

Vauban alla s’interposer alors que le ton montait de plus en plus.

« Lumenima, naete. Inutile de vous sentir blessée je vous assure. Je vais m’entraîner avec ser sanena. De plus, nous avons certaines expériences à réaliser ensemble plus tard dans la journée. Retarder la période d’entraînement serait une mauvaise idée. »

L’homine tourna les talons. Vauban reprit sa position, les pieds fermement ancrés au sol, le bouclier au bras. Il prit une grande inspiration en regardant l’homin face à lui, et baissa son casque.

« Ser sanena, à vous ! »

L’homin saisit chaque arme, une à une comme l’avait demandé l’homine et asséna les coups les uns après les autres. Chaque coup porté avait le droit à son précieux conseil.

Portant le premier coup avec la massue.

« Une arme contondante comme une massue s’encaisse ou s’esquive car elle brisera facilement ton bouclier s’il est de mauvaise facture ou s’il est trop fatigué. Quand un ennemi s’apprête à t’attaquer avec, devient aussi ferme qu’un plodéros, encaisse, ou fait une rotation d’un quart sur le côté le plus exposé de ton ennemi et rentre-lui dedans avec ton bouclier, car sil, ce n’est pas qu’un instrument de défense. J’ai brisé bien des os avec un bouclier durant mes batailles. »

Passant à la claymore.

« Une arme tranchante comme celle-ci est dangereuse. Le tranchant ne pourra pas couper ton bouclier en deux mais elle l’entaillera pour sûr et le fragilisera donc pour le prochain coup. Malgré sa taille, l’arme est légère et ton ennemi restera rapide et habile. En plus, il pourra porter des coups directs, perforants. La meilleure chose à faire face à la claymore est d’incliner ton bouclier pour dévier la lame. Elle glissera sur cette surface lisse et légèrement bombée qu’est ton bouclier. »

Prenant la pique une fois désarmé de la claymore par Vauban.

« Attention à la pique. Elle peut aisément transpercer ton bouclier et atteindre ton bras qui le porte. N’essaie surtout pas d’absorber un coup de pique ou de prendre ton ennemi de vitesse, sa portée et sa rapidité te sera fatale. Donne-lui plutôt une fausse ouverture, laisse-le croire qu’il te plante en ouvrant ta garde, bloque ensuite rapidement le manche de sa pique avec ton autre main et mène-le à toi pour le frapper avec ton bouclier. »

Terminant par la hache d’arme, sa Kara Klout personnelle.

« Et voici ta pire ennemie. Cette grande hache est polyvalente pour peu que l’artisan qui l’a créé n’ait pas été pas stupide. Elle peut trancher avec sa lame courte mais le poids de son marteau lui donne aussi une bonne puissance d’impact. Et si je retourne ma Klout côté marteau, sa pointe peut suffisamment perforer ton bouclier pour qu’il perde sa fonction principale. Si tu veux mon avis, offre la tranche de ton bouclier pour encaisser les coups de lame. Tu sacrifieras une partie de ton bouclier mais tu auras une chance de bloquer la lame dans le bois de ton bouclier. Ainsi tu auras le dessus sur ton ennemi en bloquant son arme et dirigeant ses mouvements. »

Le dernier coup porté éclata le bouclier de Vauban. La Kara Klout faisant preuve de son efficacité. Vauban était essoufflé mais satisfait de cet entraînement. Les deux homins se saluèrent comme deux gentlemen puis une dernière remarque se fit entendre sur le terrain.

« Elle pourra dire ce qu’elle veut, vous êtes prêt pour le combat. Et si vous voulez veux mon avis ser Vauban, ce bouclier que serae Mera vous a fabriqué ne vaudra jamais la manufacture matis… mais elle insiste sur le fait de ne pas vous habituer à l’excellence pour que vous ne retrouviez jamais mis à défaut par le matériel. »

La conversation coupa court quand une silhouette noire s'approchait au loin, le pas déterminé.

Edited 3 times | Last edited by Vauban (1 year ago)

---

Vauban

#3 [fr] 

Kessler avançait le pas lourd et la cadence soutenue vers les deux matis qui venaient juste de terminer leur entrainement. Il contenait de plus en plus difficilement sa colère et sa frustration. Bien sûr il ne comptait pas le tuer mais un affrontement en bon et dû forme s’imposait, du moins dans la tête de l’Alkiën en noir.

« Vauban ! Approche que je te salue comme tu le mérite ! »

« Ser, allez-vous barricader dans l’arbre-maison naete. Apparemment cet individu me cherche et me connait. Mettez-vous à l’abri avec lumenima. Je m’en charge. »

La voix de Vauban était étonnamment posée pour une situation que nombre d’homins trouverait stressante. L’homin en noir était encore à bonne distance mais s’approchait de plus en plus rapidement. Tout en ne le lâchant pas du regard, Vauban alla s’équiper d’un nouveau bouclier, un Kara Takod cette fois, une paire de dagues vivantes attachées à l’arrière de sa ceinture. Il jugea de nouveau la distance entre lui et l’inconnu qui faisait maintenant de petite foulée, toujours en aboyant des phrases provocantes. Il fixa dans son dos une rondache vivante avant de penser tout haut en terminant de s’équiper.

« Ma fidèle Kara Klyde ne me fera pas défaut face à… certainement un ktheros trop zélé. »

Alors qu’il était en course, Kessler saisit des deux mains sa hachette qui était attachée dans le dos. Il leva les bras jusqu’à avoir la hachette à l’arrière de sa tête, puis s’arrêta net pour viser et lancer la hachette en direction de Vauban.

« Réveille-toi mon frère ! »

Vauban dévia la hachette fyros sans difficulté d’un coup de bouclier. Il en profita pour sortir sa Klyde de son fourreau et se mettre en garde.

« Tu es vif c’est bien… mais est-ce que ton bouclier va continuer à te protéger contre ma massue ?! »

La phrase à peine terminée, la massue déjà dans ses mains, Kessler portait le premier coup, puissant et droit en direction du Takod de Vauban, déterminé à le lui briser.

Kessler défoulait sa frustration dans ses coups en ne laissant aucun répit à son frère. Le bouclier encaissait les coups qu'il ne pouvait esquiver mais Vauban était rapide et l’inertie de la massue jouait en la défaveur du porteur. Cependant, même si Kessler semblait lent et lourd dans ses coups, il maîtrisait si bien son arme qu’il changea peu à peu de stratégie sans se dévoiler à son frère cadet. Le but était de déstabiliser les appuis de Vauban. Il ne cherchait plus à frapper à chaque coup son adversaire qui ne faisait que contrer ou esquiver les coups sans jamais attaquer. Kessler se mit à volontairement manquer ses attaques, jouant de la lourdeur de l’arme et du comportement exclusivement défensif de Vauban, pour frapper lourdement l’écorce jusqu’à briser sa couche superficielle. Le sol rendu friable par la répétition des coups portés faisait glisser Vauban sur ses appuis.

« Attaque donc Vauban ! Tu vois bien que tu n’arrives plus à te défendre correctement ! C’est ennuyant ! »

Kessler balaya d’un coup rapide de massue au sol pour obliger Vauban à sauter, puis dans l’inertie du mouvement, il continua son tour tout en se relevant et en visant cette fois le bouclier. Juste avant que le coup soit porté, Kessler déclencha l’enchantement d’onde de choc qui était incrusté dans sL’impact fut si puissant que Vauban se retrouva projeté quelques mètres puis loin alors qu’il n’avait plus d’appuis au sol, le bouclier volant en éclats en même temps.

Vauban, se releva au plus vite, quelque peu titubant, prenant sa rondache et rattrapant sa Klyde. Il avait tout de même pris le temps d’analyser son ennemi pendant toute cette première phase de combat. Il s’adressa à Kessler pour gagner un peu de temps et en découvrir plus sur lui.

« Puis-je savoir qui vous êtes ? Vous m’appelez frère, pourtant, si j’avais un modinima je le saurai car depuis mes atecaine-leme années de vie, j’ai toujours été fils unique. »

Kessler retira son casque pour répondre tout en le gardant d’une main par la suite.

« Ces traits ne te disent rien ? Je suis Antonino Maestoso, mais tout le monde m’appelle Kessler. »

« Ceci ne m’avance pas plus… ser. Je vous prenais pour un ktheros au départ mais votre taille et votre carrure ne correspondait pas, malgré votre hargne i matale. »

Kessler pointa de son index le blason de l’Ordre sur son uniforme et poursuivit. « Regarde ça peut être. Toujours rien ? »

« Vous êtes de l’Ordre Alkiane… ou vous avez volé ou contrefait l’uniforme, car jamais un membre d’Alkiane attaquerait un autre sujet de la couronne. J’en conclu donc que vous êtes un imposteur et qu’il est temps d’en finir avec cette mascarade. »

« Mais ?! Quoi ?! Attends, Vauban je suis réell’… »

Vauban prit de vitesse Kessler en ne le laissant pas terminer sa phrase et harponna de sa Klyde le casque de celui qui se revendiquait être son frère, désormais sans protection à la tête. Il chargea net avec sa rondache vivante dans le plastron de Kessler pour l’obliger à reculer et l’éloigner de sa massue. Enfin, Vauban glissa aux pieds de son adversaire en plantant une première dague à travers la robe de l’uniforme noir dans le sol pour limiter les mouvements de Kessler, puis en fit de même avec la seconde en activant la cristallisation d’enracinement de cette dernière. Les racines qui jaillirent de l’écorce piégèrent rapidement Kessler jusqu’à le forcer à s’agenouiller.

Vauban alla récupérer la Klyde plantée dans le casque de Kessler un peu plus loin, maintenant qu’il était maîtrisé. L’enracinement avait lui aussi terminé son développement, offrant le cou de Kessler à la Klyde de Vauban. Et alors qu’il tenait en joug son adversaire une voix claire se fit entendre depuis l’arbre-maison.

« Seri Kessler et Vauban il suffit ! Je crois qu’il est temps de passer aux explications. »

Kessler reconnu la voix et l’homine en question et ne pu s’empêcher de le faire remarquer malgré sa position plus qu’inconfortable.

« Oh mais qui voilà. La plus matis des fyros. Deles silam serae Mera. »
uiWebPrevious1uiWebNext
 
Last visit Monday, 24 June 06:26:59 UTC
P_:

powered by ryzom-api