Lore & Chronicles


uiWebPrevious1uiWebNext

#1 Mehrsprachig 

Mehrsprachig | English | Français | [Deutsch] | Español

Entdeckung der Rezeptur der schillernden Juwelen der Gibbais, die deren Körperkraft zu erhöhen

[OOC]Veröffentlichungen im Zusammenhang mit der Storyline "Das Geheimnis der Gibbais des Nexus", die darauf abzielt, das Geheimnis der Herstellung von Halsketten zu entdecken, die die Körperkraft erhöhen. [/OOC]

Gemeinsamer Bericht der vier Nationenakademien, veröffentlicht am 16h - Quinteth, Folially 23, 4. AZ 2613.

Vorstudie: Bericht der Akademien über die Majestätischen Salina und ihre Umgebung

Kaiserliche Akademie, für das Reich der Fyros

Die Analyse des Bodens an den Gräben zeigt, dass Aussehen und Zusammensetzung ganz anders sind als anderswo.

Königliche Akademie, für das Königreich Matis

Die vergleichende botanische Untersuchung der Majestätischen Salina und der Gewöhnlichen Salina zeigt, dass
- der Majestätischen Salina eine neue Sorte Salina ist, die nach den Rindenbeben im Nexus erschienen ist. Sie wächst ausschließlich in der Nähe der neuen Bruchspalten. Sie anderswo anzubauen, ist bisher trotz mehrerer Versuche nicht gelungen.
- der Majestätischen Salina zwar optisch einer riesigen Version des Gewöhnlichen Salina ähnelt, aber ein ganz anderes Aussehen in Bezug auf den Sap hat, der farbiger und zähflüssiger ist.

Tempel des Wissens, für die Theokratie der Zorai

Vergleicht man den Sap der Majestätischen Salina und der Gewöhnlichen Salina, so stellt man fest, dass sie unterschiedliche Eigenschaften haben.

Gesellschaft FISCH, für den Trykerverband 

Verschiedene Experimente, die mit dem Sap von Majestätischen Salina durchgeführt wurden, bestätigen, dass dieser unterschiedliche Eigenschaften aufweist (abweichendes Verhalten bei verschiedenen getesteten Behandlungen).

Fazit der Akademien

Der Majestätischen Salina ernährt sich von spezifischen Substanzen im Boden in der Nähe der Bruchspalten, was ihrem Sap einzigartige Eigenschaften verleiht. Es bleibt zu klären, wie man diesen Sap behandelt, um ihn zum Schillern zu bringen, und wie man ihn dann in ein Schmuckstück einarbeitet, um diesem eine besondere "Kraft" zu verleihen.

Bericht der Akademien über die Behandlung des Saps von Majestätischen Salina, um ihn schillernd zu machen

Tempel des Wissens, für die Theokratie der Zorai

Die Beobachtung der Gibbais zeigt, dass der Sap der Majestätischen Salina, nachdem er durch Anritzen des Stammes geerntet wurde, zum Trocknen in die Sonne gelegt wird. Der Beobachtungsabstand erlaubt es nicht, die Fortsetzung der Behandlung zu erkennen.

Gesellschaft FISCH, für die Trykervereinigung 

Der frische Sap der Majestätischen Salina wird luftgetrocknet, zu Pulver zerkleinert und dann mit verschiedenen Substanzen gemischt.
Es ist die Mischung aus trockenem Sap und Wasser, die sich als am vielversprechensten erweist; wenn sie trocknet, bildet sie einen schillernden Sap, der dem ähnelt, der die Halsketten der Gibbais bedeckt, der allerdings beim Trocknen reißt.

Fazit der Akademien

Der frische Sap der Majestätischen Salina muss gründlich luftgetrocknet, zu Pulver zerkleinert und dann mit ein wenig Wasser vermischt werden, um einen schillernden Sap zu erhalten.
Es bleibt, den richtigen Verdünnungsgrad als auch die Auswirkungen dieses Saps auf die Schmuckstücke  herauszufinden.

Bericht der Akademien über die Versuche zur Beschichtung eines Schmuckstücks mit dem schillernden Sap des Majestätischen Salina.

Königliche Akademie, für das Königreich Matis

Verschiedene Experimente ermöglichten es, die ideale Dosierung zu definieren, um einen stabilen schillernden Sap zu erhalten, der beim Trocknen nicht reißt.

Tempel des Wissens, für die Theokratie der Zorai

Die Beschichtung von Schmuckstücken verschiedener Qualitäten durch Eintauchen in den schillernden Sap des Majestätischen Salina ergibt beim Trocknen schillernde Schmuckstücke, die denen von Gibbaïs ähnlich sehen jedoch keine besondere "Kraft" besitzen.

Kaiserliche Akademie, für das Reich Fyros

Wenn man ein mit einer Allegorie graviertes Schmuckstück in den schillernden Sap des Majestätischen Salina eintaucht, erhält man nach dem Trocknen ein schillerndes Schmuckstück, das dem der Gibbais ähnelt, und die Wirkung der Allegorie wird verstärkt.

Fazit der Akademien

Das Eintauchen eines mit einer Allegorie gravierten Schmuckstücks in schillernden Sap erhöht deren Wirkung.
Bei Homins ist der Effekt nicht eine Steigerung der physischen Kraft wie bei den Gibbais, sondern eine Steigerung der Kraft der Allegorie.

6 mal geändert | Zuletzt geändert von Chronicles of Atys (vor 3 Jahren)

#2 [fr] 

En lisant le rapport, Azazor ne peut s'empêcher de sourire. Bon, se dit-il, une fois de plus, c'est l'Académie Impériale qui nous apporte des informations utiles concernant ces bijoux. Un bijou gravé d'une allégorie voit son pouvoir augmenté par trempage dans le suc irisé.

La partie concernant les sols le laisse songeur. Le Maître de xylologie Ulyton Meros lui a fait comprendre que les primes racines (des cavités en fait, a-t-il doctement précisé) n'ont pas une composition de sol différente des quatre autres biotopes. Ce ne peut donc être les racines du 5ème symbole.
Mais ici, le rapport parle d'un type de sol au niveau des failles différents des autres sols d'Atys. Ce peut-il que ce qui est apparu au niveau des failles lors du tremblement d'écorce soit une parti de ces racines du 5ème symbole?

Zuletzt geändert von Azazor (vor 3 Jahren)

---

fyros pure sève
akash i orak, talen i rechten!
élucubrations
biographie

#3 [fr] 

Mazé'Yum lut les rapports avec une expression cynique sur le masque. Il finit par en conclure :
— Le plus intéressant là-dedans est que les quatre académies aient réussi à partager leurs connaissances.
— Ils ont aussi obtenu quelques résultats, signala la scientifique qui lui avait transmis les documents.
— La belle affaire… Nous n’avons pas attendu les gibbaïs pour savoir comment rendre les homins plus forts. Et plus agressifs.

Le zoraï ne montrait qu’un intérêt très limité pour le Nexus et ce qui s’y déroulait. Il y était passé quelques fois, à la recherche d’une quelconque présence de goo, sans en découvrir ; à partir de là, cela sortait trop de son champ d’études pour qu’il y perde du temps. Mais ses collègues n’étaient pas du même avis.

— Ils n’ont probablement pas tout trouvé, reprit la Matisse. Nous avons là un phénomène nouveau, et nous dépendons des miettes que les Académies mettent à jour avec leurs méthodes primitives.
— Nous avons des gens à nous chez eux, qu’ils fassent leur travail pour ramener des données pertinentes.
— Ils ne sont pas à des postes de pouvoirs, ils ne peuvent pas décider de grand-chose et sont tributaires des choix de leurs supérieurs et de la bonne volonté des homins.
— La belle affaire ! Tout seul, je me débrouillerais mieux qu’eux !

Mazé'Yum pris conscience qu’il avait dit une bêtise en voyant le sourire narquois de ses collègues.
— Justement, Maz', tu pourrais nous ramener quelques échantillons.
— Un instant. Je pourrais… mais pas seul. Ça grouille de gibbaïs, là-bas. Trop pour moi, et je ne joue pas avec ces bestioles.
— Allons… Tu n’as quand même pas peur de ces boules de poils ? Ou bien tu aurais plus de considération pour tes lointains cousins que pour ta famille ?
— Stupide. Les gibbaïs sont toujours source de catastrophes.
— Nous avons des protocoles pour ça.
— Je n’ai aucune envie de sentir le torbak pendant des semaines !

Les gibbaïs avaient de la mémoire et une certaine intelligence. Et une rancune tenace. Les membres du Cercle avaient appris à leurs dépens que les expériences sur eux amenaient des représailles longues et pénibles. Mais c’était quand même des sujets utiles à l’occasion, et l’une des méthodes consistait à se parfumer à la glande de torbak pour éviter que les gibbaïs ne reconnaissent leurs tourmenteurs à l’odeur.

— De toute façon, reprit Mazé'Yum, j’ai déjà largement de quoi m’occuper. Certaines expériences ne me permettent pas de m’absenter bien longtemps.
— C’est à ça que servent les apprentis, Maz. À surveiller les expériences le temps qu’elles mûrissent. Et puis tu n’as pas lu nos idées, encore… Ça va te plaire.

Elle tendit un cube d’ambre au zoraï, qui prit ainsi connaissance des réunions qu’il avait pu manquer durant ses absences. Il finit par lui rendre, songeur :
— Intéressant. Il y a effectivement quelques théories passionnantes à expérimenter. Si cela donne des résultats, ce sera bien mieux que quelques allégories boostées. Mais cela peut aussi déclencher une réaction en chaîne. Nous n’avons pas assez d’éléments pour prendre ce genre de risque.
— Une chose à la fois, intervint un tryker qui avait suivi l’échange en silence jusque là. Tu sais ce que tu dois chercher, tu nous ramènes les bonnes données, on analyse tout ça et on avise.
— Ou tu profites de l’occasion pour tester quelques trucs simples après tes prélèvements, reprit la Matisse. Tu n’auras pas assez de matériel pour que ça tourne mal, ces arbres ont l’air vraiment énormes. Si nous avons quelques résultats, nous pourrons organiser une plus grosse expédition, persuader le chef d’engager plus de ressources.
— Il n’est pas au courant ?
— Si, mais à peine plus convaincu que toi.
— De toute façon, est-ce que vous avez des résultats sur les salinas communs ?
— Ils n’ont pas une sève spéciale. Ça marche un temps avant de les tuer, comme pour la plupart des végétaux, mais c’est sans grand intérêt…

Mazé'Yum était pensif à présent. L’idée faisait son chemin peu à peu.
— Vous parlez de ça comme si j’avais déjà accepté de le faire. Les gibbaïs ne me laisseront pas approcher, je n’ai plus assez de fonds pour payer des mercenaires pour m’escorter…
— Et tous ces amis que tu as ici et là, Maz' ? Ils t’aideront pour rien.
— Aucun allié ne bouge facilement, il faut trouver de quoi les motiver. "Rien"… personne n’agit "pour rien". Vous avez assez de ressources pour vous passer de moi.
— Mais tu es une de ces ressources, Mazé'Yum, susurra le tryker.

Le zoraï était suffisamment sensible à la flatterie pour apprécier. C’était vrai qu’il était un atout important pour la tribu, après tout. Et l’expédition ne prendrait pas si longtemps ; les frippos l’attendraient quelques jours. Il repensait à l’intérêt que les Maraudeurs avaient pour le Nexus. De ce côté-là, peut-être…

— Il y a une possibilité… J’aviserais suivant les circonstances. Je ne promets rien, mais si j’en ai l’occasion, je ferais ces prélèvements. Et j’aurais peut-être même une opportunité pour greffer un de ces Salinas.
uiWebPrevious1uiWebNext
 
Last visit Mittwoch 19 Juni 06:25:34 UTC
P_:

powered by ryzom-api