ROLEPLAY


uiWebPrevious12uiWebNext

#26 [fr] 

Journal de Titus
Aujourd’hui, deux étrangers sont arrivés de l’ouest. Ils accompagnaient notre cher Kickan. Je les ai pas encore vu, mais Tikra dit que ce sont deux fyros venus d’au-delà des contrées verdoyantes. Plus loin que Fort-le-Phare. Plus loin que chez Kickan. Je dis que Tikra raconte encore n’importe quoi. Depuis qu’elle travaille à la passerelle ouest, elle me raconte que des conneries. La dernière fois, elle avait vu un armadaï plus gros que les autres écraser un yetin sous son poids. Si c’était pas ma grande sœur, je la haïrai. Demain, j’irai voir les deux étrangers, et on verra si c’est encore des krakras de Tikra.


J’y crois pas, les deux fyros viennent bien d’un endroit très à l’ouest de la Halte. Par de là l’horizon, il existe des terres où les homins ont bâti d’immenses cités. Le fyros a parlé d’un empire avec un type à sa tête qui a plus d’un siècle. Ça a fait rigoler la fyrette qui l’accompagne. Mais le plus incroyable, c’est que ces deux homins vont vers l’est, en direction de la Citadelle. Du coup je leur ai parlé de mon père, qui était un ancien maraudeur venu prendre sa retraite ici. Ils ont trouvé ça intéressant puisqu’ils m’ont tout de suite posé des questions sur comment c’est là-bas, et où était mon père. J’ai bien vu la déception sur leur visage quand je leur ai dit que mon père était mort deux ans après ma naissance et que je connaissais rien de là-bas. Mais moi, j’ai plein de questions à leur poser. Des étrangers venus d’aussi loin, ça a forcément des tas de choses à raconter, sûrement plus intéressantes en tout cas que les conneries de Tikra et ses armadaïs géants.


Le fyros s’appelle Azazor. Il m’a dit qu’il était une sorte de chercheur de dragon. Du coup, je lui ai montré le dessin du tatouage qu’avait mon père, celui avec le monstre volant cracheur de feu qui s’appelle dragon rouge d’après les vieux du Conseil. Mon père, c’était un chasseur de dragon lui aussi. J’ai bien vu que ça a plu à Azazor. Il a d'ailleurs un tatouage de dragon sur le visage lui. Mais c'est pas le même. Ouais que je lui ai dit, mon père maraudeur était un vrai tueur de dragons. J’aimerai tant être comme lui. Mais faudrait que je quitte ce trou. Parait qu’en dehors de la Halte, c’est trop dangereux. Mais je m’en fous moi du danger ! Je suis fils de maraudeurs ! Fils de chasseur de dragon ! Qu’est-ce que ça peut me faire des yetins ou des armadaïs ?


JE VAIS QUITTER LA HALTE !!!! Après 3 jours à leur tanner les fesses, ils ont fini par céder. Je partirai donc avec eux, direction la Citadelle ! Azazor m’a montré la carte de la route qu’ils suivent depuis tout ce temps. Ça passe d’abord par l’Avant-Poste de la Falaise Nuageuse. Ils me laisseront là-bas et je devrais me débrouiller ensuite tout seul pour continuer. Azazor m’a dit qu’il aimerait bien que je continue avec eux jusqu’à la Citadelle, mais Eeri, la fyrette, ne préfère pas. Parait qu’elle a pas confiance. Azazor m’a rassuré en me disant que la confiance, je la gagnerai en chemin et qu’Eeri changera peut-être d’avis une fois qu’on sera arrivé à l’Avant-Poste. 
Maman, si tu reviens un jour de la Grande Flaque, je te laisserai mon journal intime, pour que tu saches que je t’aime. Mais mon destin m’attend, loin à l’est, chez les maraudeurs. Je veux vivre comme papa.


Le grand départ arrive. J’ai fini de charger Polly avec ma viande séchée. Mes deux nouveaux compagnons l’ont goûté et ont adoré. C’est des bouchers chez eux, entre autre métier qu’ils exercent. Ma viande doit donc être exceptionnelle. Je vais t’ouvrir un marché à l’avant-poste de la falaise, ça va être la folie !
Allez, qu’est-ce que je peux écrire comme phrase ultime sur mon journal ? Un truc qui en jette. Je sais, la phrase que m’a dit Azazor quand Eeri a dit que ce serait trop dur pour moi de les accompagner.
Ne souhaite pas que ce soit plus facile, souhaite que tu n’en sois que meilleur. 
Ouais, je sais que je vais en baver. Mais quand j’arriverai à la Citadelle, je serai un autre homin. Fort et fier, comme mon père !


Neuf jours se sont écoulés après leur départ de la Halte d’Oflovak. Dans la plaine désolée et recouverte de brouillard, Azazor est en tête du cortège, recht à la main. Suivent Titus, tirant son mektoub Polly chargé de viande séchée, puis Eeri, fermant la marche avec son mektoub Ru-Dun, une hachette dans l'autre main. 

Soudain, un grognement se fait entendre. Comme un reniflement puissant. Avant même que Titus comprenne ce qu’il se passe, Eeri lâche son mektoub et sort son bouclier, se plaçant derrière lui pour le protéger. Azazor se rapproche d’eux et se met devant Titus. Le groupe, faisant bloc, a une vision panoramique de la région. Pourtant, rien ne bouge à l’horizon. Le brouillard empêche de voir à 20 mètres. On entend cependant comme une galopade venant droit vers Eeri, suivi d’un nouveau grognement. On voit alors surgir du brouillard un immense yetin haut comme un homin. Il bondit sur Eeri qui pare avec son bouclier et l’envoie valser par-dessus elle. Le yetin tombe sur le dos d'Azazor qui n’a pas eu le temps de se retourner. La bête, à peine sonnée, va planter ses crocs dans le dos du fyros quand Titus, n’écoutant que son courage, s’enfuit en hurlant. Le yetin a un moment d’hésitation en voyant le jeune homin s’enfuir, instant qu’Azazor saisit pour se retourner sur le ventre et donner un coup de hache dans la gueule du monstre. Celui-ci recule en grognant et charge Titus. Il lui bondit dessus les deux pattes en avant et plante ses griffes acérées dans son dos. Le jeune homin s’écroule en hurlant de douleur. Son cri est de courte durée, car le yetin ne perd pas de temps et arrache sa tête d’un coup de mâchoire qu'il envoie valser au loin. Celle-ci roule sur quelques mètres avant de s'immobiliser, le visage déformé par la peur et le regard tendu vers les deux survivants. Le yetin tourne alors sa gueule vers les deux autres fyros qui se sont remis sur leurs jambes et s’apprêtent à en découdre. Mais le yetin s’en délaisse aussitôt et attrape le corps décapité de Titus dans sa gueule qu’il emmène dans le brouillard, vers l’ouest. Ne demandant pas leur reste, Azazor et Eeri en profitent pour s’enfuir, chacun prenant les rênes d’un mektoub et hâtant le pas vers l’est. Ils jettent un dernier coup d'oeil sur la tête de Titus, qui continue de les fixer de ses yeux épouvantés. 

Ainsi vécu Titus, fils d’un ancien maraudeur du Clan des Chasseurs de Dragons et d’une homine partie pour on ne sait quelle raison en quête de la Grande Flaque. Telle est la vie en ces terres reculées. Cruelle, dévorant les faibles et leur destin, dévorant même leur propre passé. Toi qui oseras peut-être t’aventurer là-bas, n’oublies jamais d’écrire ton histoire si tu ne veux pas être dévoré.

Edited 2 times | Last edited by Azazor (2 weeks ago)

---

fyros pure sève
akash i orak, talen i rechten!
élucubrations
biographie

#27 [fr] 

Journal de bord d'Eeri
Germinally ..., 4th AC 2619

Je lui avais dit de mettre un casque.
Si seulement. La bête aurait arraché le casque, et sa tête serait encore sur ses épaules. Qui sait.
Mais dey, j’ai chaud sous mon casque, ça me démange, il a dit.

Cela fait cinq jours que nous marchons, Azazor et moi, sans dire un mot, sans même presque rien avaler. J’ai l’impression de voir les yeux de ce Titus en face de moi, dans la brume. Ses yeux exorbités de terreur sur sa tête sans corps, un flot de sang imbibant sa bouche encore ouverte.
Et dire, j’en ai vues, des choses dégueulasses. Des scènes de torture, des morts atroces, des membres voler. Tiens, quand j’étais jeune légionnaire, la fois où Icus avait tranché le bras d’une matisse, avant de lui ouvrir les veines du cou une à une. Le sang avait giclé sur mon armure, et on lui avait dit de ne pas revenir. On a rigolé. Et évidemment, elle est revenue. On a recommencé jusqu’à ce qu’elle ne revienne plus.

Si seulement on pouvait arriver à la falaise nuageuse, et voir un Titus tout frais, ramené par je ne sais quelle puissance… Peut-être par les maraudeurs? Mais ça me semble peu probable qu’il ait un cristal, et quand bien même il aurait celui de son père, que celui-ci soit actif.

Sur le moment, je n’ai pas eu le temps d’enfiler mes amplificateurs et d’essayer de le soigner. La bête était déjà loin, emportant son corps. Je sais maintenant que ça aurait été vain. Aucune magie de soin même la plus puissante qu’il soit, ne peut recoller une tête sur un corps, autrement qu’en passant entre les mains des puissances. Nous avons donc fui, emportant les mektoubs, et laissant sa tête là où elle était tombée. Si Jena ou Ma'Duk l'avaient rappelé à eux, son visage terrorisé aurait déjà disparu en poussière fine, dégageant cette lueur bleutée.

J’ai peur. Nous avons peur. Mais il faut avancer. On ne le reverra plus. Mis à part dans ma propre folie, ses yeux dans la brumes, et ma propre voix qui ressasse dans ma tête : "‘si tu tombes ici, tu ne reviendras pas.".

D’après nos estimations sur la carte, l’avant poste devrait encore être à cinq ou six jours de marche. Jamais je ne me suis autant réjouie de rencontrer des maraudeurs.


Eeri et Azazor s'attendent d'un moment à l'autre à apercevoir les lumières de l'avant poste au loin.

- Bon, on leur parle de Titus, aux maraudeurs, ou pas, demande Azazor.
- Qu'est-ce qu'ils vont en avoir à faire? Ils le connaissent pas. Au mieux ils se rappelleront du père. Et pas forcément en bien.
- C'est vrai. Sans lui, c'est nous qu'ils vont avoir envie de lyncher, s'ils s'en souviennent comme d'un traitre.
- En même temps, vu leur espérance de vie ici, ceux qui s'en souviennent sont sans doute grabataires.
- Je sais quoi leur dire, de toute façon.
- Et tu comptes m'en parler quand?
- Fais moi confiance, ça te changera.

La fyrette s'arrête :

- Confiance? Mais ce n'est pas une question de confiance, mon pauvre fyros. On a dépassé ce stade. Bien sur que je te fais confiance, je ne me serais pas mise dans cette bouse de situation avec toi, sinon.
- Bon, alors, tu me laisse parler.
- dey. On ne fait pas comme ça. Nous devons avoir la même ligne de conduite. Plus de cachoteries.
- C'est toi qui dit ça, après avoir ramené du matos dangereux sans rien me dire?
- ça va, on va pas recommencer. T'es rancunier ou quoi?
- Tu viens de le découvrir?
- Je veux bien comprendre que tu sois devenu parano avec moi, mais justement, là je te propose de parler, de dire les choses.
- Mouef...
- C'est une question de stratégie. Si tu leur dit quelque chose, puis que j'affirme le contraire juste après, on aura l'air de deux gnoofs... déjà qu'on pue comme des yelks...

Azazor s'arrête, reste un instant pensif, puis renifle autour de lui

- Je ne vois pas le problème.
- Il n'y a pas de problème. Juste une chose à faire : s'assoir et parler. Tu me dis ce que tu comptes faire, et je te dis quel est mon plan. Puis on...
- Peut-être que je ne veux pas entendre parler de ton plan?
- Il le faut. Il y a trop de choses dont tu ne veux entendre parler. Je fais partie de ce voyage. Nous passons ensemble, ou nous crevons. Ensemble.
- Mais je le connais ton plan. On arrives, tu leurs colle une bombe à goo en pleine tronche, et on passe. Mais on ne fera pas comme ça.

Eeri a un petit rire pendant qu'Azazor termine de gromeller quelque chose

- La bombe à goo, c'est le dernier plan. Quand tous les autres ont foiré.
- Excellent. Alors je te ferai signe à ce moment.
- Azazor... Je déconne pas. Tu ne veux pas finir comme Titus. Pas maintenant. Et moi non plus.
- Hrmf...
- Alors on s'assoit, on parle, et on définit ce que l'on fera et dira. Si ça tourne mal, on définit un second plan, et ainsi de suite.
- Tu ne me fais donc pas confiance.

Eeri réfléchit un moment, et soupire.

- Mais si !! Mais imagine, je dis une touberie de trop... Autant que je sache à quoi m'en tenir... Et que je ne sois pas surprise par ce que tu vas leur dire.

Azazor grogne un moment :

- Bon, dès qu'on peut, on s'arrête, et on cause. Si tu y tiens.
- J'y tiens. Nous sommes une équipe, rappelle toi.
- ney... une équipe...


Quelques kilomètres plus loin, les deux fyros trouvent un endroit un peu abrité et caché, pas loin d'une balise et dans le creux d'une petite butte. Ils décident de rester là pour la nuit et mâchonnent chacun un morceau de viande d'armadaï, nourriture énergétique, la seule qui permet de garder un tant soit peu d'énergie et d'entendement dans cet endroit.

- Je commence, ou tu commence?
- À quoi?
- Plan A, plan B, plan C...
- T'en as tant que ça?
- Jusqu'au plan goo.
- Alors je vais commencer, comme ça si tes conneries sont trop longues, je pourrai m'endormir.

Eeri ne peut s'empêcher de rire à cette dernière remarque d'Azazor, qui étrangement répond par un un petit sourire satisfait..

-Je t'écoute, dit-elle.
- Alors, voilà ce que je vais leur dire...

---

Eeri
"Quand on a le nez trop près de la bouteille, on ne voit plus le bar"

#28 [fr] 

Après trois semaines de marche, ce sont deux homins épuisés qui arrivent au pied de la pente menant à l’Avant-Poste de la Falaise Nuageuse. Celui-ci est jusque-là resté caché à la vue des homins par un épais manteau de brume, si ce n'est il y a quelques jours, quand la brume s'étant levée, ils ont pu l'apercevoir à flanc de falaise. Comme on leur avait expliqué avant leur départ de la Halte, l’ascension commence par un long et étroit chemin serpentant entre les racines, souvent remplacé par des escaliers taillés à même le bois quand le chemin est trop pentu. Il finit ensuite par un élévateur comme pour la Halte. D'après ce qu'on leur a dit, le désert où est construit l'avant-poste est bien plus haut que le continent verdoyant où se situait Fort-le-Phare. Ils ne peuvent pas encore voir le haut de la falaise à cause de la brume, mais la falaise doit être gigantesque.

Après une remontée laborieuse de plusieurs heures, en tirant des mektoubs aussi éreintés qu’eux, Eeri et Azazor sortent enfin de la brume. Ils peuvent alors voir se détacher l'avant-poste, une structure principalement en bois posée à flanc de falaise. Bâti sur une grande racine qui dépasse de la falaise, l'avant-poste est solidement protégé, à l'ouest par le vide, ailleurs par des murailles. Celui-ci est détenu par les maraudeurs, bien que les rangers y soient autorisés. La nuit tombant, il se détache du ciel étoilé grâce à des flambeaux allumés de-ci delà. D'où ils sont, il semble déjà imposant. Pourtant, il leur reste encore plus de la moitié de la hauteur de la falaise à grimper.

- Il reste probablement au moins une heure avant d’arriver à l'élévateur. Je te propose de passer la nuit ici et d’attendre demain matin pour y aller.
- Sûr qu’on sera plus frais.

Eeri note le changement d’Azazor à son égard. Avant, il n’aurait pas proposé mais imposé. Mais depuis leur conversation il y a quelques jours sur leurs plans respectifs pour se faire accepter des maraudeurs, il semble enfin la prendre un peu plus au sérieux.

Ils posent leurs affaires à dos de falaise. Comme toujours depuis leur départ, Eeri s’occupe d’attacher les mektoubs et de leur donner à manger, tandis qu’Azazor s’active à allumer un feu. Avant que le bois ne prenne, Eeri le stoppe dans son élan.

- C’est peut être pas très prudent d’indiquer notre présence ce soir tu trouves pas ?
- T’as raison, pas de feu ce soir.

« T’as raison ». Oui, décidément, Azazor a changé.

De là où ils sont installés, ils peuvent voir à l’ouest la couverture nuageuse qui recouvre la Mer de Bois. Sagaritis émerge au-dessus de la brume. L’astre aux anneaux semble flotter sur les nuages, comme une bulle de savon prête à éclater. Une bulle fragile, comme la situation de nos deux homins, perdus dans le brouillard à des années de marche de leurs amis.



Azazor rêve ce soir-là. Il se remémore ce jour où il a annoncé son départ à la chancelière de l’Académie Impériale.

C’est un jour d’orage, comme le désert en connaît parfois. La pluie vient marteler les façades de l’Académie Impériale dans un grondement assourdissant. Prenant son courage à deux mains, Azazor frappe à la porte de l’archiviste impériale. Il a terminé sa formation initiale depuis peu. Avec la publication de ses nombreux ouvrages, il se sent enfin légitime pour demander une place au talumetim-an, la formation élitiste de l’Académie, celle auprès des grands maîtres.
Pourtant tout ne se passe pas comme prévu. Euphanix Apotheps lui dit que le temps n’est pas encore venu. Et puis, aucun maître ne le soutient. Tous accordent à l’akenak une certaine intelligence, de l’intuition et une bonne mémoire. Mais il lui manque tantôt un peu de rigueur et de discipline, tantôt un je ne sais quoi. Azazor a beau insister, demander ce qu’il lui manque réellement, rien à faire, l’archiviste n’a pas le temps pour ça, elle est très occupée. Le fyros finit par exploser, il exige qu’on le mette au défi, qu’il est bien plus méritant que la plupart des élèves qu’il a côtoyés pendant sa scolarité tardive, que ce n’est pas juste. Il veut seulement qu’on lui dise ce qu’il doit faire.
Alors, se levant calmement de son bureau pour s'approcher d'Azazor, Euphanix prend un ton grave.

- Tu veux savoir Azazor pourquoi à l’Académie rares sont les homins qui t’apprécient ? Je vais te le dire, puisque tu tiens tant à savoir la Vérité.

Le fyros regarde intensément la chancelière, prêt à encaisser le coup. Celle-ci lui dit alors ce qui le marquera à vie, ce qui le poussera à entreprendre ce voyage jusqu’aux Anciennes Terres.

- Tu n’es pas de leur monde, voilà tout. Ils sont issus pour la plupart des plus hautes classes sociales. Alors que ton père était un médiocre apprenti boucher et un piètre combattant. Quant à ta mère, ce n’était qu’une prostituée dégottée au bar par ton père un jour de beuverie. Voilà la crue Vérité !

Azazor encaisse difficilement le choc. Il avait toujours vu son père comme un grand soldat. Quant à sa mère, qu’il n’a pas connu, il ne la connaissait que dans les dires élogieux de son père. Il sert les poings, son visage virant au rouge.

- Désolé akenak, mais tu viens d’une classe sociale à peine au-dessus de la sciure. Ton ascension au sein de l’Empire est une injure pour beaucoup de bien nés.

N’en pouvant plus, l’ancien légionnaire s’écroule à genoux, ses poings serrés venant cogner le sol avec force. Une larme vient s’évaporer sur son visage brûlant de colère et de honte. La dernière fois qu’il a versé une larme, c’était à la mort de son ami Lopyrech, il y a bien longtemps. La rage ne tarde toutefois pas à reprendre le dessus.

- Mon père est mort lors du second grand essaim pour défendre la retraite de notre peuple jusqu’à l’Oasis Kami ! Il a sauvé tous ces traines-palais, tous ces lâches qui...
- Oui, je sais. Il a fait partie des volontaires restés à Pyr pour couvrir la retraite des autres homins. Et en cela, il a sauvé l’honneur de ta famille. Mais tes origines parlent malheureusement en ta défaveur auprès d’une certaine élite sociale.

Elle pose une main amicale sur l’épaule du fyros.

- Fût un temps, l’Empire était beaucoup plus méritocratique. Mais de nos jours, ceux d’en haut se méfient de ceux qui viennent d’en bas. C’est comme ça. Alors laisse le temps au temps. Ils finiront par reconnaître ta valeur.
- Le temps… Non, je n’ai pas de temps à perdre ici ! Ils veulent du mérite, alors je leur en donnerai au centuple !

Se faisant, il se relève et s’apprête à partir. La chancelière ne tente pas de le retenir. Elle sait qu’il ne sert à rien d’apaiser un feu qui brûle. Il faut attendre que celui-ci ait fini de se consumer. Alors qu’il est dans l’encadrure de la porte, Azazor se tourne une dernière fois vers elle.

- En vérité nous autres les basses classes, nous sommes comme le bois. C’est le bois qui supporte la douleur du feu. C’est lui qui, enflammé, cuit la viande. Mais quand vient l’heure de manger, on dit au bois : tu ne peux pas venir à table, tu salirais la nappe. On laisse alors le bois se consumer et retourner à la sciure.

Avant qu’il ne claque la porte du bureau de l’archiviste, Euphanix l’apostrophe.
- Que vas-tu faire Azazor ?
- Je vais chercher le Dragon, là où tout a commencé.
- Au Nexus ?
- Non, dans les Anciennes Terres. A Coriolis.

Quelques jours plus tard, il enverra une lettre à Euphanix, lui expliquant son projet, qu’il mûrissait depuis des années déjà. Établir une carte de la route d’Oflovak et du désert ancestral, étudier les kitins locaux, et si possible, percer le mystère de l’incendie de Coriolis. Il ne précise pas son intention de marchander du savoir avec les maraudeurs. Il n’est même pas sûr qu’il en discutera avec eux. Cela dépendra de l’impression qu’ils lui donnent. Quant à récupérer un éventuel artefact impérial dans la cité de Fyre, autant ne pas en parler non plus. Rien ne dit qu’il arrivera jusque-là...

Last edited by Azazor (3 days ago)

---

fyros pure sève
akash i orak, talen i rechten!
élucubrations
biographie
uiWebPrevious12uiWebNext
 
Last visit Tue Aug 16 18:23:54 2022 UTC
P_:

powered by ryzom-api