ROLEPLAY


uiWebPrevious1uiWebNext

#1 Multilingual 

Multilingual | Français | [English]
The darkness prevented the dynastic guards from well distinguishing what was happening. Despite the lights that illuminated the city, they didn't see further than the end of their masks at the exterior of the enclosure of Min-Cho. An abnormal din was approaching. Gia'suki was running towards the south entrance with a group of kinchers at her tail. She was ready to risk everything. She charged on Gei Be-Pian, the guard that was standing in the middle of the entrance, roaring like a vorax. The guards went into formation to block the access to the city and discovered in horror that she brought with her very unpleasant company. She lifted her enormous mace and threw it towards her opponent, who rotated to dodge it. Once the passage opened, she hid behind the buildings, safe from the reinforcements that ran to aid their fellows.The antekami cowered at the last place the guards would search her : behind a tran right beside the Kami altar. She lingered in the shadows, hidden by the long grass during multiple hours, while the situation was calming down a bit. She started advancing to the prison but stopped when two Kwaïs materialised in front of her. Decidedly the tide was turning in her favor for once. She grabbed the male and put a dagger at his throat. The woman that accompanied him recognized her immediately.

-Gia'suki, what are you doing?!
-Shh ba'kwai, if you make any noise, I will bleed your friend like a bodoc. You know that I will do it.
-I'm not a bodoc! I'm a timari! And what game are you playing?! asked the homin.
-That's it my izam, it's a game and the best one, because everyone can win.-Gia'suki, let Hiro leave, kai'bini.
-Of course Lai'Suki, as long as you let the Antekamis that are imprisoned leave. That seems fair to me, no?
-No way!
-Are you sure?

With these words, the large zoraï let her blade slightly slide along the throat of the homin who, petrified, didn't even dare to resist and who could barely move anyway under the impressive grip of his kidnapper. A cut, not deep for now, appeared on the blue skin of Hiro. The sap already started to drip down on his naked chest.

-Stop it, kai'bini...
-Stop whining! You know what you have to do!-How do you want me to do such a thing?!
-You are an Initiate of those stupid theocrats, baka. If you ask to enter the prison to, I don't know, accompany a prisoner on the way to the eternal bliss of Ma'Duk, they will undoubtedly let you pass. Tell them what you want. Get at least one to leave, to take some fresh air. And if the guards get worked up I will cut them into stewing cubes.
-Whatever... I will help you, but let me do it my way, otherwise it will only attract attention and we won't be able to leave the city afterwards. We have to silently neutralize the guards at the entrance of the prison. Lai'suki left the shadows and threw a sleep spell at the first guard. When the second one turned around to see what was happening, she hit him in the belly with the pommel of her axe. His breath taken away, he bent in half and she tied him up with strings made from dorao and gagged him with a piece of buo fiber. She repeated the process with the second guard before he regained conscience and moved the bodies into the shadows. She searched the two Zoraïs and took their keys.

-Oh Lai' conked the guards, that's not wise... murmured Hiro, aghast.
-Right? Here, I have something for you my izam. Gia'suki cracked an unhealthy smile on her mask.

After some long minutes of silence, Lai'suki came back out with a meager homin, who was barely able to stay on his feet and walk. She carried him and led him to the Kami altar. Gia'suki got carried away and released her prisoner.

-Dounlor, what have they done to you?! Oh these bastards, they let you die of hunger these dirtbags!

The homin didn't answer, he was too weak and confused to realize what was happening. Gia'suki took him into her arms, he weighed almost nothing anymore. Lai'suki took Hiro by the hand and decided that it was time to slip away.

-One moment. You didn't think to give me the slip now that i need you more than ever, Initiate.
-I did what you asked me, find a way to get out on your own and I strongly advise you against trying to raise your hand against Hiro a second time.
-Yui, I suspected that you would react like that... that's why I poisoned your strange Izam! smiled the Antekami.
-You have done... what?! muttered Lai'suki, furious.-Oh yui, poor poko. I will tell you how to heal him, but we don't have much time, I promise you. Look at him. Oh dear, he isn't nice to look at, taunted the enormous homina.
-So what do we do! We won't go through the main entrance in front of everybody!
-Go through the main entrance... yui, that's exactly what we're gonna do. We will leave the Izam here, we don't need him for now. I will create a diversion at the south entrance and you will leave through the north one. Leave on the back of a mektoub and if the guards question you, you will be able to just run away and shake those morons off.
-I could also count on the dynastic healers for the health of Hiro.
-That would be undoubtedly true but by the time they study his case, he would have the time to die three times, will you take that risk? The time flies, Lai'suki.

The homina looked at Hiro and resigned to fetching a mount. She helped the Antekami to put Dounlor on the mektoub and advanced calmly. When the guards intercepted them, she charged directly and heard the guards shout behind her and take on her pursuit. Sadly for them, she advanced too fast and they soon lost her trace. Lai'suki rode to the Grove of Umbra, where she found Gia'suki. The homina was in a rough shape, blood streamed down her mask, following the cracks left by the mutilations she inflicted on it. She grabbed Dounlor and made him fall from the mektoub like a rag doll. The homin growled in protest.

-Doun, we succeeded, do you hear me? You are free!
-Gia'suki, we have a deal, tell me how I can heal Hiro.
-With some water and rest. Make sure that he always lies on his side, in case he would start to vomit. Lai'suki displayed a disbelieving mask.
-Oh yui, I lied to you actually, I didn't poison the izam, I just gave him a good quantity of fu-shia rhizome to nibble. By now he must be completely stoned and in the grip of severe hallucinations. But don't worry, he won't die, the kamis use this stuff on us during the adoption ceremony. Which means that it's his second time, he will survive. Then again, it's better if he gets supervised, he could try weird stu...Lai'suki threw her fist right into the mask of the goo zoraï. She took the bridle of her mount and left in silence. Gia'suki started laughing and yelled:  

-Dafanshi! Get over here! Dounlor is back, we will party tonight! And bring some food, he's thin like a blade of grass, it's a scandal. Gia'suki looked at Dounlor who observed her without saying a word since his arrival.
-It will be ok, we will put you back on your feet, I promise you. And then we will burn everything, to restart from zero.

[HRP]

Tran: totem
Ba'kwai: Mix of the words baka (idiot) and kwai (kamist zorai). It's an insult used by the Antekamis against the Theocracy.
Kai'bini: please
Yui: Yes
Poko: child

Edited 7 times | Last edited by Giasuki (3 weeks ago)

#2 [fr] 

Haokan se téléporta au Vide. Puis il s’approcha de la goo, sortit le petit paquet de son sac, et le lança aussi loin qu’il put, avec un grand cri de rage. Pas vraiment satisfait, il sortit de son sac quelques autres objets, qu’il balança avec autant de force et de rage. Ces trucs allaient lui manquer par la suite, mais là, pour le moment, il devait surtout se retenir de ne pas tenter d’y lancer un gubani, ou sa hache Vedice, ou tout autre chose vraiment irremplaçable.

Enfin, ayant épuisé sa rage, il s’écroula et éclata en sanglots.



***


— Né, fii. Je ne vais pas fuir.
— Okajia ? Tu n’es pas assez forte pour lui résister si elle débarque !
— Je suis lasse de fuir.
— Miiiiiii !
— Jia ? Tu ne vas pas me forcer à partir. Et certainement pas pour aller habiter chez un matis !
— C’est juste le temps que je les mette tous en prison, Mi.
— Tu n’y arriveras pas. Tu n’es pas le premier à essayer.
— Au moins celle-là !
— Elle a échappé à la justice jusque-là, tu penses faire mieux que les patrouilles zoraïes ? C’était une futée, dans leur bande. Les homines antekamies sont souvent plus futées ; ça ne place pas le niveau très haut, mais il ne faut pas sous-estimer leur capacité à embobiner les gens.
— Mais Mi…
— Haokan, cela suffit. Tu m’as prévenu, le reste me regarde. Si je dois fuir, je sais comment m’y prendre. Tu surestimes l’importance que je peux avoir aux yeux des Antekamis. Ceux qui auraient pu s’acharner à me poursuivre sont morts définitivement, nous en avons eu toutes les preuves. Quant à toi, je t’interdis de pourchasser cette homine !
— Jia ? Elle est moins forte que moi. Elle est effrayante, mais j’ai réussi à la battre, même sans être vraiment préparé au combat. Je vais la neutraliser.
— Né. Je ne veux pas que tu approches un des ennemis des Kamis avec ce Vide dans ton cœur. Tant que tu n’es pas allé voir les guérisseurs et qu’ils ne t’ont pas déclaré soigné, le seul moment où il me semble acceptable que tu les croises, c’est sur le champ de bataille, entouré de tes amis.
— Je ne suis plus un enfant, Mi ! Je ne me suis pas entrainé autant pour rester à prier au Temple ! Je suis plus fort que toi, plus fort que cette Antekamie, plus fort que les membres de la Kuilde aussi ! J’ai donné toutes les preuves que je savais me battre.
— Avec de la magie et au corps à corps, peut-être. Mais il y a d’autres combats que tu perds, et ce sont les plus importants.

Haokan regarda sa mère, ulcéré. Comment osait-elle ? Après tout ce qu’il avait fait ? Il vit la peur dans son regard, alors qu’elle se tenait dressée face à lui, et cela l’exaspéra encore plus. Le masque déformé par la rage, la voix sourde, il déclara :
— Ce ne sera jamais assez à tes yeux.

Il n’y avait rien à ajouter, à part lutter contre sa colère. Il quitta l’appartement, claquant la porte avec fureur.

***


La journée avait pourtant bien commencé. Il était allé saluer l’aube du haut du Grand Tunnel Roccailleux. Perdu dans des souvenirs bienheureux, il était dans un de ces rares moments de paix.

Il avait été sorti de ce calme par les cris d’une homine. Pas des cris de détresse : juste quelqu’un qui s’amusait à gueuler depuis le promontoire d’en dessous. Il avait observé la zoraïe discrètement, espérant qu’elle parte rapidement et le laisse à sa tranquillité, se préparant cependant à se téléporter dans un endroit plus serein. Elle avait un casque, une armure moyenne qui enserrait péniblement ses formes débordantes, et une masse quasiment plus grosse qu’elle, ce qui était un sacré exploit.

Puis l’homine avait crié un truc qui avait changé radicalement ses plans :
— FAKUANG SI T’ES A QUELQUE PAR JE T’EMMERDE ! SALE TRONCHE DE CAKE À GOO !

Voilà un nom qui aurait dû rester enterré. Haokan avait attrapé ses armes, s’approchant avec prudence. Pas assez cependant : l’homine s’était sentie agressée par sa seule présence (ce qui, avec le recul, pouvait se comprendre). Elle avait commencé à lui mettre des claques pour lui faire avouer « qui l’envoyait pour la surveiller » ; vite échaudé, Haokan avait attrapé son casque, essayant de ramener l’homine au calme tout en évitant de se faire malmener.

Il avait fini par arriver à se présenter. Elle-même enleva son casque, montrant un masque horriblement mutilé :
— Je suis Gia'suki, j’ai plus de nom de famille. Leader des Antekamis Kaze.

Haokan avait été alors saisi d’horreur. C’était une chose que d’aller voir les Antekamis Kaze qui étaient emprisonnés à Min Cho (et cela avait déjà été une sacrée épreuve), mais se retrouver, ici, loin de tout, face à une des leurs… Et qui se disait Cheffe en plus !

Pendant un long moment, il avait oublié ses heures d’entrainements, les défis qu’il avait déjà relevés et réussis. Il s’était retrouvé comme quelques années auparavant, dans cet état de sidération face à l’ampleur du Mal à combattre, quand il était faible et seul.

Mais il n’était plus faible. Il s’était repris tandis qu’ils se chamaillaient verbalement. Et il savait ce qu’il devait faire.

Il serra son poing sur sa hachette. Il avait déjà tué de nombreux homins, et cela ne l’effrayait plus d’infliger de douloureuses blessures à autrui. C’était ce qu’il fallait faire ; ce que les Kamis commandaient. Détruire la goo, et détruire ceux qui la propageaient. Pourtant, une étrange réticence retenait sa main. Cette homine était un lien vers son passé, une occasion de comprendre des choses que personne d’autre ne connaissait…

Et puis (il ne savait plus comment), sa mère avait été évoquée. Cela avait rendu le zoraï fou. Il avait porté le premier coup de hache. Gia'suki s’était bien défendu et lui avait rendu les coups avec hargne, mais l’entrainement auquel il s’astreignait depuis des mois portait ses fruits. Il l’avait mis à terre. Facilement, même.

Contemplant l’homine qui agonisait à ses pieds, il s’était soudain senti vide. C’était ça, qui lui avait fait si peur ? Juste une grande gueule pas si solide ? C’était pour ça qu’il sacrifiait tout ? Pour un combat déloyal avec une zoraïe tout juste rencontrée, dont il ne savait quasiment rien ?

Les larmes avaient glissé le long de son masque. Il avait saisi ses amplificateurs et relevé son ennemie.
— Va-t’en. Je ne veux plus te revoir. La prochaine fois, tu iras rejoindre les autres à Min Cho.
— Non, la prochaine fois, tu ne me verras pas. T’es fort en tout cas, je te donne au moins ça.

Elle avait sorti un cookie emballé dans un linge, qu’elle avait posé devant lui :
— Tiens c’est pour toi, si un jour t’en as marre du grand mensonge.

Il avait contemplé le cadeau avec fascination et dégoût.
— J’ai déjà assez de Vide en moi sans avoir besoin de ta drogue.
— Tu m’en diras tant. Au revoir beau masque immaculé.

Elle était partie. Il l’avait laissé partir. Puis il avait ramassé le paquet, contemplant le cookie, témoin de sa stupidité.
— Malédiction !

Et il s’était ensuite téléporté au Vide pour se débarrasser du dangereux biscuit.

Last edited by Haokan (2 months ago)

#3 [fr] 

Après une bonne douche sous les Chutes Mystique, l’Antekami se rhabilla et prit ses affaires. Elle se dirigea dans le Bosquet de l’Ombre en évitant les cités Kwai. Un troupeau de bodocs se fit entendre de loin, un détour s’imposait avant de rentrer. Elle se tapie dans l’herbe et avança doucement vers le troupeau. Lequel allait-elle prendre? Lequel allait mourir? Gia’Suki repéra le plus gros. C’était lui, il était pour elle. Elle se prit un élan et bondit en assenant un coup de massue sur la tête de l’animal pour le déstabiliser. Prit par la panique, le reste des herbivores prit la fuite, cherchant un endroit plus sécuritaire où brouter de la verdure. Le bodoc complètement étourdi tenta de s’enfuir mais son sens de l’orientation était en déroute et il peinait à se repérer. Fou de rage, il se débattait et contrattaquait maladroitement son adversaire. La Zorai au masque mutilé prit sa massue et frappa de toute ses forces jusqu’à ce que sa cible ne bouge plus, ce qui fini par se produire. Elle l’attacha par les pattes avec une liane et le traina lentement jusqu’au campement Antekami.

La voyant arriver de loin, les enfants se mirent à courir dans sa direction et lui sautèrent joyeusement dessus pour l’accueillir. Elle les attrapa les uns après les autres et les coinça dans ses bras, faisant mine de les manger, provoquant leur plus grande hystérie. Les plus vieux des Antekami prirent en charge de dépecer la viande rapporté par la chef de shizu. Ils montraient aux jeunes comment le faire pour qu’un jour ils puissent se débrouiller à leur tour.

Elle entra dans sa tente, déposa ses armes puis ordonna la présence de son shaman. Dounlor apparut, couvert de sciure, de branches et d’écorce, on ne voyait même plus de bleu tant il s’était métamorphosé.

-Je savais bien que tu écoutais.
-Est-ce que tu as vu où j’étais caché?
-Né j’ai juste eu l’impression que tu étais là.

Le zorai affichait un air fier et satisfait. Depuis sa sortie de prison, il avait cette lubie de toujours vouloir se cacher dans son environnement et il le faisait à merveille, cela en était presque troublant. Gia’Suki se disait que c’était sans doute une manière de communiquer qu’il ne se ferait plus jamais attraper. Beaucoup de choses était différentes depuis son retour, les années de taule l’avait rendu plus résistant et plus spirituel. Il semblait entretenir un lien particulier avec la Pourpre. Les tortures de la Théocratie n’avaient fait qu’accroitre la force mystique qui l’animait.

-Quelles sont tes intentions en ce qui concerne le jeune kamiste?
-Je n’en ai pas pour le moment, j’attends de voir de quel bois il est fait. Tu as bien vu qu’il est tout sauf stable, rien à voir avec ceux qu’on a l’habitude de croiser.
-Il n’est pas prêt à affronter la réalité.
-Je suis d’accord avec toi.
-Peut-être que la meilleur solution serait de lui faire embrasser la Pourpre de force et voir ce qui se passera? C’est bien ce que nous avons toujours fait.
-Le faire de force ne garantie aucun résultat, je préfère prendre mon temps et voir s’il va succomber de lui même. Il transpire tellement le doute que ce serait bête de ne pas essayer.
-N’es-tu pas celle qui préfère forger les Antekami de toute pièce au lieu de les obtenir à partir de matériaux de seconde main?

Dounlor faisait référence au fait que depuis qu’elle avait la division Kazé en charge, Gia’suki n’espérait plus convertir les homins à leur philosophie. Elle préférait que le clan grossisse naturellement avec le plus de naissance possible. C’est une stratégie qu’elle avait emprunté à ses ennemis de toujours. Les Kamis endoctrinaient les zorais dès leur plus jeune âge et il faut avouer que ça fonctionnait sacrément bien. Elle en ferait de même. Plus il y avait de mômes et mieux c’était. Elle leur enseignait rapidement que le masque était une vieille malédiction lancé par les démons pour les marquer au fer et les posséder. Pour les Antekami, déchirer le masque était une manière sans équivoque de dire: non. La pousse du masque était pour le moment sans parade et il fallait être fort et l’endurer. Après venait le temps de le nier. Les Antekami Kaze avaient mis au point un rituel d’affranchissement où les zorais renonçaient à leur chaines en présence de toute la shizu. C’était l’ultime épreuve de force et de volonté pour intégrer la famille.

-Je n’attends rien de lui mais ça n’empêche pas d’essayer Dounlor, c’est toujours pratique d’avoir de la nouvelle sève au sein du clan.

Le zorai se tût un moment.

-Tu dors avec qui ce soir?
-Avec personne, j’ai pas envie de compagnie.
-Tu pleures toujours Faku…

Gia’suki décocha un coup de poing sur le masque de Dounlor qui esquissa un sourire malsain.

-T’en veux encore ou ça ira?
-Ça ira, je te laisse à tes pensées.

#4 [fr] 

Vers le Fallenor 21, 3e CA 2615 ou à peine plus tard

Haokan regardait l’eau de la fontaine de Pyr couler. Cela l’hypnotisait, faisant doucement redescendre le maelström d’émotions qui l’avait submergé. Il prenait vaguement conscience d’avoir été idiot à plus d’un titre. Bah, c’était de famille.

Et c’était bien tout le problème. Peu importe ce qu’il pouvait faire, cette sève maudite le façonnait. Lutter contre ou l’accepter : cela ne changeait rien. Sa colère s’écoulait dans l’eau de la fontaine, et seule restait la terreur absolue qu’il ressentait face à sa totale impuissance.

Il aurait tellement aimé que les kamis apportent une réponse. Une réponse définitive. Cela aurait été juste. Il était tout prêt à payer ce prix. C’était une façon simple de ramener un peu d’équilibre. Mais cela n’était pas possible.

Tout ce qu’il faisait… ça n’avait aucun sens. Peu importait ses intentions affichées ou inconscientes. Cela faisait un moment qu’il n’avait pas eu le courage d’affronter sa mère, depuis qu’elle avait refusé de fuir la menace antekamie. Si elle voyait son masque à présent, c’était lui qui allait finir en prison. Enfin, peut-être pas, mais il ne voulait pas prendre le risque. Tous les autres, les nékwais, ils ne pouvaient pas voir ni comprendre, et puis cela n’avait aucune importance pour eux. Qui se souciait du sort d’un idiot de kamiste dans son genre ?

Bien sûr, il y avait quelques trykers qui tentaient de le faire parler. Mais à ce stade, Haokan doutait fortement de leurs véritables intentions. Ils étaient tous moqueurs et avinés et la seule chose qui devait les intéresser, c’était d’avoir quelqu’un dont ils pouvaient rire. Avait-il un seul ami vers qui se tourner ? Un véritable ami ? Non, personne ne pouvait l’aider, ni les kamis, ni les homins. Rien ni personne ne pouvait changer son destin. Cette solitude terrible ajoutait à ses souffrances, mais chacune de ses tentatives pour la briser avait été une catastrophe. Il n’était pas certain de la façon dont tout cela allait se finir, mais il était sûr d’une chose : ce serait à l’image de ce monde affreux, plein de désillusions, de vide et de souffrances.

Complètement abattu, mais enfin calmé, Haokan délaissa la fontaine de Pyr et le verre de shooki qui devait encore l’attendre au fond du bar, et se téléporta à Min Cho pour rejoindre son appartement.

Il fallait qu’il arrête de se focaliser sur cette grosse antekamie, elle ne pourrait rien faire de plus que les autres. Il n’avait pas besoin de hâter les choses. Qu’il agisse ou non, le destin finirait par s’accomplir.

#5 [fr] 

En plein milieu de la nuit, les Antekamis Kazé procédaient au Rituel de la Mémoire. Le shaman préparait Gia'Suki à son voyage spirituel pendant que les autres membres de la shizu frappaient sur des tambours à l'unisson. Les Kazé étaient connu pour être désordonnés et chaotiques mais lorsqu'il s'agissaient de musique, ils savaient se synchroniser parfaitement ; sous l'influence de leurs cocktails, ils pouvaient le faire durant des heures. Dounlor libéra sa cheffe de son armure et l'aida à enfiler une longue tunique blanche. Aidé par Les Jumelles, il versa sur sa tête de la peinture violette et sur ses épaules le sang d'un bodoc sacrifié. Deux étrangers avaient été convié pour l'occasion, des intéressés qui se plaisaient à faire la fête de temps en temps avec leurs voisins. Recouverte des liquides poisseux, la cheffe de shizu prit place sur l'autel sacrificiel et avala le breuvage hallucinogène préparé par son shaman. Le reste de l'assemblée en firent autant.

Dounlor commença ses incantations en taki. Son regard se voila au fur et à mesure qu'il entrait en transe, guidé par le son envoûtant des tambours. Au loin, les gardes de Min-Cho pouvaient entendre leur raffut. Les Antekamis étaient agités et par expérience, cela n'augurait rien de bon.

Gia'suki sentait que ses forces l'abandonnaient, son corps était engourdit. Il ne restait que sa pensé et la voix de Dounlor.

-Son masque, concentre-toi sur son masque. Comment était-il?
-Blanc mais...avec des larmes.
-Tu le connais, comme tu connais sa voix. Comment était sa voix?
-Fragile, faible...fatigante, elle me donnait envie de la frapper.
-Gia'suki, tu connais cette créature disciple des démons Kamis mais son nom, tu ne le reconnais pas. La Pourpre me dit que comme toi, elle possède plusieurs noms. Quel est son nom?
-Ylang...
-Né pas celui-là, celui que tu connais. Que je connais et qui est connu de la shizu.
-Je ne sais pas, je ne sais plus.
-Bien sur que tu sais.
-Je...c'est trop loin, il me semble que cela remonte au temps où j'ai déchiré mon masque pour la première fois.
-Raconte-moi encore cette journée.
-C'était après ma cérémonie du masque, je rentrais à Min-Cho. J'étais encore sonné et dans les vapeurs. Il y avait Aku, Krokwai et quelques autres. Je me souviens...de mon premier gookie. Je me souviens de...l'avoir mangé. J'avais trop faim.
-Tu as toujours trop faim.
-Hé hé, c'est vrai.
-Tu ne les connaissais pas encore mais leur masques mutilés ne pouvait mentir. Tu savais qu'ils étaient considérés comme des criminels.
-Yui.
-Et tu savais ce que tu étais en train de faire.
-Je le savais, Dounlor. J'étais jeune mais je savais très bien ce qui était en train de se passer. Je n'ai jamais voulu des Kamis, ni de cette chose sur mon visage. Intégrer la shizu était mon seul recours pour échapper à ces tarés d'initiés et à leurs maitres.
-Tu as choisi la Pourpre et la Pourpre t'a choisi. Te souviens-tu du moment où tu as brisé tes chaines?
-Yui, ils étaient tous là, à...à me regarder en se demandant...si j'allais le faire, si j'allais en être capable. Je me souviens de Fakuang, il me regardait avec ce masque avide et affamé. J'ai pris ma dague...et j'ai déchiré mon masque, une entaille énorme qui court de ma joue gauche à la droite. La douleur était insoutenable... Le sol se dérobait sous mes pieds et ma vision se troublait. Et elle...elle était là...je me suis évanouie.
-Qui était là? Qu'est-ce que tu as vu avant de sombrer?
-Dounlor, je suis fatiguée, je ne me souviens plus...

Dounlor posa sa main sur le masque meurtri de Gia'suki et le serra pour réveiller la douleur et forcer sa mémoire. Elle rugit et essaya d'attraper le shaman pour lui mettre une claque mais Les Jumelles s'interposèrent, tenant chacune un bras de leur mère, l'empêchant de bouger d'avantage.

-Elle était là! L'effroi tordait son masque. Figée. C'était...

Gia'suki se figea un moment et devint hystérique.

Last edited by Giasuki (1 month ago)

#6 [fr] 

-Un prophète du Vide?
-C’est cela, qu’en pensez-vous.
-C’est une idée intéressante Mère, mais il est à des années lumières d’une telle chose.
-Tu penses que c’est irréalisable?
-Nous pensons que les probabilités de succès sont très mince. Nous ne pensons pas qu’il est sage de placer trop d’attente en cet homin.
-Et toi Shaman?
-La Pourpre murmure souvent son nom, il est appelé mais j’ignore si lui-même, entends l’appel. Il ne risque pas de devenir quoi que ce soit si tu t’acharne à vouloir le détruire, Mère des Antekami Kaze.
-Tu comptes m’empêcher de jouer avec ma proie?
-Oui et d’ailleurs j’ai une nouvelle qui va sans doute plaire à cette assemblée. Tu portes encore une fois la vie en ton sein.

Les Jumelles haussèrent le masque de surprise et contempla le masque de la cheffe de shizu, qui lui, ne révélait aucun doute.

-Tu le savais?
-Je m’en suis rendue compte récemment. Je pense que j’en suis à environ 7 cycles.
-Mère!
-Oh! Baissez le ton, je dirige encore cette shizu!
-Tu ne peux pas poursuivre Haokan alors que tu portes la vie, nous nous y opposons.

Gia’suki fusilla ses deux filles du regard. Dounlor était impassible.

-Qu’est….ce que vous me faites là. C'est une crise d’adolescence?
-C’est une mutinerie.

La matriarche poussa un rire effroyable et sorti sa massue.

-Et laquelle d’entre vous prétend pouvoir me prendre ma place…

La plus vieille fit un pas, arrêté si tôt par la plus jeune qui lui murmura quelque chose à l’oreille. La première opina et laissa sa jeune soeur défier leur mère. Elle enleva son armure et ne garda que ses habits de mage et ses gants.

-Je ne te ferai pas de cadeau, ne vient pas pleurer après.
-Je te mettrai en échec sans même te toucher, ne m’en veut pas.

Gia’Suki empoigna son énorme massue et la balança en direction de son insolente fille, qui esquiva le coup. Emportée par son élan, elle ne fut pas capable d’empêcher l'enchanteresse de s’approcher d’elle. La jeune homine lui enleva son casque et posa ses doigts délicats sur le masque de sa mère. Un charme suave et envoûtant résonna dans tout le campement. « Dors…. » Avait-elle prononcé. Gia’suki tomba à genoux et fut rattrapé par sa fille ainée avant de s'écrouler. La cadette sorti une dague etposa son tranchant sous la gorge de la matriarche. L’enchantement prit fin et l'Antekami vaincue s’éveilla.

-Une seule d’entre vous peut prendre la tête de cette shizu, que vas-tu faire?

La cadette resta immobile un moment et se saisi de l’épingle de chef. Elle avança vers sa soeur ainé et posa solennellement un genou sur le sol. Elle leva les mains vers le ciel et lui présenta l’insigne.

Cette dernière prit l'insigne des mains de sa sœur pour le lui épingler immédiatement sur le torse.
- Nous te le rendrons, mère, lorsque tu auras enfanté.
-Nous interdisons toute action militaire contre Haokan et ce jusqu’à nouvel ordre. Considérez-le comme intouchable. Ensuite Mère, nous t’imposons une période de repos, le temps que notre frère ou notre soeur vienne au monde. Pas de combat, pas de complot, pas d’activité trop épuisante, rien du tout.


-Ça implique aussi le sport sans vêtements?
-Que…quoi? Mère qu'insinus-tu!
-Mais rien!

Dounlor se mit à se marrer dans son coin.

-Roh allez on peut rire, non?
-Hmmpff. Bref, reste tranquille. Nous viendrons à toi si nous avons besoin de tes conseils. En attendant, nous poursuivons notre projet en cours.
uiWebPrevious1uiWebNext
 
Last visit Mon Nov 29 00:39:57 2021 UTC
P_:

powered by ryzom-api