ROLEPLAY - Ryzom Community Forum https://app.ryzom.com//app_forum/ Wed, 27 Mar 2019 00:18:10 +0000 ryApp::FeedBuilder 15 ROLEPLAY - Ryzom Community Forum https://app.ryzom.com:443/app_forum//images/rz_ryzom_logo-144x47.png https://app.ryzom.com//app_forum/ <![CDATA[Chroniques de la Firme]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/27459/11#194127 Fri, 22 Mar 2019 19:19:23 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/194127 La tryker se pencha sur ses notes pour les relire.
Bilan de la réunion des nobles :
Maisons :
- 5 maisons matis présentes, et deux homins + Ambassadeurs (rangers, fédération). 2 nobles.
- Alkiane : renfermés, très aggressifs. Envers le Karan mais aussi envers tout le monde. Ils vont nous poser des problèmes.
- Cara via : Connais pas. A voir ce qu'on peut faire avec eux.
- Amazon mystica : Zendae a pas l'air commode. Mais raisonne correctement. On en fera quelque chose
- Eliatropes : Avec eux, y'a moyen de tisser des liens et d'en sortir quelques choses. Cf projet en cours.
Homins :
- Sylede : resté en retrait. Louche. Neis l'a suivi sans succès. Espion?
- Belauren : sympa. Se sous-estime. Zagh dit espionne. Faut il le croire?
Ambassadeurs :
- Ambassadeur ranger : Zorroagh (?) Tryker. Pas grand chose à dire.
- Ambassadeurs lacs : Kyriann (Théocratie?) Fleur de Tuber. Faut que je le contacte

Sujets abordés :
- Ambassadeur envers la Théocratie. Ny-neeis a été nommée.
- Attaque de Zora avec de la Goo. Maraudeurs (?). A surveiller. Prochaine assemblée de Zora, on escortera Neeis.
- Mur des Fyros. Les alkianes veulent rien faire et se calfeutrer dans le Royaume. Mais le Karan m'a écoutée. J'attends ses consignes.

Bilan de la réunion avec Fleur de Tuber
- Ok pour me renseigner et collaborer avec nous. Bon ressenti.
- J'attends de ses nouvelles

Elle inspira profondemment.
"Lor Homine"... Ca faisait longtemps. Et ça fait plaisir à attendre...
- Hum... Décidemment ces derniers jours ont étés intenses.
Mais il faut agir.

Elle secoua une petite cloche et Derwyna entra.

- Ma fille, il nous faut des yeux et des oreilles dans l'empire. J'avais une connaissance, là-bas. Elle a bossé pour moi un moment. C'est une junkie, mais tant qu'elle a sa dose, elle est fiable.

Elle lança un petit sac à Derwyna

- Donne lui ça. Donne lui comme mission de se fondre dans la foule et de nous rapporter ce qu'elle apprend. Ne lui donne pas trop de cristaux d'élévation d'un coup, ou elle va nous faire une overdose.
- Mais m'man... une junkie Fyros? Tu crois que c'est raisonnable?
- Elle ne m'a jamais trahie avec les années à servir la cohorte, puis la cosa, puis la firme. Ne t'en fais pas, elle fera son travail.
- Bien...]]>
Timna
<![CDATA[The Fyros Finger of Friendship]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29521/1#194112 Fri, 22 Mar 2019 06:52:04 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/194112
In the Ancient Lands, around the time of The Great Swarming, or a little before, or a little after, The Great Emperor Cerakos II ruled over all Fyros and perhaps a bit more.

One day, out riding for some important imperial reason now lost in time, His Eminence rounded a hillside and happened upon a small, ugly peasant boy who's name nobody remembers. The Boy was crying out, stumbling back, and fending off a huge, snapping kincher with nothing but a cheap, poorly designed sword such as you might find for sale in Fairhaven these days by uninformed junior crafters. There wasn't a second to lose, and Cerakos drew his great lance, spurred forward his mighty mektoub Marguerite and joined the fray, spilling the black ichor of the insectoid monster and dispatching its blacker soul to depths of Atys from whence it crawled.

But alas - a single finger from the left hand of The Emperor of the Fyros lay severed on the battlefield beside a stinking kincher pancreas. The finger had been struck from its royal hand by the razor sharp front legs of the deadly ( and now dead ) foe. The Boy, now more terrified than ever, prostrated himself before his vastly superior superior, lamenting inconsolably that his entire stupid life was not worthy of even half a finger of his sovereign. Not even the stuff under one of the royal fingernails ... and so on you get the picture.

The Indomitable Emperor had gone a bit white and shaky and was binding his spurting wound, letting out a tiny wimper that the Boy certainly did not hear nor ever mention again. Cerakos gritted his teeth and said to the trembling child, "Hey. Stop that. Stand up, small ugly boy! Be proud! It was an honor to fight by your side, for you are my kinsman. We are Fyros, you and I. We all must make sacrifices to protect our great people. Be we Kings like myself or the unwashed greasy offspring of dung resin harvesters like yourself. Never forget that." And then, less than two minutes after he had arrived, The Great Emporer Cerakos II had mounted massive Marguerite and was thundering away, leaving only magnificence and his Imperial Finger in his wake.

Yes, it was still there beside the pancreas. Cerakos II was a busy and pragmatic guy and had decided he had no further use for it. Shocked and amazed, the Boy took it and staggered back to his family hovel. There, his small, ugly parents, hearing the incredible story, reverently preserved the bisected digit in the most excellent, most clear, least pungent dung resin they could harvest and set it in a shrine above their meager hearth. ( It was hardly even a hearth. More like a small charcoal hibachi. ) Every night, the Boy touched The Finger to his forehead in deep gratitude, love, and fealty to The Emporer who had saved his small, ugly, dung-resin-smelling life.

For his part, Great Emperor Cerakos II never once regretted losing his Finger to save the Boy. In fact he often thought of the Boy fondly after that, wondering how he fared, wishing him and his family safety during the horrors of The Swarming, which were happening sometime around this story I am sure. And although they never met again even once, The Emperor and the Boy each felt a strong bond of friendship towards the other ever after. And isn't that interesting?

But there is something even more interesting: Such was the nobility of the words of The Emperor to the Boy, and such was the profound adoration of the Boy to the Emperor, that Ma-Duk, The Life Giver, sanctified The Finger ten years later. Sanctified it real good. Ma-Duk decreed that if given in friendship, The Finger shall bless the giver with happiness, whosoever they shall be. And on that day the Boy, now a small, ugly man, honored his Emperor one last time by giving away his most prized possession to a small, ugly friend, and received The First Blessing. And the friend passed it on, and on again, and for this reason the name of the Boy has become lost to us. The Finger belonged to other people after that and many, many homins have held it since then.

( Some continue this tale by mentioning that the relic was eventually passed back to Cerakos II's son Dexton, and was then brazenly stolen by none other than the Specialist Bandit during the migration to Silan! These are urban legends of the most callous sort, containing not a grain of truth! Throw your drink at whoever tries to tell you such nonsense. )

The real story ends here. But is it true? You don't look super convinced. Is The Fyros Finger of Friendship real? Is it still out there?

Yes! Yes yes yes! I personally know this to be true, for I have been given it, held it, smelled the sweet excellent dung resin, and passed it on. I have gloried in the divine happiness bestowed upon me from the Powers of Atys, despised marauder that I am. And perhaps one day you too will be lucky enough to hold this treasure in your own hands, be they small and ugly or royal. If so, give it again in your turn, in the name of friendship, and be blessed.




Author's note: Due to the demand for religious artifacts among the devoutly gullible, it is not uncommon to find fake FFoF's on sale at various cheap hawkers around Atys. These have no efficacy of course, they emit no aura of majestic contentment about them at all. In fact such baubles are usually just short, squishy lumper whiskers encased in basic dung resin of the smelliest sort q30 or lower. Furthermore if every hawker were telling the truth, Emperor Cerakos II's left hand started life with a great many more fingers on it than is common for any of today's homins' left hands.

-Jorgensen]]>
Jorgensen
<![CDATA[Izam diplomatique Bai Lochi]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29511/1#194051 Tue, 19 Mar 2019 14:49:42 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/194051
Holeth, Medis 30, 3e CA 2602

de: Fleur de Tuber Ambassadeur Bai Lochi à la cour du Karan
à: le Gouverneur de la fédération Bai Lochi

document confidentiel rédigé dans l'ancien langage secret des esclaves des Anciens Maitres:

]]>
Fleurdetuber
<![CDATA[fatigué de courir]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/26389/15#194048 Tue, 19 Mar 2019 13:33:06 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/194048 Fleur est dans la grange qui a fait office d'ambassade jusque là.
Il pense aux événements en essayant d'organiser ses idées.

"...I'D'vais être Lor perturbés les grands blanc tor traiter des affaires privés D'vant des étrangers.
L'mur des poilus, i'la l'air d'les inquièter:
y savent An vraiment comment réagir.

si la Firme veux surtout pas que les M'zures gènent le commerce, les Alkianes eux, S'raient pas contre la fermeture du royaume aux étrangers, c'qui pourait M'ner à une Lor Ch'tite guerre!

c'est l'Fiston qui animait la Cour: leur Karan était absent ... étrange...
est-il souffrant? le Karin a réfuté ces rumeurs.
Any, il est resté très évasif...


En tout cas, il'a d'la poigne l'gamin! I'm'a clairement R'mis a Yem place quand y ai oublié qu'on était An dans les Lochi... hé hé

Y ai bien vu qu'ça mettait en joie les vieux Alkianes...
I'sont toujours à R'gretter la belle époque D'laute tyran.
Du haut de D'leur maigres fesses, faudrait An qu'il oublie la grande fête en Loria qu'nos anciens ont donné à leur honneur ...

A l'avenir, i'fra P'tete pas bon ête différent, ici, au Royaume quand L'Vieux S'ra plus et qu'le tout ch'tit aura pris la barre!...

...Et pis la demande de création d'une enclave tryker à Yrkanis: c'est An passé ...hé hé...
..Y étais un peut gonflé sur C'coup là ...
Any i'zont accepté de reconnaitre yem appartement comme ambassade...

E pis leur ambassadeur dans les Lochi , il était An contre le fait d'ouvrir une enclave Matis à Fairhaven....

on verra la suite...

en tout cas, Yem lettre de créances ont été acceptés.

...Lor va falloir que j'envoie yem rapport à la fédération"


le vieux tryker se lève, salut le fonctionnaire de la fédération et se dirige vers son appartement...]]>
Fleurdetuber
<![CDATA[[FR] journal d'une homine sans importance.]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/21190/45#194019 Mon, 18 Mar 2019 16:14:33 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/194019 ]]> Neeis <![CDATA[Sous la surface]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29501/1#193986 Sun, 17 Mar 2019 10:18:28 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193986 Sylede s'inclina et quitta l'assemblée des nobles discrètement.

Il ne lui fallut que quelques mètres pour se rendre compte qu'il était suivi. Il pressa d'abord le pas et pris un chemin de traverse pour sortir de la ville. Puis il couru jusqu'à l'agent des îles de la forêt qui dans un premier temps ne voulu pas le laisser passer. La trykette se rapprochait. Sylede dévoila rapidement son emblème et s'engouffra dans le tunnel...

Il traversa le village, la forêt, puis remonta le chemin qui menait vers l'antre de sa Maîtresse. Elle l'attendait.
- Comment cela s'est-il passé, demanda-t-elle ?
- Ils ont l'air perdus. Ils refléchissent mais aucune voix ne semble s'imposer. Ils s'opposent les uns aux autres mais ce ne sont là que de simples mots. Ils manquent d'ambition et de stratégie pour l'avenir.
Sylede baissa les yeux.
- Mais j'ai été imprudent, j'ai dû semer une poursuivante en courant pour revenir jusqu'ici.
Elle leva la garde de son épée et lui frappa violemment le visage, visiblement hors d'elle.
- Imbécile ! Il fallait simplement attendre tranquillement au bar ou au marché qu'elle se lasse de te suivre. En courant tu lui laisses penser qu'elle est une menace pour toi.
Elle reprit son calme et s'assit dans son fauteuil. Sylede garda pour lui son amertume. Elle réflechit. Un vent glacial parcourut la pièce pendant ce qui sembla durer de longues minutes. Enfin elle se leva.
- Viens !
Elle l'amena près du brasero et y jeta une poudre verdâtre. La lumière du feu devint plus intense puis une épaisse fumée se forma.
- Tu dois faire plus attention. Nous devons encore attendre le bon moment. Il faut être patients, dit-elle doucement.
Sylede respira profondément la fumée verte et regarda dans la lumière. Il commença à distinguer deux énormes crocs, puis des pattes...]]>
Sylede
<![CDATA[Loyal sujet de sa majesté]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/27898/11#193959 Sat, 16 Mar 2019 10:02:38 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193959
informations sur différentes maisons matis.

alkiane
zagh : noble, herën (chef?) d'alkiane
Souhaite voir le karan plus souvent, n'apprécie pas ses absences.
nilstilar : noble? bohören (sous chef?) et ambassadeur chez les trykers. A de la rancoeur envers les zoraïs pour avoir été clément envers les maitres de la goo. (note : le nouveau sage "sève" magnanime envers tous les zoraïs)
aylia : noble
kessler : alkiën (troufion?)

la firme
grobilo : simple sujet? Semble "ronchon" et peu porté sur la religion.
timna : trykette, noble, chef de la guilde, revenue dernièrement.
neeis : trykette, vicomtesse par intérim d’avalae, ambassadrice nouvellement nommée à la théocratie.
derwyna : trykette, fille de timna et ser folken di quincy

cara via
arfur : haut officier cara via
loracas : cheffe de guilde

Amazone
zendae : matis noble ? au service des amazones. M'a dans le viseur on ne sait pourquoi.

sans guilde
sylede : sujet matis, herboriste discret.

Autres, non sujets matis:
fleurdetuber: ambassadrice des trykers au royaume. A voulu une ambassade chez les matis. S’est fait refouler comme une malpropre, sauf par nilstilar, qui, si c’était réciproque, ne serait pas contre. Pour le karin aniro, les lois du royaume s'appliquent partout. Mais n'est pas contre un aménagement du bureau de l'ambassadrice.
Kyriann: apprenti ambassadrice auprès de fleurdetuber. A déjà assuré l'intérim. Ne m'aime pas, et c'est réciproque.

Azazor sourit en voyant la dernière remarque de belauren. Il l'aime bien pourtant, lui, la ptite trykette. Mais il faut croire qu'entre homines de même race, il doit y avoir une sorte de concurrence.

En relisant le rapport, il voit deux pistes pour envenimer les relations entre le royaume, la fédération et la théocratie.

- Soutenir la création d'une ambassade chez les matis? Mais cela pourrait se retourner contre l'empire, en voyant des trykers faire la même réclamation pour le sharük. Et il n'a pas envie que les trykers empiètent sur le territoire fyros.

- Sève? Il ne connait pas ce nouveau sage. Il faudra en parler avec Naveruss, elle est ambassadrice chez les bleus. Si ce zoraï préfère défendre sa race avant tout, ce peut être un bon point pour mettre fin à cette tentative de rapprochement des matis avec la théocratie depuis l'affaire de la goo au vide.

Il range le rapport dans un tiroir de son bureau et se verse une rasade de shooki pour l'aider à réfléchir.]]>
Azazor
<![CDATA[Lacuna's Song]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/21738/15#193866 Mon, 11 Mar 2019 17:28:57 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193866 [OOC A brief interlude: the truth is out there - part one]

 

She sits by her campfire, lost in sadness and stares into her cup - memories of her journey to this place overtake her…

 

Lacuna stares at the creature in the water and is lost for words.  She has heard rumours of the Baldusa, Prakker and the Sagass that are rumoured to live in the waters of the Old Lands, but whether this creature is one of them she is at a loss to say.  It seems too small to be one of these fabled creatures, being somewhat smaller than a full grown Tryker.  With a whip of what is presumably its tail the creature vanishes into the deeper water of the lake.  

Lacuna fills her canteen and returns to her fire. She sat and waited for the Suckling Messab to finish roasting.  She guesses that she must now be in what was once Trykoth.  There is the indications of ruins far to the east of her camp, but her journey will not take her near them.   Whether this is fabled Jeniah or Breneth, or some small settlement, she does not know.  As she waits she idly picks at the node of eyota wood she had unearthed to build her fire.  She can tell that there is pha amber near here too…

She wonders what Alexarwe did with all the supreme pha that she dug for her.  That she was trying to boost amps seems the most likely explanation, but Lacuna has an aversion to this easy way of making heal amps - the loss of elemental power annoys her.  There is still the nagging suspicion that the amber may have been for something else, and not knowing irritates her, like itch one cannot scratch.  Though she made millions dappers in trading pha with Alex, more than she has been able to spend, she has the nagging doubt as to who got the best of their arrangement.  Though Alex is Kami, she is one of the handful of Ma-Duck followers that Lacuna does not want to set fire to as a general principle.  But she is Matis, and one can never trust a MATIS

~~~~~~~~~~~~~

Lacuna sits staring at the flames of Aleeskandaro’s camp fire.  Alees is not sure if she is talking to him or some unseen interlocutor.

‘Have you ever wondered what really happened to the Momo?’

‘Everyone knows, the Matis wiped them out, Lac. There is no conspiracy.’

‘That is a lie!  Just look at the Cutes, Gibbaï and Frahar, they share one feature - they are all ugly, monstrosities who are antagonistic to all homins.  If the Matis are not really the Momo how to do you explain how ugly they are.  Pasty faced freaks, the lot of them!’

Alees coughed and nearly choked on his beer.  ’So, let’s get this straight, you think the Matis are really the Momo!  You think I am a Momo!’ 

Not taking her eyes of the fire, Lacuna retorted: ‘I don’t think, I know!  It’s so obvious!  The Matis were peaceful homins who lived in harmony with Atys and the Momo consumed with jealousy for what the Matis had built rose up and slaughtered them and took their place!  The truth stares us in the face everyday - the Matis are the Momo!  Just look at the way they run, like they have a stick up their bum - walking upright does not come naturally to them.’

‘How much have you had to drink, Lac?’  Alees ‘accidentally’ stretched out a leg and knocked over Lacuna’s beer.

‘I’m not drunk!  Look, if the Matis are not really the Momo, how else do you explain Divinesoul!’  

~~~~~~~~~~~~

For some reason, that Lacuna has never been able to understand, homins refuse to believe her explanations of what is really happening on Atys.  Her sisters never believed her that there was a guild house ghost who kept stealing all the dappers from the lockbox.  To be fair that was just her with a sheet over her head, but still they could have trusted her.  And she only had to make up that story after they stopped believing her that Bones was the thief.  This lack of trust really hurts.  

But I am not lying about the lumpers.

[OOC to be continued… ]

]]>
Lacuna
<![CDATA[Carte des anciennes terres]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29479/1#193838 Sun, 10 Mar 2019 13:54:22 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193838 Un peu de charbon ici, pour tracer l'aqueduc, de la sève là pour la forêt... Voilà, ça commence à ressembler à quelque chose.Il y a encore beaucoup de zones d'ombres. Il espère pouvoir la compléter au fur et à mesure de ses découvertes. Mais la carte forme déjà une bonne base sur laquelle s'appuyer.



Il laisse sécher la carte sur un étendoir dans son bureau. Il a hâte de la partager avec les autres. Les autres? Des homins, de toute nations, en recherche de la vérité.

HRP: Il s'agit uniquement d'une hypothèse de carte basée sur les différentes sources trouvées dans le wiki. Merci de ne pas me faire remonter d'erreurs dessus autrement que de manière RP (mais comme vous n'êtes pas censé avoir vu cette carte pour l'instant, il n'y a rien à dire).]]>
Azazor
<![CDATA[atalùk fyrak]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29443/4#193817 Sat, 09 Mar 2019 10:50:38 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193817
oren pyr Zorroargh

Je vous invite cordialement chez moi à Thesos le Dua, Folially 8 du 3ème cycle pour boire une liqueur de shooki.
J'aimerai discuter avec vous de quelques questions concernant notamment la route d'oflovak et d'autres choses que je ne préfère pas révéler dans cette lettre.
Ce sera également pour vous l'occasion de rencontrer la cheffe des légions fyros et quelques membres des drakanis.

Amicalement,
Azazor, akenak de Thesos.

Forteresse de Thesos.
]]>
Azazor
<![CDATA[[Short Story] Saved by Gubakoo]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29471/1#193708 Wed, 06 Mar 2019 21:52:03 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193708 for Aleeskandaro

The ShadoWalkers sat around a campfire in the marauder camp, chatting and celebrating. After a long while, the sounds of conversation slowly died down.

“Lumi! You could tell a story!” said Sad.Luminatrix smiled. It had been a long time since someone had wanted to listen to her stories. “Very well. I’ll tell you an old bedtime story. I remember my mother telling it to me before bed. When I was little, it scared more than it made me want to sleep, but I wanted to hear it again every night!”

“Once upon a time, when homins were still quite new to the New Lands, there was a big celebration in Knoll of Dissent. Once it dissipated, all the revelers started getting up and going home. One of them, a young Matis, was too drunk. In the darkness, he thought he was going home but he had, in fact, lost his way.

As he walked through the dark forest, fear came upon him. He heard torbaks howling all around. After some time of what felt like going in circles, he saw a light. He thought maybe the fires of the celebration hadn’t burned out yet and he could return there. He couldn’t be more wrong.

He headed towards the fire. Suddenly, bandits fell upon him. ‘Your dappers or your life!’. He didn’t have any dappers, having spent all of them at the celebration on food and drinks for himself and his companions. ‘Your life then!’ said the bandit boss. The young Matis weighed his options, decided to take the chance and started running. The bandits followed suit. The chase was relentless and he was getting tired. Then he saw a vortex in front of him. He jumped right through.

He found himself in a strange land he had never seen before. It was dark with bioluminescence providing just enough light to see. It was eerily beautiful. He would have liked to spend more time exploring but he heard the bandits behind him and had to go on running.

Exhaustion was taking over him. His lungs were burning, his legs felt like they were made of wood. He knew then that he couldn’t keep running forever. He was quite sure at that moment that he would die. Then, he heard a familiar noise from behind him. Surely, it couldn’t be! He turned around slowly. It was white instead of the usual sandy brown but there was no doubt, it was a gubani! And it had friends...lots of them. There was one bigger gubani in the middle of the herd, colored differently. It was black and looked quite threatening. As he stared at the interesting creature, the herbivores surrounded him, chirping softly.

‘Where did he go?’ he heard. ‘I’m sure he went this way!’, said another voice. They sounded like they were approaching. ‘Boss, what’s this? Are they sick or something? Why are they white?’ - ‘Shut up, he must be here somewhe- I see him! Get him!’ The bandits drew their weapons and closed in on our poor hero. He was, once again, sure that he would die. But wait! What kind of a bedtime story would this be if it ended badly? The strange black gubani stood up on its hind legs and let out a roar that nobody had ever heard from such a peaceful creature before.
‘Umm boss...I don’t think this is a good idea’, said one of the bandits, lowering his spear. The others lowered their weapons as well. ‘Yeah, this here thing could kill us. Some stupid boy who has no dappers anyway is not worth our lives. Let’s get out!’ With that, they started walking away. The bandit boss stayed for a moment, then ran after them, yelling something about useless cowards.

The young Matis man didn’t know what to think. He had always thought gubani cute harmless creatures and now one of them had saved his life. He knew two things for sure, however. Firstly, he would not underestimate gubani anymore. And secondly, he would never walk home on his own while drunk ever again”

Luminatrix finished the story but all she got in response was silence. She looked around her. All her guildmates were fast asleep.

“Well,” she murmured to herself softly. “Maybe it’s a good bedtime story afterall.”]]>
Luminatrix
<![CDATA[Investigation sur l'usurpateur Wui Yu-Ruz]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29383/2#193390 Wed, 27 Feb 2019 10:03:38 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193390 Since then she was looking for a way to protect Siela without him taking offence.

Her meeting with Jyrvie from les Larmes suddenly gave her an idea.
Why don't she hire these mercenaries to keep an eye on Siela. For once they would be used to protect rather than destroy!
Immediately said, immediately done.

Jyrvie agreed to take the request to her leaders.

Now Kyriann was waiting for the answer.]]>
Kyriann
<![CDATA[Yet another letter]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29432/1#193311 Mon, 25 Feb 2019 15:09:41 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193311
The years had passed, without altering yet another ounce of the firmness of her bearing nor the suppleness of her gait. Homin-a-s keep well admirably, it is well known...
But the ardour that characterized his youth had changed. Probably the extended stay in Yrkanis had gradually transformed the fiery Amazon into a cold calculator.

Her presence among the subjects was now very discreet, spending most of her time secluded for her research. But she continued to be vigilant about the rumours and movements in the kingdom.

And so recently, the fervor that the fyros were using to finish the Thesos barricade had awakened the vassals' concerns.

"What a stupid idea to attack this futile screen!" cursed the Amazon aloud.

Since fashion was to send letters to Karan, Zendae decided to do the same.
Letter to Karan
Na Karan,

Let me give my opinion as Master of Arms on theshield that the fyros are building south of Thesos.

Strategically, I think this palisade is of almost no use. A wall has never stopped the kitins, as we have known since the fall of Zoran. And even so, the positioning of the wall is absurd, it does not even surround the city. The kitins do not need to touch it, they just have to get out of the bark from the sawdust mines or the canyon.

The same is true for us! Do you intend to attack Thesos, nothing prevents us from teleporting massively north of the wall.

It is only a futile screen, intended simply to give military splendour to Thesos and incidentally to set a trap for the kingdom.

As you were lucidly pleased about when they raised their first tower, they clearly mark the position of their border ! far in their lines.

Just as ours is marked by the positioning of border guards, I would point out. What do we have in between ? warring tribes, a kitin's nest, a marauding camp. Arid matis owe their survival only to their scientific research for the common good. That is how I see the bitter reality.

Their so-called affront would have been of a completely different magnitude if they had disciplined the Woven Bridles and placed the wall at Berello!

What would we gain from attacking the wall?
Let me just doubt that we will win, unfortunately. The risk of being again the laughing stock of other nations is great. And we would be the ones to blame, to attack this facility on their doorstep.

Recently, helping the Zorais in the fight against the goo was one of the best movements the kingdom has ever accomplished, even though it was the Black Circle that gave the final point. Why re-tarnish our image by succumbing to a little provocation? Isn't there a possibility that it could even be calculated to make us put a wrong foot ?

Of course, this is not about sitting back! The best answer to give is in my opinion to finally grow the living barrier around Yrkanis! Which will be much more prestigious and useful than this deadwood palisade.

Sincerely at your service,
Zendae, Master of Arms.

Jena Aiye.
]]>
Zendae
<![CDATA[Letter to the Alliance [Some Karavan Guilds/Les Larmes/Some Marauder Clans]]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29409/4#193242 Sat, 23 Feb 2019 17:40:48 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193242 * heards a rumor that Northstar does not know how to count over four.
Concludes that one of her fingers must be missing. * ]]>
Zendae
<![CDATA[creature observations, not the obvious]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/22000/14#193023 Sun, 17 Feb 2019 01:38:40 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/193023 ]]> Crissi <![CDATA[Missive pour le Karan]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29391/1#192997 Fri, 15 Feb 2019 20:17:16 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/192997 Le secrétaire était tranquillement en train de faire semblant de travailler assis à son bureau quand une petite Trker viens l'interrompre.

- 'Doy, j'ai une lettre pour le Karan.

Sans la regarder, le secrétaire répondit d'un ton las.

- Merci d'adresser vos réclamations à votre ambassadeur, madame.
- Monsieur, sachez que vous vous adressez à une noble du Royaume. Si vous tenez à votre carrière, surveillez qui vous êtes en train d'insulter par votre comportement désinvolte.

 Le secrétaire, paniqué,  leva les yeux de son papier et vit alors son interlocutrice : la dirigeante de la Firme et, effectivement, noble du Royaume.

 - Pardonnez ma maladresse, filirae! Veuillez me transmettre votre missive, et je verrais à la faire remonter jusqu'au Karan.

Timna lui tendit la lettre et quitta la pièce en s'adressant au fonctionnaire :

- Seelagan Ser, tâchez de mieux vous compter la prochaine fois. Je ne serais pas toujours aussi gentille.

Le secrétaire regarda la missive qu'il devait faire remonter à son supérieur, qui lui même déciderai si oui ou non le Karan devait la lire.

Nair Karan,
J'ai été récemment mise au courant du projet des Fyros de construire des fortifications au niveau de Thesos et sa région. Je vous demande formellement d'agir contre ce projet : ces fortifications sont outrancièrement provocatrices : comme si l'Empire possédait des ennemis si flagrant du côté de Thesos mais pas de Dyron! Elles seraient pour protéger des kitins? Mais il existe un accès vers les primes racines à Dyron, pas à Thesos! An, il est évident que l'Empire prépare la guerre contre ses voisins de l'Est, nous.
De plus, un tel comportement ne peut qu'inciter les autres nations à faire de même et à se replier sur elles-mêmes. Même si j'ai confiance dans le fait que le Royaume saura éviter les travers du protectionnisme, j'ai peur qu'une telle construction fasse des émules.
Et le protectionnisme est une très mauvaise chose pour ma compagnie, fleuron de l'économie et du commerce du Royaume.
Nair Karan, au nom de La Firme et de l'ensemble des commerçants et artisans du Royaume, je vous demande d'intervenir pour faire cesser cette mascarade.
Jena Aiye, Matis Aiye
Timna Di Quincy
Directrice de la Firme
Noble du Royaume
]]>
Timna
<![CDATA[Chroniques d'Alkiane | Alkiane Chronicles]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29385/2#192941 Wed, 13 Feb 2019 18:08:13 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/192941 As soon as the conquest of the Zo-Kian Ruins Workshop was secured, Nilstilar undertook the task of replying to the Herën. A few hours later he handed the following letter to a trusted messenger:
To the attention of Filira Zagabranth Ganancioso, Alkiane Hotel, Avalae, Majestic Garden
Na Herën,

The rumor is telling the truth.

It was during one of my strolls in Pyr, a few months ago, that I learned of this resurgence in the Empire's activity. On (almost) all the city walls were placarded posters inviting "Patriots, Desert inhabitants and Empire's friends" to participate in the launch of the campaign to collect building materials for the towers designed to achieve the fortifications of the "Empire's Shield".

You know me, Na Herën: although I had none of the titles required to participate in this launch, I immediately decided to go to the Fortress of Thesos on the day and time indicated by the posters. When the time came I could see that the call had been widely heard: about thirty homins from all nations were gathered around the Academician Gramald Xarius, in charge of mobilizing good will for the collection and obtaining the help of the Barkers (the tribe without which Pyr would only be a hamlet of red huts on piles).

By the time I arrived on the spot, the Academician had already indicated the (huge) quantities of the various materials to be collected or extracted and was answering the questions of the presents. So, to the question (which I myself would have asked if I had not been preceded): "What will these fortifications be used for?", Gramald Xarius replied: "To defend ourselves against the kitins." !

The absurdity of such a response (Kitins are everywhere on Atys, not only south of Thesos) reinforced my suspicions: if Thesos is the "Empire's Shield", it is because it is the imperial city closest to the Kingdom and because it is the Kingdom that the Empire wants to guard itself from. But, since I do not believe that Nya Karan's plan is to invade the Empire in the near future, to guard against the Kingdom is to guard against its possible counter-attacks. And if you say counter-attacks, you presume prior attacks...

Not very concerned to support by the presence of a Karan ambassador an undertaking most probably (even if not openly) directed against the Kingdom, I immediately left the place and have not since returned to the Burning Desert. While I cannot, therefore, inform you of the current state of progress of the work, I nevertheless hope that the "report" above meets your expectations.
Alkiane aiye,
--
Nilstilar Thorec
]]>
Nilstilar
<![CDATA[Please Delete, Double-Post]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29382/1#192885 Mon, 11 Feb 2019 02:01:55 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/192885 Siela <![CDATA[Ghost Lady]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29243/3#192739 Sat, 02 Feb 2019 06:33:41 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/192739
"Darn, I broke my pic" Yells Jahuu. He stands up and reaches for his Zin crystal, already to port out, but notices a merchant stand appearing near him.

A merchant sold Jahuu a new pickaxe, and disapears. All this just next to Jahuu's digging spot.


]]>
Jahuu
<![CDATA[Passé douloureux]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/27510/13#192735 Sat, 02 Feb 2019 00:20:47 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/192735 Alors qu'il avait un rare moment libre, il se remit en route pour Jen-Laï, trouver un ancien bibliothécaire. Il aurait préféré demander à Laisuki, mais elle semblait disparu depuis quelques temps.
En descendant du Mektoub il demanda au gérant des Nouveaux Horizons à Jen-Laï s'il connaissait un ancien bibliothécaire. Celui-ci lui donna le nom de Gengi Fuai-Fung et indiqua le bâtiment où ce dernier avait un appartement. Siela se mit en route et une fois arrivé au bâtiment, il toqua à la porte indiqué par le responsable de l'immeuble.]]>
Siela
<![CDATA[L'histoire Fyros racontée à travers les rues de Pyr]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28605/15#192213 Thu, 03 Jan 2019 11:31:27 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/192213 Namcha
Bravo Azazor !

Je me permets de signaler une minuscule coquille :

Il y a confusion entre le traité de Karavia et le PAM.

2436 : traité de Karavia : marque la fin de la guerre des civilisations. Signé par Abylus l'Érudit, Loria et Aniro III.

2490 : Signature du Pacte d'Aide Mutuelle (PAM) par Leanon, Hoï-Cho, Yasson et Rigan Mac'Darrell pour lutter ensemble contre les Kitins.

Mes encouragement pour d'autres ouvrages à venir !
Ah oui, il restait encore cette coquille pour les ruelles de pyr. Merci.

Coquille corrigée dans le texte sur le wiki. En attente du retour de siela pour celui sur son site.]]>
Azazor
<![CDATA[L'histoire fyros à travers ses tribus]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28893/16#192053 Sat, 22 Dec 2018 14:58:08 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/192053 Azazor <![CDATA[lots of poets and creative types 'round these 'ere parts. haiku 'contest']]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/18486/19#191804 Wed, 05 Dec 2018 12:59:18 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/191804 Neeis tombe sur cette vielle annonce...
Sans vraiment savoir pourquoi. Elle accroche ce vieux Poème
le relisant elle sourit en pensant à lui...



Tana Atys meriais.
Nya lumnimae tanieti nye aiyai.
Deles mailya anda, ne valyeis nae decate.
Lye eis nae silam, na mi-mate.



]]>
Neeis
<![CDATA[Spectacles of a Prime Roots Dweller]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/27639/15#191407 Tue, 13 Nov 2018 04:15:52 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/191407
Guilt Within Truth

A tryker sits in the familiar depression on top of a hill within the Elusive Forest. It has been quite some time since he sat in this tranquil place; the familiarity of the local radiant flora and the knowledge of where dangerous animals hid in shadow brought him some measure comfort. In his distracted state, it was good he decided to rest here, rather than a similar location within the Sunken City where Kitin Patrols. His journal, now a little more worn, lays in front of him for the second time in this particular place.

"Quarta, Harvestor 22, 4th AC 2600

There is an undeniable fact that truth is harsh; the weight of choices we make that truly have no lasting effects as we desired. It may have been some time since our... attack on Zora, but the events prior are still what haunts me. The words and demands to action I heard, the polarizing opinions, and the final choice made only in black and white. I had hoped with my words of advice and wisdom, that I could curb their desire for outright destruction, their intent to lay waste to all before them. Perhaps I did, in a way, but in the end, they still could not refrain. My attempts to create a compromise were in vain... I tried to emphasize the use of the newfound opportunity, the power they uncovered, as leverage; to make demands of their enemies, to use the shedding of blood as a final tactic, so it may not have undesirable consequences in the far future. 

Yet, they do not listen. We did not take the opportunity to make demands of the nations when we had the chance, we slaughtered their representatives and those around them. My warnings and console of long term consequence fall on deaf ears.

Know that there is some kernel of truth within the barbaric stereotype of Marauders; they will often bring conflict to meet their goals, and their mindset of such contrasts greatly with any of the Higher Powers or Nations. However, I joined to understand and learn how they are, and I learned we share similar traits of the others too; civilians, ideals, goals, a good drink, all exist. It is simply unfortunate that our combative nature is the only thing that comes to mind, and I cannot stand it. I cannot stand the thought of the shedding of blood to meet every single goal we want. I cannot stand the lack of choice to use alternatives, even when presented with them. And so I begin to ask myself: 'How can I continue to support something that will inevitably destroy everything that stands in its way?'"

After reading the passage over a few times, the tryker slowly closes the journal. He does not get up to move on, nor does he consider moving to a safer place. The only thing he can do is look out into the darkness of the Prime Roots as the final question weighs heavily on his entire being.]]>
Wirroy
<![CDATA[Echo; Echo; A call to Kami Faction]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29106/6#191224 Fri, 02 Nov 2018 02:02:03 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/191224 Northstar <![CDATA[Alkiane prévient le Karan | Alkiane warns the Karan]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29093/3#191181 Tue, 30 Oct 2018 02:43:06 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/191181
Naema feels her home-race pulling at her heart. She is Matis and hopes the best for them, but is a Ranger now and must stay nuetral and help all. Plus, she is in a kami guild! How crazy is that?

How to balance everything??!! Life is so complicated these days, but a Ranger is a Ranger, and for the time being, she will stay a Ranger.

In her mind she wishes the best for the AlKien.... and nods her head quietly with a small grin....]]>
Naema
<![CDATA[Echo; Echo: The holy sin]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29097/2#191177 Tue, 30 Oct 2018 02:09:42 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/191177
oh you whose name stands for Remembrance; it's no coincidence that it was you who broke the news of War; it's no wonder that it was you, who brought me out of my slumber, and the hypnotic gaze of Ma-Duk and his eery grip; that he so powerfully and force-fully had upon me.

But once you freed me; once my slumber ended, I awoke..I remembered..

I remembered an Atys in which hominas were not afraid of the Kamists; an Atys where there was no one dominion, but the dominion of our selves; an Atys in which hominas of all nations and religions enjoyed what this blessed land had to offer.

I remember now my dear Mnemosyne; my voice of conscience, my inner self, thank you for reminding me what it feels to be free.

Echo; Echo; for the voices of all those you plundered;
Echo; Echo; for the dreaded screams of the pain you have caused;
Echo; Echo; for the false belief in your power and your God;
Echo; Echo; for the promises you have broken,
Echo; Echo; for the wealth you have stolen,
Echo; Echo; for Atys and her peoples,

The Echoes are coming for you.

Northstar,

Marauder

Chieftess of the Echoes. (GL)]]>
Northstar
<![CDATA[Le jour ou tout a basculer (suite)]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/29075/1#191085 Tue, 23 Oct 2018 20:21:07 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/191085 Ce n'est pas un truand, non! Certes l'attaque subit lui a laissé des traumatismes comme la perte de la voix mais il ne pouvait pas faire du mal aux autres c'était plus fort que lui.
Il décida donc de rentrer à Zorai afin de pouvoir se reposer tranquille et retrouver sa fille qu'il avait laissé le bas en sécurité.
À son arrivée à Zora, le Zorai fût surpris de voir que sa fille était plus là.
Il alla se coucher pour essayer de reprendre des forces et ne pas se laisser emporter par les émotions.
À son réveille le lendemain il sent une sensation bizarre au fond de sa gorge quelque chose avait changé.
C'est là qu'il comprit que la magie des kamis a opéré.

-Nijia.]]>
Nijia
<![CDATA[Shogaï Kushu]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28996/4#190740 Thu, 04 Oct 2018 21:33:09 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/190740 Terreur,
Douleur,
Désespoir,
Quotidiennement.

Cela a beau se répéter, aucune routine ne s’installe, impossible de se familiariser à ces rituelles.
Une fois, il a ramené un raspal devant nous et la torturé, avec sa cruauté habituelle.

Nous avons perdu la notion du temps. On n’a même pas le droit de mourir, de détourner les yeux : il nous revitalise avec leur magie, nous soigne nos blessures, nous nourrisse de force et nous gave de drogues stimulante pour conserver notre attention.

Progressivement meurt l’espoir de mettre fin à tout ça, de s’enfuir, de le raisonner.

Aujourd’hui, il m’a en parti brulé le masque avec une buche de braise, toujours avec son plaisir sadique.
Je n’en peux plus, je ne veux pas continuer comme ça, je le refuse…
Il a enfin fini, il s’en va hors de l’abris pour chasser. Lagezas reste dans une pièce voisine, je l’entends bricoler.
Doucement je place ma langue entre mes dents et referme progressivement mes mâchoires.
Père, mère, frère, je suis désolé : je n’en peux plus.
Je rassemble le peu de force et de courage pour me mordre… à la première reprise j’abandonne, je ne supporte plus la douleur.
Je reprends mon souffle et recommence : je serre plus fort les dents… et refais une pause.
Allez, un dernier effort et tout sera fini.
Déterminé, je recommence, je sens la sève commencer à couleur de ma langue et persiste malgré ma douleur et… une braise ! Il a laissé la buche encore brulante à côté de moi ! Je peux l’utiliser pour défaire mes liens !
Mes bras sont attachés au mur, mais mes jambes, bien que ligotés entre elles, restent libre de mouvement !

Je commence à me contorsionner pour placer les liens au-dessus de la braise, je deviens complètement hystérique face à cette lueur d’espoir. J’ai un soudain regain d’énergies, je me met en trembler et respirer fort.
Calmes toi ! Doucement ! Concentre-toi !
Délicatement, je refais une tentative, arg ! Je me suis évidemment brulé, je persiste, je commence à forcer sur mes jambes pour défaire les cordes. Mais la douleur devient trop forte et je retire instinctivement mes jambes de la braise.
Allez…
Je recommence, je sens la chaleur prendre sur mes mollets, la douleur est très forte, aigu, intense et persistante, je fais des mouvements de jambes pour me délier.
Enfin !
Les cordes ont cédé ! Mes pieds sont à présent libre ! Il ne reste que les bras attachés à la paroi dans mon dos !
Oh non ! J’entends du bruit ! Lagezas arrive !
Rapidement, je me refais en position, les jambes rapprochées, et arrête de bouger. Je ferme les yeux et je prie qu’il ne me voit pas…
Il est passé, je crois qu’il a détourné le regard de nous, qu’il ne voulait pas contempler ce spectacle.
Il retourne dans son atelier, et à l’instant où il ne peut plus me voir, je recommence, les bras maintenant !
La tâche est cette fois ci plus difficile encore, je dois me contorsionner pour passer la buche derrière moi, et faire de même pour bruler les liens, sans voir les braises.
Je me brule plusieurs fois, mais refuse cette fois ci de m’interrompre !
Allez ! Encore un effort ! Allez !
Oui !!!

Mes bras sont libérés ! Je suis libre !!

Je suis complètement ankylosé, impossible de me mettre debout pour le moment. Alors je rampe auprès d’Ukuh, avec ma buche. J’entends toujours Lagezas faire du bruit dans l’atelier… mais pour combien de temps ?
Je chuchote à mon frère « Hey ! Tu m’entends ? Je vais nous sortir de la ! ».

Il ne réagit pas, seul deux choses peuvent le faire : La torture, et mes cris…

Alors je commence à bruler ses liens… mais je le blesse involontairement, et il commence à s’agiter, à pleurer et à me demander d’arrêter bruyamment.
« Chuuuut, tais-toi, il va nous entendre ».
Rien à faire, il continue de geindre.

Je n’entends plus Lagezas travailler, seulement se précipiter vers nous… le voilà.

Je commence à paniquer, et je tends ma buche dans sa direction, essayant d’être menaçant.
Il a une lame dans la main, il va nous découper, nooooon ! Ukuh ! C’est de ta faute !

Il s’approche de nous, me bouscule et… coupe les liens de mon frère :

« Allez-vous-en ! Vite avant qu’il ne revienne ! »

Je reste figé un moment… puis j’essaye de me relever, et d’aider Ukuh à faire de même.
Il est à nouveau plongé dans un état de légume, je suis presque obligé de le porter.

On sort de cette antre de souffrance. Je suis frappé par la chaleur et la luminosité de l’extérieur. La sciure est brulante, mais je ne m’arrête pas.

L’avancé est très difficile, Ukuh est lourd, je suis bouillant à cause de la chaleur, je transpire énormément. J’ai la gorge sèche et extrêmement mal au crane. Mes blessures commencent à me faire terriblement souffrir à cause de l’effort.
Je nous dirige au hasard, je ne vois même plus correctement : seulement des dunes ondulantes qui semblent respirer.
Le vent me chuchote des histoires, des conseils, des anecdotes.

Je n’en peux plus. J’avance machinalement dans un état à moitié végétatif. Je ne sens plus la douleur, la soif ou la fatigue.

On continue d’avancer. La nuit commence à tomber.

« Mais qu’est-ce que vous faites la ?! »

Il suffit de cette phrase, de cette voie, de cette folie, pour me sortir de ma torpeur et réveiller douleurs et terreurs dans mon esprit.
Sans réfléchir, je relâche Ukuh qui s’effondre au sol, et je cours. Je ne sais pas d’où me vient cette force. Mais je cours. Mon instinct de survie m’interdit de m’arrêter. Je cours.
Dans la nuit glaciale du désert, je continue de courir, sans m’arrêter, sans me calmer, à nouveau plongé dans l’hystérie.

Je tombe, je vois un petit lézard devant moi. Je l’attrape, mord dans son ventre et commence à boire son sang, à avaler sa chaire. Je me relève.
Quand le jour se lève, je me cache à l’ombre et somnole. Quand je dors, je revois son visage atroce et je ressens ses tortures.
« Non ! Arrête ! Laisse-moi ! Je ne veux pas te voir ! Vas t’en ! »

Quand il fait nuit, je recommence à marcher. Aux hasard dans le désert. J’avale tout ce qui me tombe sous la main : parfois des brins desséchés d’herbes, des insectes, des petits vertébrés.

Je retombe dans un état primitif, agissant d’instinct : s’éloigner, se nourrir, dormir. Je ne pense plus, je réagis uniquement à mes pulsions à présent.
Quand je m’assoie, je repense à tout ça et je pleure.
Je continue mon avancé, je me cache des prédateurs, des kitins, des homins.

Progressivement, mon instinct me guide et les paysages desséchés et claire du désert se transforme en ceux de la jungle, humide et fraiche.
Je continue d’avancer, sans objectif, quand un animal qui migre.

J’arrive dans une ville. Je m’assoie contre une ruelle. Maintenant, mes journées consistent à manger les déchets qui se trouvent à ma portée, et à dormir.

Qui suis-je ? D’où viens-je ? Que suis-je ?

Je ne me souviens de rien, seul les ténèbres restent dans ma tête. Et quand je dors, je vois des bribes de souvenir, des silhouettes, je veux m’en approcher, mais elles disparaissent quand je commence à les discerner.
Ces rêves m’obsèdent, que veulent-ils me dire ?

Tu ne t’enfuiras jamais, je serais toujours avec toi, j’ai apposé mon sceau sur toi…

Mon périple de fait que commencer…]]>
Trelafriktos
<![CDATA[Mémoires d'homine]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/27023/53#190573 Mon, 24 Sep 2018 17:56:12 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/190573
Un jour, au détour de Thesos, Elea fut interpellée par un tryker :
« Hey Elea ! Tu as vu la nouvelle roue ?
- Ah oui la roue…je me souviens encore du jour où la compagnie du gubani fortuné s’était installée dans chaque capitale. Après quelques mois, certains étaient devenus addict. Un article choc «la roue de la fortune : drogue ou arnaque ? » est même paru dans le journal PlayHomin 2 à la création de la roue en 2537

http://forums.ryzom.fr/showthread.php?t=30132
- Oh vrai ? la roue est une si vieille arnaque ?
- Et oui une arnaque enfin des radins ces trykers, je n’ai jamais gagné mon yubo. Heureusement, une protégée, Makita m’offrit mon yubo Bipbip
- Hannn Bipbip la saleté qui mord ou fait pipi sur les mollets ? Quoi il est si vieux, ce cabot ?
- Et oui Bipbip me tient compagnie depuis des lustres. Alors cette roue, tu as eu des échos ?
- Ouais la compagnie a fait un contrôle chez les vieux tryker qui tenaient la roue. Tu verrais ce qu’elle a retrouvé…et bah tous les lots gagnants étaient chez dans leurs apparts...
- Han quand je le disais que c’était des arnaqueurs
- Du coup ils ont été viré et envoyé en exil pour apprivoiser et s’occuper de nouvelles montures à perpètes en jungle. On m’a parlé de gubani.
- Waouh cool, j’adore les petits couinements des gubanis, trop mimi. Ah ça me fait penser quand on parlait des montures jadis

https://forums.ryzom.com/showthread.php?t=16178&

- Bon et les roues alors qui les fait tourner ?
- Bah ils ont dû changer toutes les roues pour que les nouveaux croupiers tryker du gubanis ne puissent plus tricher. Et ils ont rajouter des nouveaux lots gagnants pour se faire pardonner.
- Ah sympa ça…j’espère qu’ils ont mis mon chapeau, il me manque
- Bah il y a des perruques, des pets, des meubles pour l’appart….
- Ohhhh bon je vais aller papoter avec le nouveau tryker, peut-être que j’arriverai à le soudoyer avec mes jetons
- Ah désolé les jetons ont changé
- Hein quoi ? Mes jetons sont fichus ?
- Mais non il y a de nouveaux jetons avec différentes valeurs mais tu pourras échanger tes anciens contre des nouveaux.
- Ouf
- Oui et tu pourras miser un ou 5 jetons par tour de roue. Comme ça, tu augmentes tes chances de gagner.
- Ok je vais retenir. Bon je file voir ça. A tantôt.
- Bonne chance Elea. »
]]>
Eleanide
<![CDATA[Un été chaud et ensoleillé / A warm and sunny summer]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28876/2#190342 Wed, 05 Sep 2018 03:17:06 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/190342 Impitoyable désert ardent

Une goute de sueur perlait sur le masque de Cheng Lai'Suki et tomba
sur un gribouilli fraichement achevé, tachant son oeuvre. La zorai écarquilla
les yeux et chiffonna le parchemin avant de le balancer par dessus son épaule
où il atterrit en plein masque d'un Vao confu de se faire provoquer à coup
de boule de papier.

-Non mais attention avec tes boulets de canons, tu vas finir par blesser
quelqu'un.

-Très drôle, soupira la jeune zorai. Non mais c'est impossible d'illustrer
ce chapitre dans de telles conditions, il fait trop chaud nom de Jen'Duk!

-Tu veux un massage pour te calmer?

Le zorai s'approcha subtilement mais Lai'Suki commençait à bien connaitre
et anticiper son ami. Elle ramassa quelques esquisses pour se faire
des munitions et riposta.

-Arrière, vieux gibbai! Tu n'auras pas le texte avant que j'ai fini mon travail!

L'homin fit mine de tomber raide mort sous le coup des projectiles et au
moment ou elle se pencha au dessus de lui, il poussa un grondement puissant
pour la faire sursauter. Elle ne pu s'empêcher de rire, malgré elle. Elle sourit
et se calma.

Vao allait ouvrir la bouche quand Lai'suki l'interrompis. 

-Oui, bientôt.

Il jetta un coup d'oeil à la paperasse de l'homine, il n'y avait pas que des
gribouillis et des contes. Des articles de journaux et dossiers sur certains
individu s'y trouvait, donc le visage du criminel Revvy.

-Je me souviens de lui, pourquoi il est dans ta collection?

-Je l'ai croisé au bar de Thesos l'autre soir.

-Tu quoi? Non mais as-tu perdu la tête, pourquoi es-tu allé le voir!

-Ce n'était pas intentionnel, il était là quand je suis arrivée. Ça m'a pris
un moment avant de remarquer sa présence. Normalement les rebelles
n'arrivent pas à atteindre le bar je te signale. Il doit avoir trouvé un moyen
d'entrer sans trop se faire remarquer.

-Il t'a fait du mal?

-Non, je pense qu'il était trop alcolisé pour ça. Aussi, il était en compagnie
d'une homine, il avait surement mieux à faire que de me mettre des taloches.

-Il t'a dit quelque chose?

-Rien de particulier, je pense qu'il se fait juste du soucis pour Ki'gan.

Lai'Suki préfèrait taire ce moment. Elle préfèrait ne pas admettre qu'en réalité
elle avait eu très peur du maraudeur en modèle réduit. La taille ne rendait pas
l'homin moins dangereux ou imprévisible. Elle craignait de le croiser à nouveau
et devoir l'affronter. Le pire avec celui-là, c'était sa patience et son intelligence.
Vallait mieux avoir le plus d'information possible dans le but d'une éventuelle
contre-attaque ou au moins une défense.

-Ça vient de Jen-Lai toutes ces notes?

-Yui, ce sont des copies que j'ai retranscrit, les originaux ne sortent pas des
murs de la salle des archives, c'est interdit. Bokuu sont écrits par les scribes
dynastiques, quelque uns par les Éveillés et Sages eux-même.

Vao sondait du regard les documents sélectionnés par son amie et lisait
les titres et auteurs à voix haute.

-Wu Zhan, Éveillée Zorai, Ambassadrice. Tu la connais?

-Non, enfin oui. Je l'ai connu, elle n'est plus là.

-Décédée?

-Illumination kamique.

-Donc...Ma'duk l'a mangé?

-Vao!

Le Zorai se mit en position défensive et prit un air faussement sérieux.
L'homine ne broncha pas cette fois. Au fond d'elle, elle voulait croire
que les Zorai pouvaient trouver la lumière et embrasser cette éternité.
Il restait toujours une part d'elle qui prenait peur devant de tels mystères.
Ce n'était pas la première fois que des homins disparaissaient sous prétexte
de communion avec le coeur d'Atys.

Des ambassadeurs, des émissaires, des érudits, des initiés, des éveillés.

C'était très difficile de ne pas douter.

-Tu va encore distribuer le nouveau chapitre des Chroniques de Bélénor
dans les quatre pays lorsqu'il sera achevé?

-Yui, j'enverrai la première copie à Nave, la seconde pour Kyriann et Eolinius
et la troisième à Wu Shepeng. La quatrième sera pour la Jungle, je vais
l'envoyer au Sage Sens.

-Et les maraudeurs? Tu as pensé aux maraudeurs?

-Non... en général je préfère ne pas trop y penser, ça me fait faire des
cauchemards. De toute façon, je m'attends pas à ce qu'ils s'intéressent
à la littérature.

]]>
Laisuki
<![CDATA[Chroniques de la Première Croisade]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28632/4#190310 Sun, 02 Sep 2018 22:21:57 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/190310 III - La Graine du Doute
Perché sur une haute branche d’un grand arbre sylvestre, Pü effectuait en silence sa prière quotidienne. Au-dessus de lui, l’astre du jour était en train d’atteindre sa taille maximale, et malgré l’épaisse canopée feuillue qui le séparait du ciel, la lumière chaude réussissait à chauffer la peau bleutée du jeune Zoraï. Il avait cependant appris à oublier l’empreinte astrale de Jena, s’évertuant à se rappeler du froid et de l’écho des puits d’abîmes qui parsemaient son village souterrain, et qui permettaient à Ma-Duk de veiller sur lui et sa famille depuis le cœur d’Atys. De toute manière, il n’avait pas le choix : les hauteurs étaient de loin l’endroit le plus adapté aux moments de méditation. Au sol, les carnivores, les kitins et les patrouilles de Karavia étaient un dérangement permanent, qui menaçait sa tranquillité et l’empêchait de s’adonner à des activités paisibles.

À des centaines de kilomètres d’ici, les membres de sa tribu étaient probablement en train de terminer eux aussi leur prière. Malgré l’éloignement et la solitude, Pü avait essayé de garder un rythme identique à la vie qu’il menait avant son départ. Aux premières lueurs de l’aube, le village s’éveillait et se préparait à effectuer les travaux routiniers nécessaires au bon fonctionnement de la communauté : entretien, artisanat, chasse, cuisine, réunions diverses, accueil des rares émissaires et commerçants, etc. L’objectif étant d’effectuer un maximum de tâches avant le début de la longue litanie matinale. Celle-ci était conduite par Looï, la mère de Pü, et se soldait par un repas collectif auquel toute la tribu participait. Après le déjeuner, les Zoraïs s’entraînaient à l’art du combat, et cela durant plusieurs heures. Les enseignements, destinés à tous les âges et sans distinction de sexe, étaient très variés : corps-à-corps, armes blanches, armes de tir, magie. En effet, la tribu était avant tout un clan de guerriers, qui tôt ou tard, participerait à l’avènement des Premiers Croisés. Une fois l’entraînement terminé, les familles se retrouvaient dans l’intimité d’un repas, et s’adonnaient à diverses activités personnelles avant le coucher. Depuis toujours, Pü suivait des cours du soir avec sa mère, qui lui apprenait l’Histoire, la géopolitique, la maîtrise des autres langues et les sciences. De temps à autre, il était accompagné de son grand frère Niï. Mais dans la grande majorité des cas, celui-ci suivait d’autres cours particuliers, avec leur père, le Masque Noir. Après tout, leur destin était déjà scellé depuis leur plus tendre enfance : Nïï Fu-Tao succéderait à son père en tant que Masque Noir et plus grand guerrier parmi les Croisés, et Pü Fu-Tao serait son Ombre, le conseillant et le protégeant.

L’enfant fut brusquement extrait de ses souvenirs lorsqu’un triste son vint briser l’harmonie du chant des arbres. Au-dessus des cimes, le vrombissement sourd d’un engin volant de la Karavan venait de faire trembler l’air et de faire fuir les javings. Se relevant à toute vitesse, Pü vérifia la solidité de sa ligne de vie et entreprit de gravir les derniers mètres du gros tronc qui le séparait du ciel. Alors que son corps frêle s’extrayait de l’océan de feuilles, il fut contraint de plisser les yeux derrière son masque, tant la lumière du jour était aveuglante. Non loin de lui, la machine infernale était en train de perdre en altitude. L’ambre noir qui composait son alliage reflétait la vive lueur astrale de Jena, comme pour le narguer. Malgré tout, Pü réussit à identifier l’engin. C’était le genre de petits transporteurs que la Karavan utilisait généralement pour récolter les ressources rassemblées par ses esclaves homins. Il y avait fort à parier que, comme à l’accoutumée, un point de rendez-vous avait été donné, et qu’un convoi matis était en route pour livrer le tribut à ses maîtres.

Quatre. Il ne lui en manquait plus que quatre. Quatre, et il pourrait enfin rentrer chez lui et retrouver ses proches. C’était l’occasion parfaite. Il devait intercepter le convoi avant que celui-ci ne rejoigne les Agents de Jena. Pü s’échappa du jour nu en se laissant chuter de quelques mètres, et atterrit sur la branche sur laquelle il avait laissé ses affaires. Il les rassembla et les empaqueta hâtivement, hormis un panier d’osier de forme carrée, qu’il manipula avec soin. Ce récipient comportait le fruit de plusieurs mois d’efforts. Jamais il ne se pardonnerait de le perdre ou de menacer son intégrité. Sûr de n’avoir rien oublié, il vérifia une dernière fois son baudrier et plongea. Pü s’enfonçait à vive allure dans l’abysse verdoyante, se mouvant habilement entre les branchages, et décrochant d’un coup de main expert sa ligne de vie des broches qu’il avait plantées durant son ascension. Il traversa durant de longues secondes les strates multicolores de cette forêt aux mille saisons, et finit par se poser gracieusement sur son sol feuillu.
Au vu de la direction prise par l’engin volant, celui-ci se poserait probablement dans la clairière située plus au nord de sa position.

Les convois partant le plus souvent de la capitale, il était fort à parier que les Matis emprunteraient le large sentier artificiel qui éventrait la forêt à l’ouest. Pü était à la fois impressionné et terrifié par les pouvoirs des botanistes matis. Lui qui avait vu de ses propres yeux la colossale muraille racinaire de Karavia et les immenses complexes d’habit-arbres qui s’étendaient à perte de vue au-delà de l’enceinte, avait été subjugué par tant de majesté. Mais en agissant de telle sorte, en essayant de plier la nature à leur volonté, les Matis, sous l’influence de la Karavan, tentaient de bouleverser le dessein des Kamis, et par extension, celui de Ma-Duk. Le Grand Masque couve derrière chaque fragment de matière d’Atys. Altérer la nature revient à travestir son Grand Œuvre. Au cours de son voyage, Pü avait compris en quoi les mœurs païennes des peuples endoctrinés par la Karavan pouvaient être attrayantes. À ces pensées, il avait eu honte. Mais cela lui avait aussi permis de mieux comprendre toute la dangerosité des démons venus des cieux. Le jeune Zörai ne perdit pas de temps. Glissant et sautant par-dessus les racines et les ramifications de la sylve, il avala les derniers kilomètres qui le séparaient du sentier en un rien de temps. Les quelques gingos qui tentèrent de le poursuivre durant sa traversée n’eurent d’autre choix que d’abandonner, tant il manœuvrait adroitement dans l’enchevêtrement dense de cette nature libre de toute oppression matis. Arrivé en bordure du chemin, il se camoufla derrière un large arbuste, guettant l’arrivée du convoi. Alors qu’il s’apprêtait à abandonner et à chercher ailleurs la trace des Matis, il entendit au loin des bruits ordonnés de sabots.

Pü déglutit. Son rythme cardiaque commençait doucement à s’accélérer. Jamais. Jamais il ne s’habituerait à cette impression. Son frère lui avait pourtant assuré que sa première fois serait jouissive, et que les sensations ressenties le marqueraient à vie. D’un côté, il n’avait pas eu tout à fait tort. Ces images le hantaient depuis de longues semaines, jour et nuit, à en perdre la raison. Mais cette dernière épreuve annonçait aussi la fin de son pénible exil. Bientôt, il serait de retour chez lui, et pourrait à nouveau serrer sa mère dans ses bras. Cette pensée joyeuse le réconforta et lui permit de retrouver ses moyens. Le convoi se dessinait maintenant à l’horizon. Il fut rapidement à portée d’observation. En son centre, une solide charrette lourdement chargée était tirée par deux gros mektoubs et conduite par un Tryker. Un clerc de l’Église de la Lumière, que les Matis nommaient Herena, était assis sur une caisse dépassant de la bâche et semblait s’être assoupi. Sa tenue d’apparat ronflante, bien que magnifiquement décorée, était typique de la noblesse de Karavia, et tranchait avec la rudesse de l’environnement. Plus haut sur le chargement, un Matis armé d’un fusil-mitrailleur se tenait debout et guettait l’horizon. Il n’était pas casqué et portait la tenue ordinaire des soldats de l’armée régulière. Un autre semblait être assis à l’arrière du véhicule. Entourant la charrette, cinq chevaliers fièrement dressés sur des caprynis servaient d’escorte. Si tous étaient équipés d’une lourde armure blanche et d’un imposant casque cornu, l’un d’entre eux se distinguaient des autres par la finesse des décorations et des gravures qui constellaient sa cuirasse. Il était probablement le chef de l’escouade.

Pü disposa soigneusement son panier au centre de l’arbuste et attendit quelques secondes supplémentaires que le convoi progresse. Lorsqu’il fut environ à une cinquantaine de mètres de sa position, il sortit calmement de sa cachette et se plaça au centre de la route. Le repérant sans tarder, la vigie située sur le sommet du chargement sonna l’arrêt et le convoi stoppa net. La halte inattendue eut pour effet d’interrompre brusquement le sommeil du Herena, qui manqua de tomber de la charrette.

- Qui êtes-vous ? Déclinez votre identité ! s’exclama la vigie d’un ton puissant mais néanmoins mélodieux.

En réponse, Pü s’avança de quelques mètres, alors que les cavaliers alignaient leurs montures et se positionnaient devant la charrette. Le Zoraï se racla la gorge et prit son plus beau matéis. Sa mère lui avait enseigné les langues utilisées par les autres peuples, en mettant l’accent sur le matéis, qui était la plus utilisée à l’international.

- Je suis un apôtre des Kamis, envoyé sur les terres païennes pour révéler aux égarés l’existence du Grand Masque, et pour offrir à certains élus le Pardon Éternel. Enfants de l’Écorce, soyez heureux d’apprendre que par mon fait, vos péchés ont d'ores et déjà été lavés. D’ici peu, vos âmes seront purifiées puis offertes aux Guerriers Noirs de Ma-Duk. À travers eux, vous contribuerez à leur combat pour la préservation d’Atys. Et si Ma-Duk le veut, vous assisterez à la Première Croisade et à l’avènement des Jours Heureux.

Malgré toute sa bonne volonté, le jeune homin ne réussit pas à inspirer de la passion dans son homélie. Après tant de mois de prêches morbides, ce rituel était devenu aussi lassant que douloureux. Pü le savait, la folie le guettait. Les voix dans sa tête se faisaient de plus en plus présentes, et il développait jour après jour de nouveaux troubles comportementaux. Combien de ses frères et sœurs avaient perdu pied durant leur exil ? Nombreux étaient ceux à n’être jamais rentrés. Il les avait longtemps jugés sévèrement avant son départ, mais maintenant, il comprenait. Sa vision se troubla alors qu’une puissante céphalée se manifestait. Il dut se concentrer longuement pour éteindre les premiers murmures mentaux. Durant ces longues secondes d’absence, le Herena avait rejoint la vigie sur le sommet de la charrette. Se tenant à elle sans ménagement pour ne pas tomber, il hurlait de toute part.

- … Et qu’est-ce que ce Ma-Duk, ce Grand Masque ? Si nous savions que les sauvages de ton espèce vénéraient les Démons Kamis, nous pensions que vous aviez la présence d’esprit de ne pas remettre en cause l’existence de notre mère à tous, Jena ! Votre infamie n’a pas donc aucune limite ? Général, attrapez-moi cet hérétique sur le champ !
Pü avança à nouveau de quelques pas en se massant les tempes.

- Alors, soyez rassurés d’apprendre que, cachés derrière leur Grande Muraille, Min-Cho et sa Théocratie vouent toujours un culte à votre déesse usurpatrice, dit-il d’un air las. Il y a de cela des décennies, les Kamis ont choisi de révéler l’existence du Grand Masque à ma tribu. Aujourd’hui, nous sommes malheureusement les seuls à reconnaître sa nature de véritable et unique Dieu des Kamis. Mais d’autres apôtres travaillent à l’intérieur de la Grande Muraille. Un jour, nos frères Zoraïs comprendront l’étendue des mensonges qui parsèment leur vie depuis leur enfance, et si Ma-Duk le veut, ils seront pardonnés pour leurs péchés.

Le visage du clerc se teinta de rouge alors qu’il manquait de tomber sous le coup de ses gesticulations, qui emmêlaient les multiples capes de sa tenue. Heureusement pour lui, la vigie faisait tout son possible pour éviter que l’Herena ne s’humilie en chutant.

- Cesse tes infamies, sauvage ! Aucun pardon pour ta race de dégénérés adorateurs des Démons ! Vos visages sont des abominations, une offense à la Karavan ! Vous méritez d’être exterminés comme tous les primitifs qui souillent Atys de leur présence ! Qu’on m’attrape ce sauvage sans attendre, c’est un ordre !

Juché du haut de son capryni, le général matis tenta d’intervenir pour apaiser la tension grandissante. C’était compter sans la fougue de l’un des chevaliers, qui répondit à l’exhortation du religieux en s’élançant à toute vitesse. Pü secoua son masque pour balayer ses derniers maux de tête et se concentra pleinement sur la situation. À partir de maintenant, tout allait s’enchaîner très vite. Il devait faire taire ses questionnements intérieurs. Déjà, le chevalier avait franchi la moitié de la distance qui le séparait du Zoraï. Il tenait dans sa main droite une longue lance creuse qui s’achevait par un collet d’ambre tressé. Près de la barre horizontale, une manette permettait rapidement de desserrer ou de comprimer l’anneau. Cette arme ingénieuse était généralement destinée à attraper à la gorge les futurs montures des Matis, lorsqu’elles étaient encore à l’état sauvage, mais était aussi déclinée pour immobiliser et soumettre les homins sans les blesser.

Le corps de Pü oscillait légèrement. Il lui fallu quelques secondes supplémentaires pour synchroniser le battement de ses membres avec le galop de la monture. Arrivé à une dizaine de mètres de lui, le cavalier activa le mécanisme de son arme et la brandit, sans ralentir l’allure. Le collier s’ouvrit assez largement pour réussir à enserrer la tête masquée du Zoraï. À n’en pas douter, il savait parfaitement se servir de son instrument. C’était compter sans l’agilité du jeune homin. Alors que le soldat fendait l’air sur sa droite pour saisir sa proie à la gorge, Pü plongea volontairement en direction de l’attaque tout en l’esquivant. Passant entre l’arme et le capryni, il réussit à attraper la sangle située au flanc l’animal avant même de toucher le sol. Fermement agrippé, il tira autant qu’il put, non pas pour déstabiliser la bête lancée à toute vitesse, mais pour projeter son corps léger d’enfant par dessus l’animal. Il voltigea et atterrit de justesse sur l’arrière-train du capryni, au moment où le cavalier jetait un coup d’œil dans son dos pour chercher ce qu’il était advenu du Zoraï. Alors que le chevalier croisait le regard de Pü, qui se maintenait en équilibre sur l’animal uniquement par force de ses cuisses, sa proie devenue bourreau passa rapidement ses mains autour de sa nuque, et la rompit d’un coup sec. L’arme du Matis glissa de sa main droite et se brisa au sol. Pü laissa le corps en armure s’affaisser sur lui pour ne pas qu’il chute, récupéra les rênes tenues par sa main gauche, ralentit la cadence et fit demi-tour. Revenu à son point de départ, il interrompit sa course et sauta au sol, à gauche de l’animal. Le corps du soldat s’écroula lourdement sur la droite. Le casque se décrocha sous le choc, ce qui permit au Zoraï d’observer son visage inerte. Le chevalier était une femme, et de ce fait, peut-être une mère. Durant une fraction de seconde, Pü vit le masque de la sienne se superposer au visage du cadavre. Il ferma les yeux. Trois. Il ne lui en manquait plus que trois.

Au sommet de la charrette, le visage du clerc était passé d’un teint rougeâtre à un blanc bien plus livide qu’a l’accoutumée. Quant aux soldats, aucun ne réagit, choqués par le violence de la scène à laquelle ils venaient d’assister. Seul le général avait su garder son sang-froid. Il fit avancer sa monture de quelques pas et se retourna vers le convoi.

- Giero, file aussi vite que ton capryni le peut en direction de l’avant-poste le plus proche ! Met au courant l’intendant de la situation et envoie nous des renforts. Ne sous-estime pas la menace. Be’maty, rend toi aussi à l’avant-poste ! Tu n’arriveras pas à suivre Giero à cause du chargement, mais tes mektoubs sont forts, ne les ménage pas. Dès qu’il aura transmis son message, Giero te rejoindra sur la route. Vicho, reste dans la charrette ! Tu protégeras le chargement et le Herena au prix de ta vie en attendant le retour de Giero. Zani, Lichnini, Sivaldo, avec moi ! N’intervenez pas tant que je ne vous en donne pas l’ordre.

Le ton assuré du général aida les soldats à sortir de leur léthargie. Tous s’exécutèrent sans dire mot. La sentinelle sauta de la charrette et arma son fusil-mitrailleur, le Matis assis à l’arrière du véhicule le remplaça sur le sommet de la charrette, qui commença à manœuvrer pour faire demi-tour. Seul le clerc, qui reprenait à peine ses esprits, eut l’intention de protester. Mais le regard inquisiteur que lui envoya le général n’eut d’autre effet que d’accentuer sa pâleur de craie. En temps normal, Pü ne laissait pas de survivants. Sans témoins, il obtenait l’assurance de pouvoir opérer sans trop de dérangements sur ces terres étrangères. Mais cette fois-ci, tout était différent. Quand les premiers parleraient, lui serait déjà sur la route du retour. Il observa scrupuleusement ses quatre futurs adversaires, tandis que l’un des cavaliers s’élançait à toute vitesse en direction du sud-ouest, précédé par la charrette. Ils devaient éviter de tous les affronter à la fois. Il patienta quelques secondes, le temps pour le messager de disparaître à l’horizon, et se mit à avancer doucement. Au premier pas, le général cria.

- N’avancez plus ! Pour vous êtes rendu coupable du crime d’homicide volontaire sur un soldat de l’armée royale, vous devez comparaître devant notre Justice. Comme le veut notre loi, vous aurez le droit de vous défendre durant votre jugement. Maintenant, coopérez, où nous seront dans l’obligation de vous appréhender par la force.

Pü leva ses mains pour feindre sa soumission et continua d’avancer. Il savait que les Matis ne seraient pas dupes, mais il devait gagner quelques mètres. Actuellement, la plus grande menace était le mitrailleur. Il devait l’éliminer en premier.

- Je ne me répéterai pas, plus un geste ! cria à nouveau le général.

Le Zoraï ne réussirait probablement pas à faire un pas de plus avant que le général ne sonne l’assaut. Il passa sa main droite dans son dos et la posa sur le petit bouclier rond qui y était accroché. Il n’avait pas le droit à l’erreur. S’il se manquait maintenant, la suite serait beaucoup plus incertaine. Il ferma à nouveau ses yeux et laissa pleinement ses sens s’ouvrir au monde. La direction et la force du vent, l’humidité de l’air : d’importants paramètres à prendre en compte pour réaliser le lancé parfait. Rouvrant ses paupières, il posa son regard sur le tireur. S’il était trop loin pour qu’il en soit certain, la position de ses bras indiquait qu’il était prêt à faire feu. Pü inspira un grand coup et se mit en action. Plus rapide que jamais, il décrocha son bouclier et banda ses bras en arrière comme une corde. Il lui fallut moins d’une seconde pour valider sa trajectoire et propulser sa rondache. Le projectile vola vers la gauche du sentier, faisant illusion d’un lancé manqué. Pü profita de l’incompréhension générale pour foncer dans l’autre direction. Comme prévu, l’artilleur reçu l’ordre d’intervenir et enclencha sa mitrailleuse. Les deux pieds fermement plantés dans l’écorce, il tirait à feu nourri en direction du Zoraï. Mais avec le recul de l’arme, celle-ci était difficile à diriger, ce qui laissait à Pü quelques secondes avant que les impacts ne fassent mouche. L’enfant se déhanchait et sautillait habilement, s'efforçant de compliquer la tâche du mitrailleur, dont les tirs se faisaient de plus en plus précis. À ce moment là, les Matis crurent probablement qu’ils allaient l’emporter. C’était compter sans la courbure impromptue que prit la trajectoire du bouclier. Frôlant les arbres qui marquaient la fin du sentier, la rondache dévia en direction du tireur qui était maintenant positionné dos à elle. Personne ne remarqua la manigance, hormis le général qui, plus avisé que le reste de son escouade, aperçu le projectile mortel alors qu’il s’apprêtait à percuter l’arrière du crâne du Matis. Il hurla quelque chose et sauta de son capryni. Se relevant en vitesse, il fonça vers le soldat. En réponse au cri de son supérieur, celui-ci venait de se retourner vers la menace aérienne. Ne le voyant pas réagir, le général tenta de le plaquer, mais ne réussit qu’a le bousculer. Le bouclier fendit profondément le visage de l’artilleur qui s’écroula sur le sol.

Pü stoppa ses gesticulations et reprit son souffle. Si le Matis n’était probablement pas mort, au vu de la nature de l’impact, il ne représentait en revanche plus une menace. Il l’achèverait au sol. Alors que le général tentait en vain de réveiller le blessé, le jeune Zoraï cru à tort qu’il aurait le temps de réfléchir à son prochain mouvement. Mais les deux cavaliers ne l’entendirent pas de cette oreille, et s’incitèrent mutuellement à passer à l’assaut.

- Général, restez avec Sivaldo, nous nous occupons du gibbaï masqué ! cria le premier.

- Oui général ! Jusqu’alors, ses techniques de lâche ont fonctionné uniquement parce que nous n’y étions pas préparés, renchérit le second. Laissez-nous venger la mort de Tinailli ! Nous vous promettons de lui rendre honneur !

Le général eut beau protester, les deux cavaliers s’élancèrent à pleine vitesse en direction du Zoraï, qui ne semblait pas s’en inquiéter. Les dernières dizaines de mètres qui les séparaient furent englouties en quelques secondes. Mais se souvenant de la mort de leur première camarade, les Matis ne firent pas l’erreur de charger le jeune guerrier. Ils s’arrêtèrent avant d’arriver à son niveau, sautèrent de leur monture et s’avancèrent pour l’entourer. Pü les laissa faire. Au vu de leur comportement respectif, les deux Matis devaient être de jeunes soldats. Aveuglés par la haine et le désir de vengeance, ils ne savaient pas encore qu’ils venaient de se jeter dans la gueule du gingo. Au loin, le général venait à peine d’atteindre son capryni pour rejoindre en urgence les deux imprudents. Seul contre deux, le jeune guerrier avait toutes ses chances. Il fallait donc qu’il en termine au plus vite avant que le seul militaire réellement expérimenté de l’escouade ne les rejoigne. Le Matis qui s’était positionné dans son dos tenait à deux mains une lourde épée d’ambre joliment ornementée, alors que celui qui lui faisait face était armé d’une longue pique couronnée d’ambre tressé. Pü aurait aimé lire sur son visage, mais l’imposant casque cornu qu’il portait l’en empêchait. Rapidement, les Matis se rapprochèrent. En toute logique, le soldat situé face à lui lancerait le premier assaut, laissant ainsi l’opportunité à celui positionné dans son dos d’utiliser un angle mort pour attaquer. C’est exactement ce qui se passa. Le piquier cria et perfora l’air d’un geste précis, espérant empaler le Zoraï d’un seul coup. Sans même bouger ses pieds, Pü envoya sa main droite au contact de la pique tout en pivotant et décalant son bassin du côté opposé. La protection de son avant-bras érafla bruyamment les multiples pointes aiguisées. Retournant brusquement son poignet, il attrapa le long manche de l’arme. Au lieu de repousser l’offensive, il encouragea le mouvement, et se servit de l’élan du Matis pour le déstabiliser tout en préservant l’impulsion de son assaut. Déviant légèrement la direction de l’attaque, et toujours sans décoller les pieds du sol, il courba son dos en arrière, et esquiva le coup horizontal que l’épéiste tenta de lui assener. Il n’eut alors qu’a faire en sorte que l’arme conserve sa vélocité pour que ses pointes mortelles transpercent la cuisse gauche du malheureux à l’épée, qui s’écroula sous le choc en hurlant. Emporté par le mouvement non contrôlé de sa pique, l’assaillant manqua de tomber sur le blessé. Pü saisit l’opportunité et l’y aida. Dégainant une de ses dagues de sa main libre et lâchant de son autre main la pique fermement enfoncée dans la chair du Matis, il fit un pas en arrière pour reprendre son équilibre et enfonça d’un coup précis sa lame dans la jointure cervicale du casque du piquier. Une longue gerbe de sang gicla alors qu’il retirait sa dague de la carotide de sa victime. Le soldat s’effondra sur son arme, qui s’enfonça encore plus profondément dans la plaie sanguinolente de l’homin resté à terre. Pü jeta un coup d’œil en arrière : le général serait bientôt là. Il rangea sa dague maculée de sang et s’approcha du soldat gravement blessé, désormais coincé sous la lourde armure encore palpitante de son camarade. Celui-ci enleva son casque et se mit à gémir. L’homin devait avoir l’âge de son frère, soit entre cinq et dix ans de plus que lui.

- Pitié, je ne veux pas mourir !

Pü avait sincèrement pitié. Il détestait tuer. Et particulièrement quand ses adversaires n’y étaient pas préparés. Mais il n’avait plus le choix. Il y était presque, il ne pouvait pas tout abandonner maintenant. Le jeune Zoraï fit à nouveau le vide dans sa tête et ignora la plainte du Matis. Il se rapprocha de lui, posa délicatement son pied gauche sur son cou, et le brisa d’un coup de talon. Un. Il ne lui manquait plus qu’un. Si l’artilleur évanoui suffisait, l’homin qui lui faisait dorénavant face ne le laisserait sûrement pas approcher le blessé sans combattre. Le général avait en effet sauté de sa monture et se dirigeait désormais vers le guerrier d’un pas décidé. Arrivé à quelques mètres de lui, il ôta son casque. Pour la première fois depuis longtemps, Pü eut un mouvement de recul. Durant un instant, l’enfant cru voir le masque de son père. Le Matis était dans la force de l’âge, comme l’indiquaient les quelques rides qui venaient troubler l’harmonie des traits de son visage et la perte d’éclat de sa longue chevelure couleur ébène. Mais par-dessus tout, ce fût l’assurance et l’intensité de son regard qui lui rappela son père. Ces yeux bleus perçants étaient ceux d’un homin déterminé, prêt à tout donner pour accomplir sa volonté. Pü recula d’un pas.

- Il n’est pas nécessaire que nous combattions, dit-il d’une voix troublée. J’ai accompli ma mission. Laissez-moi l’artilleur et rentrez chez vous. S’il vous plaît, suivez mon conseil, et rejoignez votre famille.

Le général posa son casque à ses pieds et dégaina une longue et large épée finement décorée. Il lui envoya un regard glacial.

- Je ne vais pas pouvoir accéder à ta requête mon garçon. Tu viens à toi seul de tuer trois chevaliers du Royaume. Le Karan et ses conseillers doivent savoir comment et pourquoi la Théocratie forme des enfants-soldats à des missions d’assassinat.

- À nouveau, ma tribu et moi ne dépendons pas de la Théocratie. Je vous en prie, partez, répliqua Pü en reculant à une seconde fois.

Le Matis s’avança d’un pas déterminé.

- T’a-t-on forcé à tuer ? S’il est normal qu’un garçon de ton âge apprenne à combattre, il ne devrait pas avoir à faire couler le sang si jeune. Et sûrement pas dans ces conditions. Un garçon de ton âge passe du temps avec ses amis, ses frères, ses sœurs, son père et sa mère.

À l’écoute des paroles du militaire, et l’évocation de ses proches, le jeune Zoraï fut pris d’un coup de sang.

- Ne parlez pas de ma famille ! Fuyez, tant qu’il en est encore temps !

Un sourire froid s’afficha alors sur le visage du général.

- Il me semble avoir touché la corde sensible. Seraient-ce tes parents qui t’ont envoyé si loin de la Jungle pour commettre ces meurtres ? Une mère est censée enseigner l’amour à ses enfants, et non pas la mort.

Une violente céphalée transperça le crâne de l’enfant.

- Je vous interdis de parler de ma mère !

À son départ, elle avait pleuré. Elle l’avait même exhortée à ne pas devenir un monstre assoiffé de sang. Mais pour autant, elle ne l’avait pas empêché de partir. Par son comportement, elle approuvait les coutumes barbares transmises par leurs ancêtres. Pü aimait sincèrement Ma-Duk, autant qu’il détestait Jena. Les Kamis protégeaient Atys, tandis que la Karavan la détruisait en pillant ses ressources. Mais pouvait-on aimer Ma-Duk sans apprécier le goût du meurtre ? Combien de temps encore réussirait-il à feindre son attachement aux valeurs de sa tribu ? Et si à ce simple acte de pensée, Ma-Duk considérait déjà qu’il ne lui était plus fidèle, pourrait-il jamais devenir l’Ombre du Masque Noir ? Son père l’exécuterait-il lorsque Grand-Mère Bä-Bä lui apprendrait la nouvelle ? Son frère et sa mère le laisseraient-il faire ? Pü atteignait ses limites, son cerveau était en ébullition. Sentant le Zoraï flancher, le Matis le poussa à bout.

- L’Herena avait donc raison, vous n’êtes que des animaux ! Les hommes de votre peuple engrossent vos femmes et les transforment en mères pondeuses, juste bonnes à produire des enfants-soldats qui seront sacrifiés sur l’autel de vos croyances haineuses !

Pü dégaina ses deux dagues et s’élança vers le Matis en hurlant. Il lui avait laissé l’opportunité de fuir, et celui-ci ne l’avait pas saisie. S’il désirait mourir, alors Pü l’y aiderait, aussi simplement qu’il l’avait fait pour ses soldats. Cela ne prendrait que quelques secondes. Tout serait terminé, bientôt. Il n’aurait plus à supporter cette douleur. C’est en tout cas ce qu’il imagina sous le coup de la fureur. L’épée du général s’illumina et le jeune guerrier fut saisi aux chevilles avant même de comprendre la manigance du militaire. L’expérience du Matis avait parlé, et l’orgueil du Zoraï allait lui coûter cher. Il avait sous-estimé son adversaire et s’était précipité aveuglément sans anticiper l’utilisation de l’enchantement d’entrave. Des racines avaient jailli de l’écorce sous ses pieds et l’empêchaient totalement de bouger. Étant donné l’élan de sa course, Pü avait manqué de trébucher en avant, et ce n’était que de justesse qu’il avait réussi à se maintenir debout. Pris de panique, il tenta de s’extraire du piège magique en tailladant à l’aide de ses dagues les ramifications qui remontaient maintenant le long de ses mollets, oubliant par la même occasion le lanceur du sortilège. Soudainement, alors que toute son attention était portée sur ses jambes, le ciel s’assombrit. Son sang se glaça lorsqu’il leva la tête par réflexe. Au-dessus de lui, l’imposante armure du Matis masquait la lumière de l’astre du jour. Celui-ci avait profité de l’affolement du Zoraï pour arriver au corps-à-corps. Le contre-jour accentua son regard féroce, qui pétrifia Pü de toute part. Le général leva sa grande épée en position plongeante. Son armure blanche s’illumina lorsque la lumière filtra suite au changement de posture, et Pü dut détourner les yeux pour ne pas être aveuglé.

- Laisse toi faire, dit le Matis d’un air grave. Le coup que je vais te porter va t’infliger une blessure critique. Si tu bouges, il risque de t’être fatal. Je te maintiendrai en vie jusqu’à ce que les renforts arrivent. Nous te conduirons ensuite à Karavia.

Si le général semblait confiant en sa capacité de l’emmener vivant auprès du Roi, Pü préférait mourir mille fois plutôt que de devenir captif des suppôts de la Karavan. Il essaya à nouveau de se débattre, mais les racines enserraient maintenant sa taille et commençaient à remonter sur son ventre. Voilà, c’était ainsi que s’achevait sa courte vie. Finalement, Grand-Mère Bä-Bä avait eu tort. Lui, qui avait grandi avec l’idée de devenir l’Ombre du Masque Noir, et de périr parmi les siens en protégeant son frère, allait mourir seul et loin de chez lui, avec pour dernière vision l’éblouissante empreinte astrale de Jena. Quelle ironie. Alors que le Zoraï avait tourné son masque sur la gauche pour ne pas avoir à supporter plus encore le reflet moqueur de la cuirasse, il aperçut une étrange source lumineuse au-delà de la lisière du sentier, sous l’ombre des grands arbres sylvestres. En se concentrant, il distingua précisément deux sphères de tailles identiques. Elles étaient d’une blancheur éclatante et luisaient d’autant plus qu’elles étaient entourées d’obscurité. Non, ce n’était pas seulement l’obscurité. Pü distingua une petite silhouette noire parmi les ombres. Son sang se glaça à nouveau. Ce n’étaient pas des sphères, c’étaient des yeux. Ceux du Kami de la jungle qui lui était apparu il y a quelques mois. Il était là. Ma-Duk le regardait.

Non, il ne pouvait abandonner. Il était un Guerrier Noir de Ma-Duk, forgé par les meilleurs combattants de la Jungle et béni par les Kamis. Tant qu’il pourrait se battre, il n’abandonnerait pas. Revigoré, son corps réagit d’instinct lorsque le général abattit son arme sur lui pour lui transpercer la clavicule gauche. Il envoya son bras droit au contact de la lame massive pour se protéger, et si sa dague ne réussit pas à bloquer le coup, elle permit néanmoins de dévier l’attaque, au prix d’une partie de sa main, qui vola en éclats. L’état d’extrême tension dans lequel se trouvait le jeune guerrier eut pour effet positif de lui faire totalement ignorer la douleur. L’épée l’érafla et se planta lourdement dans le sol. Profitant de la seconde de répit qu’il lui était offerte, Pü lâcha la dague qu’il tenait dans sa main gauche et puisa dans sa sève pour incanter à deux mains un sortilège de feu. Il n’hésita pas, et enflamma son corps pour s’évader de sa prison de bois. Il réussit à se dégager des racines partiellement consumées au moment où le général arracha son épée du sol. Alors qu’il lançait son second assaut, Pü réussit à l’éviter de justesse grâce à une roulade. Le Matis enchaîna avec une série de frappes d’estoc et de taille, que le jeune guerrier esquiva à l’aide de diverses acrobaties. Désarmé, il n’était pas en mesure de parer les attaques. S’il était bien plus habile que le général et sa lourde armure, celui-ci semblait bien plus endurant, et n’avait pas encore subi de blessures. Plus dangereux encore, ses coups se faisaient de plus en plus précis. Pour la première fois de sa vie, Pü combattait un maître d’arme dans un combat à mort. L’expérience du Matis parlait, et il ne lui fallut que peu de temps pour commencer à anticiper les mouvements du jeune guerrier.

Les minutes défilaient et Pü s’essoufflait à vu d’œil. À plusieurs reprises, le soldat réussit à le frôler, entaillant son corps d’enfant de la pointe de son épée. Pü consommait régulièrement de sa sève pour régénérer partiellement ses forces, mais à ce rythme, il atteindrait bientôt ses limites. S’il aurait aimé pouvoir passer dans le dos du Matis pour tenter de lui briser la nuque, comme il savait si bien le faire, celui-ci ne lui laissait aucun répit. Sans arme, il n’avait aucun moyen de s’extraire de cette situation perdue d’avance. Alors qu’il cherchait une échappatoire, il aperçut une dague pendant à la taille du soldat, cachée derrière le drap d’apparat qui était enroulé autour de sa ceinture. Comment n’avait-il pas pu la voir avant ? Pü se maudit et imagina un plan d’action, entre deux roulades et trois contorsions. Il allait jouer le tout pour le tout. À bout de souffle, le Zoraï attendait le moment idéal pour agir. Soudainement, lui qui ne faisait jusqu’alors que reculer face aux assauts du Matis, profita d’une large frappe de taille pour effectuer une roulade avant et passer sous la lame tranchante. Son mouvement tout juste terminé, il poussa aussi fort qu’il put sur ses jambes, et bondit sur le flanc gauche du soldat. Si le Matis fût décontenancé par la direction de l’esquive, il réagit très vite et rendit un violent coup de pied latéral au jeune guerrier. Le corps de l’enfant craqua sous la lourde botte du soldat et alla s’écraser plus loin sur le sol. Pü se releva péniblement sur un genou et cracha du sang. Son adversaire venait de lui briser plusieurs côtes. Mais derrière son masque, le jeune guerrier souriait : sa main valide était désormais armée. Bien que différente des dagues qu’il avait l’habitude de manier, celle du Matis ferait parfaitement l’affaire. Le jeune homin inspira un grand coup et leva son masque vers le général. Celui-ci s’était retourné et s’apprêtait à réaliser une percée avec son épée pour retourner au corps-à-corps.

- Abandonne mon garçon ! dit-il en chargeant.

À nouveau, Pü n’aurait qu’une seule chance. Et jusqu’alors, la chance lui avait souvent souri. Finalement, peut-être que le Kami de la jungle veillait réellement sur lui. Alors que le soldat se précipitait sur lui l’épée dirigée vers l’avant, Pü attendit le bon moment et jeta sa dague en l’air, loin au-dessus de lui. Aussitôt fait, il plaqua ses deux mains au sol, et puisant jusqu’a sa dernière goutte de sève, il incanta une puissante onde de choc. L’écorce se brisa et une tempête de poussière se souleva au moment ou le Zoraï se propulsa dans les airs. Totalement surpris par la nature de l’attaque et partiellement aveuglé par le brouillard de débris, le Matis crut à tort que le Zoraï tentait simplement de s’enfuir. Il comprit trop tard la réalité de la situation lorsque qu’il sentit son épée s’alourdir brusquement sur l’avant. Pü venait d’atterrir sur le plat de la lame et s’élançait tel un funambule en direction de son porteur. Déjà bien déséquilibré, le Matis tenta en vain de se redresser au moment où Pü prit à nouveau appui sur l’arme pour voltiger. Le jeune guerrier atterrit cette fois-ci sur ses épaules, et se propulsa une derrière fois en direction du ciel, l’obligeant par la force de ses jambes à poser un genou à terre. Pü devait se situer à environ quatre mètres du sol, et survolait le nuage de poussière qui commençait à se dissiper. Il n’eut qu’à tendre son bras valide pour attraper la dague qu’il avait précisément jeté quelques secondes auparavant. Écartant les jambes et regardant vers sol, alors que la gravité commençait à faire effet, il posa ses yeux sur le visage du général. Celui-ci avait perdu son regard terrifiant et ouvrait grand les paupières. Pü y lut de l’admiration. L’enfant effectua à nouveau un lancé parfait et la dague alla droit se planter dans la tempe gauche du Matis.

Toujours en l’air, le Zoraï se préparait à se réceptionner correctement, mais ses côtes cassées l’en empêchèrent. Il s’effondra lourdement sur le flanc opposé, non loin du cadavre du général qui adoptait une étrange position, figé sur ses genoux. Sa tête pendait en arrière, dirigée vers l’astre du jour et sa longue chevelure d’ébène se soulevait légèrement au grès du vent. Pü s’allongea sur le dos et écarta les bras. Terminé. Son calvaire était terminé. Il était libre de rentrer chez lui et de retrouver ses proches. Bientôt, tout redeviendrait comme avant. Malheureusement, la résurgence de la douleur vint briser ces pensées positives. Pü se redressa et examina son corps : ses jambes et son bassin étaient recouverts de cloques, sa peau était entaillée de manière superficielle à plusieurs endroits et un tiers de sa main droite avait été sectionnée, comprenant son auriculaire et son annulaire. C’est en regardant sa mutilation qu’il se rendit compte que son sortilège de feu avait entièrement cautérisé son moignon. En plus de cela, quatre de ses côtes étaient cassées. Finalement, avec un peu de recul, il s’en était plutôt bien sorti. Et surtout, cette douleur n’était rien en comparaison de ce qu’il avait vécu il y à quelques mois, lors de la pousse de son masque.

« Ma-Duk nous offre l'ultime douleur pour que toutes les peines du monde n'atteignent jamais ses soldats. »

Alors qu’il se remettait péniblement debout, il entendit une voix. Pü essaya par réflexe de dégainer ses armes perdues et se mit en position de combat, cherchant du regard son nouvel adversaire. Personne. La voix se fit plus nette. Pü comprit alors qu’elle venait du général, et que celui-ci avait donc survécu. S’il n’était définitivement plus une menace, il se dirigea malgré tout vers lui avec prudence. Il était de loin l’adversaire le plus coriace qu’il avait eu à affronter, en dehors des séances d’entraînement de sa tribu. Lorsqu’il passa dans son champ de vision, le Matis, qui regardait l’astre du jour, posa son regard sur lui, la dague toujours figée sans sa tempe gauche. Du sang coulait le long de sa joue.

- Mon garçon, ta dernière acrobatie était impressionnante, dit-il en toussotant. Jamais je n’ai combattu un adversaire aussi agile que toi.

Pü le toisa froidement sans répondre. Il le félicitait ? Définitivement, il n’oublierai pas de sitôt cet adversaire.

- Ah, d’ailleurs, pardonne-moi à propos de ce que j’ai dit, sur ta mère et ton peuple. Si je n’approuve pas du tout les manières d’agir de ta tribu, je ne pensais pas mes insultes. Les Zoraïs ne sont pas des sauvages, de la même manière que les Trykers ne sont pas des esclaves. Et si vous êtes en effet endoctrinés, nous le sommes tout autant. J’ai simplement voulu te provoquer, ce qui a plutôt bien fonctionné.

Pü n’en revenait pas. Il avait décimé à lui tout seul la moitié de son escouade et allait bientôt lui ôter la vie. Et pourtant, le soldat regrettait ses paroles et s’excusait.

- Mon garçon, mes secondes sont comptées. Avant de m’incliner, j’aimerais que tu accèdes à deux de mes requêtes. Tu as gagné ce duel, tu n’es pas obligé d’accepter. Cependant, je te demande d’écouter ton cœur.

Si sa mère lui avait déjà parlé du code d’honneur des chevaliers matis, c’était la première fois que Pü en observait l’application. Tous les soldats de Matia qu’il avait affronté jusqu'alors ne s’étaient jamais comportés de la sorte. Le Zoraï se détendit et s’agenouilla devant lui.

- Dites moi, je vous écoute.

- Premièrement, j’aimerais que tu épargnes et que tu mettes en sécurité Sivaldo, l’artilleur que tu as assommé. C’est un brave soldat, comme bien d’autres. Mais plus que tout, son âme est particulièrement belle. Durant trop de décennies les Matis ont propagé la haine, et l’ont subie en retour. Notre peuple à besoin de garçons comme lui. Tout à l’heure, tu m’as proposé de fuir, en te l’abandonnant. Si tu n’avais besoin que d’une vie, c’est chose faite, tu as déjà obtenu la mienne.

- J’accepte, dit Pü, qui aurait de toute manière épargné le soldat.

- Merci infiniment, répondit le général, en souriant faiblement. Pour finir, j’aimerais que tu me laisses chanter pour ma compagne et ma fille. Ces femmes sont ce que j’ai de plus cher en Matia. Depuis toujours elles sont ma raison de combattre. C’est avant tout pour elles que je forme des soldats et que je protège le Royaume.

Des larmes se mirent à couler et se mêlèrent au sang, alors qu’il se remettait à fixer l’astre du jour.

- Si tu acceptes, je serai un homin comblé. Mort lors d’un magnifique combat, sous le regard de Jena, en l’honneur des femmes de ma vie.

Pü regarda discrètement en direction de l’endroit où il avait aperçu le Kami. Il n’était plus là. Au fond de lui, il savait qu’il était mal de laisser un ennemi proférer un chant païen. Mais en parlant de sa femme et de sa fille, le général l’avait touché. Comment pourrait-il ne pas accepter son dernier souhait ? Pü s’agenouilla à côté de lui et posa une main sur son épaule.

- Je vous écoute.

- Je savais que tu accepterais, soupira le Matis avant de s’éclaircir la gorge. Ferme les yeux, laisse ton esprit aller, et entends le chant de la Forêt. Je vais l’accompagner de ma voix.

Perdant toute notion de prudence, Pü lui obéit. Il était vrai qu’a bien des égards, les forêts de Matia regorgeaient de merveilles, qui une fois les yeux clos, s’exprimaient aussi bien dans ses senteurs parfumées que dans le bruissement apaisant de ses arbres. Le silence se fit. Le général attendit que le vent se lève et entama son chant.

La Mère j'ai prié, et pour Elle combattu,
Qui enfant me berça de douces litanies.
Mais à l'heure du trépas, petite et mie,
C'est à votre douceur que je suis revenu.

Le Karan j'ai servi, et pour lui j'ai lutté,
Qui tôt récompensa ma soif du meilleur.
Mais c'est vous, épouse et fille chères à mon cœur,
Qui le meilleur sans barguigner m'avez donné.

La Karavan j'ai craint, et pour son compte agi,
Tant ses machines noires déployaient de pouvoir.
Mais c'est peur de vous perdre qui met au désespoir,
Alors que lentement ma sève se tarit.

La Forêt j'ai aimé, et pour Matia souvent,
Quitté les artifices d'une Cour empesée.
Mais si par miracle autre jour m'était donné,
C'est auprès de vous deux que passerais mon temps.

Que Jena me pardonne et ses clercs me maudissent,
Qu'Aniro me renie et courtisans se réjouissent,
Qu'Atys m'engloutisse et à jamais m'oublie,
Je meurs plein de vous, mon enfant, mon amie.

Pü rouvrit les yeux, totalement désorienté. Son masque ruisselait de larmes et son rythme cardiaque s’était emballé. Pris de vertiges, il suffoquait bruyamment. Que lui arrivait-il donc ? Était-il en train de décompenser toute la tension qu’il avait accumulée ces dernières semaines ? En partie, mais pas seulement. Ce chant, il l’avait complètement bouleversé. Il faisait écho à tant de choses en lui : son amour pour Ma-Duk, qui bien que sincère, ne surpasserait jamais celui qu’il éprouvait pour son frère et surtout pour sa mère ; l’extrême loyauté dont il faisait acte envers sa tribu, dont il maudissait pourtant les coutumes en silence ; la peur de décevoir son père, qu’il savait capable de le renier ; et la crainte qu’il éprouvait vis à vis des Kamis, qui privaient leurs fidèles de liberté sous couvert de grands desseins. Cet étranger, qui devait avoir l’âge de son père, était en vérité si peu différent de lui. Il était son miroir, et il venait de lui ôter la vie. Pü resserra ses points tremblants et tenta de réguler sa respiration. Un soir, sa mère lui avait parlé d’une maladie psychosomatique, qui pouvait causer ce type de symptômes à ceux qui s’exposaient à de puissantes œuvres d’art. Ce chant était l’une d’elle. Il le marquerait à vie, il le savait. Remarquant son émoi, le général l’interpella. Sa diction était de plus en plus lente.

- Ressaisis toi mon garçon, tu dois apprendre à gérer tes émotions. Tu t’engages sur une voie bien sombre, sur laquelle tu as été contraint de te rendre, et qui va te faire connaître de nombreuses difficultés.

Pour la première fois depuis le début de la discussion, le Matis prit un air grave.

- Je t’ai vu combattre, j’ai observé ta manière de faire et ton regard. Tu es beau être un combattant exceptionnel, tu détestes tuer. Tu n’es pas de ceux qui s’enivrent du sang de leurs victimes. À chaque fois que tu enlèves une vie, c’est comme si tu te tuais toi même. Tu es jeune, tu peux encore reprendre en main ton destin et voguer vers des lendemains plus heureux.

Si seulement il savait, pensa Pü, en se remémorant les prédictions de Grand-Mère Bä-Bä.

- Allez… Je n’ai fait que trop durer ce moment… Il est temps pour moi de rejoindre mes ancêtres, balbutia-t-il en s’affaissant sur le Zoraï.

- Attendez, dites moi votre nom ! Ainsi que celui de votre fille et de votre femme !

- Je suis Sirgio di Rolo… Ma femme se nomme Virinia… Et notre magnifique petite fille… Trini…

Pü maintint les épaules du général, et l’allongea sur le sol. Il était mort. Il lui ferma les yeux et délogea délicatement la dague qui était plantée dans sa tempe.

- Sirgio di Rolo, je vous fais la promesse de prier tous les matins pour le salut de votre fille durant l’année qui vient, dit le jeune Zoraï en rapprochant la dague ensanglantée du front du Matis. Je décide aussi que je lierai mon âme à la vôtre durant ma Cérémonie du Retour. J’espère que vous me donnerez la force de changer ma destinée.

À ces mots, l’enfant plaça minutieusement la pointe de sa dague sur le front du défunt, juste au dessus de ses deux yeux. Le crâne craqua lorsqu’il enfonça la lame d’un coup sec. Il découpa ensuite un rond précis, puis récupéra une petite pince rangée dans une pochette de sa ceinture. Sans hésiter, Pü introduit l’instrument dans la plaie, et le manipula durant de nombreuses secondes. Il semblait avoir fait ça toute sa vie. Il extirpa finalement un petit morceau de chair informe qu’il déposa délicatement dans une autre de ses poches. Il répéta l’opération sur les trois autres cadavres, prenant bien soin de placer les morceaux de chair dans des pochettes distinctes. En dernier lieu, il arriva au niveau de Sivlaldo, l’artilleur évanoui que le général lui avait demandé d’épargner. Comme les autres soldats, il devait avoir environ l’âge de son frère. À n’en pas douter, ce Matis était probablement considéré par son peuple comme un modèle de beauté. Il était grand et bien bâti, et disposait d’une longue chevelure tressée d’un blond éclatant. Les traits harmonieux de son visage semblaient avoir été dessinés à la main, et quand Pü lui souleva les paupières pour vérifier son état, il y trouva des iris argentées. Malheureusement pour lui, son visage était maintenant traversé d’une longue et profonde entaille. Si le Zoraï était en mesure de refermer totalement la plaie, il ne réussirait pas à effacer totalement la marque causée par l’impact du bouclier. Il était en effet trop faible, et devait garder de la sève pour guérir ses propres blessures.

Une fois le Matis soigné, il se dirigea jusqu’au buisson où il avait caché son panier carré. Pü sortit délicatement le contenant des feuillages et le posa sur le sol. Satisfait de l’emplacement, il ouvrit précautionneusement le couvercle, comme s’il renfermait un trésor. Le panier contenait un cube d’ambre parfaitement enchâssé dans le réceptacle d’osier, qui semblait lui-même renfermer plusieurs dizaines de formes. Il récupéra méticuleusement un des morceaux de chair qu’il avait rangé dans les poches de sa ceinture, et le posa sur la seule face visible du cube. Il n’eut alors qu’a concentrer sa sève tout en prononçant la célèbre Stance de Daïsha pour que l’amas sanguinolent s’enfonce dans l’ambre altéré par le sortilège et s’y fige. Il réitéra l’opération trois fois et prit soin de terminer par le fragment du général. Il grava l’ambre au-dessus de sa position pour le distinguer des autres morceaux de chair. Lorsqu’il referma le couvercle du panier, il exprima un sincère soupir de soulagement. Pour la première fois depuis des semaines, son lendemain ne serait pas entaché de sang. Suite à cela, il veilla patiemment sur le corps du survivant en attendant que les renforts arrivent. Il profita du moment de répit pour revitaliser sa réserve de sève et panser ses blessures. S’il répara ses côtes brisées et referma ses plaies, il prit la décision de ne pas régénérer ses deux doigts manquants. Par sa mutilation, ce jour resterait à jamais gravé dans sa mémoire. Et lorsqu’il entendit le tumulte de la cavalerie matis résonner au loin, il disparut sous la pénombre des arbres centenaires.

Le voyage du retour se fit sans encombre. Pü quitta les immenses forêts de Matia et dut emprunter plusieurs vortex afin de retrouver sa Jungle natale. Il n’eut aucun mal à franchir la Grande Muraille de Zoran au masque et aux cornes des gardes-frontières, qui semblaient d’ailleurs se reposer un peu trop sur l’immensité du mur. Certes, l’édifice était imposant. Mais en l’ayant escaladé à plusieurs reprises, le jeune homin s’était fait une bonne idée de son état. Malheureusement, le manque d’entretien se faisait gravement sentir par endroits. Un jour, des ennemis de la Théocratie feraient tomber le rempart avant même que les grands sages ne puissent le prédire. L’enfant espérait que le moment arrivé, les Zoraïs seraient prêt à accueillir l’envahisseur. Durant tout son voyage de retour, Pü avait été traversé de sentiments contradictoires. Dès lors qu’il avait été contraint de quitter son village, son envie d’y retourner au plus vite ne l’avait jamais abandonné. Mais s’il avait espéré reprendre une vie normale une fois rentré, il ne pouvait dorénavant plus s’empêcher de se remémorer les derniers mots de Sirgio di Rolo.

« Tu es jeune, tu peux encore reprendre en main ton destin et voguer vers des lendemains plus heureux. »

Était-il réellement capable de redevenir maître de sa destinée ? Pouvait-il s’opposer aux coutumes violentes de sa tribu ? Réussirait-il à empêcher son frère de mener la croisade sanglante qu’il promettait ? Tant de questions qui le tourmentaient depuis son départ de Matia.

L’astre ambré se couchait à peine lorsque Pü arriva finalement à destination. Le second astre, celui du jour, commençait tout juste à reprendre du volume, et balayait de ses faibles rayons le panorama qui s’offrait à lui. L’enfant eut un mouvement de recul. Après avoir vécu plusieurs mois au cœur d’envoûtantes forêts multicolores, il avait oublié la froideur de son monde. Au sommet de la colline, la gigantesque souche morte qui abritait son village trônait sinistrement sur une végétation rabougrie et noircie. Les ancêtres racontaient qu’autrefois, la souche était l’arbre-ciel le plus imposant du pays, et qu’il renfermait des matières première exceptionnellement rares. Bien entendu, la Karavan avait tenté de s’en emparer, et les Kamis s’y étaient violemment opposés. Dans un assaut désespéré, les Agents de Jena avaient déployé une machine infernale cracheuse de feu. Mais pas n’importe quel feu. Un feu bien plus vorace et résistant qu’ordinaire, qui avait ravagé une bonne partie de la région avant de déchirer l’écorce et de continuer sa course dans les Primes Racines. On raconte qu’encore aujourd’hui le feu serait en train d’œuvrer en silence dans les profondeurs d’Atys. Les autres Zoraïs appelaient cet endroit la Souche Maudite, et considéraient que seuls des fous pouvaient s’installer en un lieu aussi sinistre. Avec le recul, Pü comprenait désormais pourquoi.

L’enfant gravit la colline en direction de l’inquiétante déchirure qui faisait office d’accès. Aussitôt les gardes l’eurent-ils reconnu qu’ils s’inclinèrent avec déférence. Pü entra dans la souche et fila sans perdre une seconde vers la hutte de Grand-Mère Bä-Bä. Il évoluait par habitude dans les allées tortueuses de cet étrange village aux multiples étages, et esquivait instinctivement les racines qui s’entremêlaient sous ses pieds. La déconvenue née de la comparaison du paysage grisâtre avec les chaleureuses forêts de Matia avait vite été oubliée, laissant place aux vieux réflexes. Durant sa course, il croisa plusieurs Zoraïs, qui une fois la surprise passée, baissèrent tous la tête en guise de respect. Pü leur rendit leur salut, mais évita de leur parler. De toute manière, il savait que tous seraient bientôt au courant de son retour. Lorsqu’il fut à deux pas de chez Grand Mère Bä-Bä, il aperçut des vapeurs violettes s’échapper de la hutte, et son nez lui piqua, signe que la doyenne du village était en train de concevoir une préparation. Il poussa les premiers rideaux, et avant même de pénétrer totalement l’habitation, la vieille dame l’interpella.

- Je t’attendais mon enfant. Pose le cube d’ambre sur l’autel et marque l’offrande que tu comptais te garder, si ce n’est pas déjà fait.

Pü passa la dernière étoffe et aperçut Grand Mère Bä-Bä, debout sur un tabouret et pliée en deux au-dessus d’un grand chaudron. En la revoyant ainsi, fripée, squelettique et tordue, Pü se demanda à partir de quel âge la mort se lassait d’attendre, et renonçait à intervenir. Il s’avança vers l’autel et posa son panier. L’ancêtre touillait une étrange mixture odorante avec une grosse cuillère en bois.

- Je suis en train de terminer de concocter le breuvage pour ta Cérémonie du Retour. Maintenant file retrouver ta mère. Tu lui manques terriblement.

Pü obéit et se dirigea vers la sortie. Cependant, il ne réussit pas à se retenir de lui poser une question.

- Mamie, comment as-tu su que j’allais arriver ?

Grand mère Bä-Bä fit claquer sa langue et Pü se crispa instantanément. Lorsqu’il était plus jeune, ce bruit caractéristique était souvent accompagné d’un coup de canne. L’enfant avait mal aux doigts rien qu’en y pensant. D’un son, elle venait de lui rappeler qu’elle restait la plus haute autorité du village, et qu’il ne fallait pas lui désobéir.

- File je te dis ! Et si tu veux un conseil, évite de mentionner précisément comment s’est soldée la dernière rencontre que tu as faite en pays de Matia, et les doutes auxquels tu fais face depuis. Le village risque de ne pas apprécier, et surtout pas ton père.

Pü poussa les rideaux qui masquaient l’entrée tel un automate, perturbé à la fois par la précision des connaissances de Grand Mère Bä-Bä et l’idée que son père apprenne la vérité. Cependant, si elle l’avait prévenu, c’est qu’elle ne comptait pas la révéler au Masque Noir. Était-elle de son côté ? Pü n’eut pas le temps de se tracasser plus longtemps. À peine avait-il mis un premier pied dehors qu’il se rendit compte que la moitié du village, sa famille comprise, l’attendait devant la hutte.

Les retrouvailles se passèrent comme il l’avait imaginé. Son père ne le félicita que brièvement, mais son regard était empli de fierté. Son frère lui cogna violemment l’épaule pour marquer son affection, et lui demanda dans la foulée combien de victimes il avait fait. Pour le futur Masque Noir, c’était ce qui importait le plus. Il fut déçu d’apprendre que son cadet s’était simplement contenté des soixante-seize demandées, alors que lui-même en avait presque fait le double à son époque. Quant à sa mère, elle s’effondra sans ses bras. Ou bien Pü s’effondra dans les siens. Il dut faire un effort considérable pour ne pas fondre en larmes devant la foule, et dut attendre de la retrouver en tête-à-tête pour se laisser totalement aller. Si sa mère le réconforta longuement en le couvrant de caresses et de mots doux, elle le réprimanda lorsqu’elle se rendit compte qu’il avait refusé de soigner ses doigts coupés. Looï avait beau être la plus grande guérisseuse de la communauté, passé un certain délai de cicatrisation certaines blessures devenaient permanentes.

Le soir même, la Cérémonie du Retour eut lieu. Toute la tribu se réunit sur la grande place circulaire qui était située dans les profondeurs du village, et sur laquelle trônait le gigantesque totem recouvert des masques de leurs héroïques ancêtres. Un breuvage fut distribué à chaque villageois, nouveaux-nés compris. Il contenait un mélange alcoolisé de sève et de sang, adouci avec du sucre pour les plus jeunes. Les Zoraïs se placèrent en cercles concentriques et attendirent que Grand Mère Bä-Bä arrive, accompagnée comme toujours par la mère de Pü. Bien qu’habitués aux divers rituels qui avaient souvent lieu au sein de la communauté, tout le monde retint son souffle lorsqu’elle leva le bras. Les lumières des habitations surplombant la place fusèrent dans sa paume fermée et une petite sphère de lumière rouge en sortit lorsqu’elle ouvrit la main. L’astre pourpre s’envola jusqu’au totem et pénétra la bouche d’un masque. Les orifices des autres visages s’illuminèrent alors instantanément. La vieille dame lâcha le bras de Looï, qui lui servait jusqu’alors de canne, et récupéra d’un mouvement tremblotant le bol qu’elle lui tendait. Elle s’avança jusqu’au totem alors que la mère de Pü rejoignait sa famille dans le premier cercle.

- Mes fils, mes filles, nous sommes réunis ce soir pour célébrer le retour de Pü Fu-tao parmi nous ! cria la vieille dame d’une voix étrangement amplifiée. Le jeune garçon est revenu plus fort de son exil en terres païennes, et avec en sa possession les soixante-seize graines de vie demandées ! Le Grand Masque salue son effort. Mais ce n’est pas tout ! Il m’a aussi confié quelque chose. Nous en avons maintenant la certitude, la Première Croisade débutera bientôt, et sera portée par nos enfants ! Dans quelques années, un événement bouleversera Atys et sonnera le début des Temps Nouveaux !

Pü regardait fixement le breuvage situé dans son bol, comme hypnotisé. La couleur du liquide oscillait entre le violet et le noir, et des petites particules de chair rougeâtres remontaient de temps à autre à la surface. Alors comme ça, Ma-Duk s’était adressé à Grand-Mère Bä-Bä pour lui dire que la Première Croisade aurait bientôt lieu ? Pü frissonna. Lui, qui avait passé son voyage de retour à rêver d’un autre futur, venait de se faire froidement rattraper par la réalité.

- Maintenant, buvez l’offrande de Pü ! continua la doyenne. Nourrissez-vous de l’essence des karavaniers ! Absorbez leurs âmes et priez pour elles ! Elles vous donneront la force d’accomplir le projet divin auquel nous devrons tous participer, d’ici peu ! Et si le Grand Masque le veut, ils seront alors pardonnés pour leurs péchés.

Les Zoraïs burent d’une traite le liquide visqueux et les parents s’occupèrent de la dose des plus petits. Pü avala sans rechigner l’horrible mixture, toujours perdu dans ses pensées. Alors que son peuple commençait d'entonner en chœur les premiers chants liturgiques de la soirée, Pü jeta un regard triste vers celle qu’il venait à peine de retrouver, et qu’il risquait à nouveau de perdre d’ici quelques années. Il fredonna un autre air.

Que Jena me pardonne et ses clercs me maudissent,
Qu'Aniro me renie et courtisans se réjouissent,
Qu'Atys m'engloutisse et à jamais m'oublie,
Je meurs plein de vous, mon enfant, mon amie.

Encore quelques années à profiter de sa présence. Ensuite, il n’y aurait plus que la guerre, la douleur, le sang et la mort. Celles des autres, la sienne, mais peut-être aussi celle de sa mère. Quoi qu’il advienne, Ma-Duk devait le savoir : ce combat, il le mènerait avant tout pour elle. Sa vie importait plus que celles de tous les Kamis réunis. Et comme pour Sirgio di Rolo, ses derniers mots lui seraient consacrés.



Notes HRP:
- Ce texte est une fiction et n’a pas pour volonté de porter atteinte à l’univers de Ryzom. Si vous avez des doutes quant à ce qui est vrai ou faux, possible ou impossible, contactez la Lore Team ou faites un tour sur le wiki : https://fr.wiki.ryzom.com/wiki/Accueil,

- Vous trouverez au fur et à mesure de l’écriture des chapitres les versions illustrées ici : https://drive.google.com/drive/folders/1aQrEhvrzECARbHwdTcxh6zq4oDU72Dz3?usp=sharing,
- Quant à l’aventure narrant la découverte du recueil contenant cette histoire, c’est ici: https://app.ryzom.com/app_forum/index.php?page=topic/view/28654/6#6,
- Merci à la Lore Team et particulièrement à Tupuna pour m’avoir transmis un certain nombre d’informations,
- Merci à Nilstilar pour avoir écrit le poème de Sirgio di Rolo, et pour les nombreuses corrections orthographiques,
- Merci d’avance à Lai’Suki pour l’illustration à venir.
]]>
Lyghan
<![CDATA[Poems from the Soul]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/27824/8#190293 Sun, 02 Sep 2018 06:50:05 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/190293 To be the only, the one left,
Standing in the doorway.

I'd call to you,
All those sleeping souls,
All who will always return.

But why, needlessly,
And you ask me to get up,
When you walk in another place.

Hence I am still,
The one still here
Your promised arrival, late.

And to the one who stands,
With me now and always
I love you I love you I love you.

So to those who ask,
Where is this poet,
Answers, with his loved.]]>
Loved
<![CDATA[Ein Augenblick]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/1395/73#190082 Mon, 20 Aug 2018 15:12:06 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/190082



Deles Silam meine Freunde, mein Herz weint.
Deles Silam meine Freunde, es schlägt noch - mein Herz.


Es ist Winter. In Yrkanis liegt Schnee.

Eine recht schlicht gekleidete Matis steht in ihrer ebenso schlicht ausgestatteten Wohnung und betrachtet sich gedankenverloren im Spiegel. Ihr Gesicht ist lang nicht mehr so frisch wie früher, Falten ehren es, Sorgen- aber auch Lachfalten. Sie zieht eine Grimasse und mustert skeptisch ihre Haare. Immerhin noch keine grauen Haare denkt sie amüsiert. Immerhin, Alter macht weise und schenkt Ruhe. Sie lacht trocken.

Auf ihrem Schreibtisch liegt ein altes Buch. Es ist vom Staub befreit und eindeutig im Waldland gefertigt worden, schöne, langsam verbleichende Intarsien zieren den Einband. Ein altes vergilbtes Wappen ist ebenfalls zu sehen. Sie zeichnet es gedankenverloren mit einer Fingerspitze nach.

Sie ist viel gereist in den letzten Jahren, andere Länder, andere Welten, andere Zeiten. Agon, Tyria, Erenor um nur ein paar zu nennen. Aber zuhause, zuhause ist sie nur hier. Ganz egal wo sie gerade ist und wie lange. Ihr Herz ist hier. Immer hier. Sie blättert durch Seiten des alten Buches und lächelt. Es ist fast genauso alt wie sie. Ein Teil von ihr steckt in diesen Seiten. So viele Jahre.

Elizabeth wendet sich wieder dem Spiegel zu und betrachtet sich mit schräggelegtem Kopf und einem Stirnrunzeln. Dann zuckt sie mit den Schultern und steckt sich selber die Zunge raus.
]]>
Elizabeth
<![CDATA[[FR] Réflexions d'une petite Tryker.... [/FR]]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/21146/26#189813 Fri, 03 Aug 2018 09:50:30 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/189813 Pom a patrouillé toute la journée au vide...

Elle est épuisée,
elle sait que dans l'ancienne kitinière elle sera à l’abri. Après avoir mangé un morceau de viande séchée à coté de son feu allumé dans les hauteurs de la souche capitale. La Trykette s’endort comme une masse sous le regard indifférent de Gabatcho son Toub.

Au matin, elle est réveillée par des explosions et des exclamations...
en bas, une bande de Matis s'amusent avec des psychoplas saturés de goo.
Pom observe caché derrière le rebord de la falaise...
Sans savoir pourquoi, elle reste cachée...
l'habitude probablement...

Puis, elle aperçoit Detem AnTalli Talla Neeis. Celle-ci, les yeux levés semble chercher quelque chose.
Pom a la sensation que la vicomtesse l'observe...
c'est étrange de voir Neeis de ses propres yeux

tout change...
]]>
Ubhal
<![CDATA[Atys mag numéro spécial / Atys mag Special issue]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28752/8#189659 Thu, 26 Jul 2018 19:41:34 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/189659
[HRP] Avec un peu de retard pour cause de vacances : Absolument magnifique ! les lucios, la mise en page, le ton... un vrai bonheur! Un grand merci :-)]]>
Louteisang
<![CDATA[An OP for Phaedreas Tears]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28685/13#189657 Thu, 26 Jul 2018 15:08:56 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/189657
Khalaoden
How did the fight for the Zo-Kian Outpost go? In case you won, did you have to defend it since then?

[OOC]
Edit:
Never mind I just saw that there are more posts on the forum about this
[/OOC]
]]>
Jahuu
<![CDATA[The truth is out there]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28768/1#189273 Sun, 08 Jul 2018 19:45:47 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/189273 Lacuna <![CDATA[A cold fire]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28765/3#189268 Sun, 08 Jul 2018 17:04:29 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/189268
She wonders...

Where is Lacuna?

She needs some old fashioned punishment for her heretic words against the Matis..

Star searches all over atys to punish Lac, the slave-master Lac...

At last; Matis can be freed again.]]>
Northstar
<![CDATA[An Open Statement Concerning Zo-Kian Outpost Situation]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28710/35#189213 Fri, 06 Jul 2018 07:59:32 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/189213 * / steals popcorn / *]]> Neeis <![CDATA[Qu'est ce qu'un bon fyros?]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28746/1#189064 Wed, 27 Jun 2018 18:32:32 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/189064

Le bon fyros

Essais d'Azazor sur comment se comporter pour être un bon fyros
   
Vous êtes de race fyros et vous êtes également patriote jusqu’au bout des cheveux ? Alors suivez bien ces conseils qui feront de vous un bon fyros, fier et robuste, le digne descendant des premiers fyros issus des flammes de fyrak.

* Pour commencer, un bon fyros, ça maitrise la hache (une main et deux mains) et le lance-grenade. Le reste, c’est du folklore. Bien sur, ça maitrise la magie offensive (vive le feu!). Le heal n’est que peu utile à un bon fyros. En combat, laissez les autres vous soigner et continuez de taper.

* Un bon fyros, ça combat toujours en lourde, ou alors à poil. Car si on n’a pas besoin d’une lourde, alors on n’a pas besoin d’armure du tout. La légère est réservée uniquement pour l’esthétique lors de certains rendez-vous (akenak, les celiakos, carnaval etc).

* Un bon fyros n’esquive pas, il pare. Donc même en légère, il vous faut une légère parade. Et bien sûr, il vous faut être maitre en combat à mains nues. Il est évident que l’artisanat fyros est de mise en toute circonstance. Seules les armes kamistes sont à la rigueur tolérables lors des combats, mais à condition de les avoir plongées dans du sang ennemie avant. Le sang de matis est conseillé.

*Les couleurs acceptables pour un bon fyros sont le rouge (comme le sang), le noir (comme la cendre) et le beige (comme la sciure). Pas de blanc surtout, ça rappelle trop les matis. En règle générale, méfiez-vous du blanc !

* Le feu est à utiliser en toute occasion (sauf cas très particulier pour les bestioles immunisées, dans ce cas, onde de choc ou élec, jamais de poison, c’est pour les matis). Le feu tue bien sûr, mais il guérit également (plaies, maladies quelconques). Toujours concernant le feu, un bon fyros a toujours sur lui de quoi allumer un feu de camp.

* Un bon fyros, ça préfère crever sur place que de fuir. S’il y a une chance, aussi infime soit-elle, de gagner un combat, alors il reste sur sa position plutôt que de faire demi-tour.

* Rappelez-vous bien qu’impossible n’est pas fyros. Si quelque chose n’a jamais été tenté, ne vous dites pas que c’est parce que c’est impossible, mais seulement parce que personne n’a osé. Un fyros ça ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît. Vous pensez pouvoir tuer une reine kizarak à mains nues ? Alors faite le ! Et si vous échouez, recommencez. Attention, un fyros n’essaie pas, il fait ou il ne fait pas. Il n’y a pas d’essai.

* Un bon fyros, ça ne parle pas, ça gueule. Une phrase sur dix au moins doit être dite en criant afin d’affirmer sa présence. Donc n’hésitez pas à crier, surtout quand la personne en face de vous n’est pas d’accord avec vous.

* Voici la procédure à suivre pour convaincre quelqu’un : 1) criez vos arguments 2) menacez 3) levez-vous et criez une dernière fois 4) tapez sur la personne à convaincre jusqu’à ce que votre argumentation rentre dans sa tête. Quand la personne ne peut plus bouger, elle est con-vaincue.

* Mais attention, un bon fyros n’est pas un bourrin ! Un mauvais fyros, c’est un fyros, quand il voit un ennemi, il tape. Alors qu’un bon fyros, quand il voit un ennemi, il tape, certes, mais c’est un bon fyros. Il y a une façon de taper fyros. Une façon disons… avec tact et respect pour son adversaire, sauf si c’est un matis bien sûr.

* Un bon fyros se déplace comme le feu, c’est à dire de front ! Ainsi, pour aller d’un point A à un point B, le plus court chemin, et donc celui privilégié par le bon fyros, c’est la ligne droite. Donc on oublie le contournement de monstres et on fonce dans le tas en criant. Et s’il y a un mur devant vous et que vous êtes un fyros extrémiste, dites au mur de dégager fissa.

* Le forage est une activité interdite à tout bon fyros. Il est réservé uniquement aux enfants fyros ou aux esclaves. Un fyros avec une pioche à la main, c’est qu’il n’a rien de plus intéressant à faire, donc c’est qu’il a une vie inintéressante, et donc ce n’est pas un bon fyros. Si un bon fyros s’ennuie, il préfère taper dans des trucs (vivants ou non) que d’utiliser une pioche. Ou alors c’est qu’il a perdu un pari, car le bon fyros est joueur.

* Un bon fyros aime la viande. Tout bon fyros se doit de maitriser l’art de la boucherie. Évidemment, la boisson officielle est la liqueur de shooki, à boire matin midi et soir entre deux repas. Au menu du bon fyros, outre la viande de tout ce qui traine à la surface d’atys (bébé matis compris), on trouve aussi quelques plantes et poissons. Mais c’est plus pour l’assaisonnement qu’autre chose. Tout bon fyros a sur lui de quoi manger et boire. Un tonneau de shooki plutôt qu’une bouteille est recommandé afin de mieux partager avec ses camarades. Car le fyros est partageur, que ce soit les coups ou la nourriture.

* Un bon fyros, ça connaît l’histoire de son peuple et ses coutumes. Potasser à l’académie impériale est recommandé pour s’instruire. Par ailleurs, un bon fyros maitrise le fyrk et doit connaître au moins trois façons d’insulter un matis. Enfin, connaître quelques chansons populaires est un plus, car cela permet la cohésion d’un groupe et l’exclusion de ceux qui sont différents.

* Un bon fyros, c’est kamiste ou neutre. C’est même plus neutre que kamiste. Les karavaniers ne peuvent faire de bon fyros, car la karavan est contre la recherche de la vérité. Et chacun sait que la vérité est l’un des quatre piliers des fyros.

Pour conclure, un bon fyros ne cesse de tendre vers plus de fyrositude. Car on n’a jamais fini d’être plus fyros qu’on ne l’est déjà.

En annexe, je vous joins une liste des tribus à côtoyer si vous voulez être un bon fyros.

Annexes

Tribus des bons fyros :

* Les taxeurs (kamistes, veulent taxer les produits non fyros et les produits fyros à l’export, sont roux)

* Les chasseurs de frahars (kamistes, font le taf contre les frahars, n’aiment personne à part les fyros)

* Les veilleurs (veillent sur le feu sacré et surveillent le réveil de fyrak)

* Les pyromanciennes (kamistes, très bonne relation avec l’empire, vivent fosse aux épreuves donc forcément badass)

* Les pillards du désert (kamistes, fyros expansionnistes à la source cachée, font la nique aux matis)

Tribu bof mais ça peut aller :
* Les percécorces (100 % fyros et grands services rendus à l’empire par le passé (travaux dans le désert comme les cités, routes, ponts et canaux) mais karavaniers et un peu fâché avec l’empire)

Tolérable, mais de loin, voir de très loin :

* Les saigneurs de racines (bonne relation avec l’empire, mais karavaniers, potes avec tout le monde, acceptent les trykers. Un peu trop peacefull pour des fyros)

* Les sauvages (kamistes et 100 % composé de fyros mais ne reconnaissent pas l’empereur et ça, c’est mal)

* Les dresseurs d’eau (kamistes mais composé de fyros et de matis, beurk)

* Les puisatiers (composés uniquement de fyros mais karavaniers, potes avec les matis et pacifiques)

* Les fraiders (pas agressifs contre l’empire, font le taf contre les bandits dans le couloir brûlé et font un peu partie du folklore du désert, mais karavaniers et moches comme des tyranchas. Et puis bon, c’est pas des vrais fyros, juste des ratés de la nature)

Les autres tribus, quelles qu’elles soient, sont à exterminer si le cœur vous en dit. Aucun bon fyros ne vous en tiendra rigueur.

Pour finir, n’oubliez pas que les fyros sont les plus forts et les plus beaux de tout atys. C’est un fyros qui vous le dit, donc c’est forcément vrai !

Azazor

kamaï fyros!
]]>
Azazor
<![CDATA[Une enquête énigmatique...]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28728/1#188997 Sat, 23 Jun 2018 13:52:35 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188997
Pour les besoins d'une enquête, nous cherchons à établir une liste des fyros roux aux yeux bleus, peu importe leur sexe ou leur lieu de vie. Si vous voulez participer, merci de remplir cette liste au fur à et mesure, avec le nom complet de l'homin, le lieu où on peut le trouver, ainsi que si possible sa fonction.

- Azazor Eridan Miridus (akenak à Thesos)
- Cekos Lyseus (patrouilleur tours de frahars)
-
-
-
-
-

kamaï fyros
]]>
Azazor
<![CDATA[Zo-Kian Ruins Workshop in Ranger Possession -- Free Materials .]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28700/10#188981 Fri, 22 Jun 2018 07:39:05 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188981 Bitttymacod
That's it.  The experiment is over.

And Ryzom is poorer for it's end.]]>
Neela
<![CDATA[un curieux vagabond]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28686/4#188899 Mon, 18 Jun 2018 08:23:09 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188899 Il est très agité, son teint normalement rubicond tire sur le blanc crayeux...
Avec ses gestes saccadés il renverse beaucoup de choses...

"faut qu'Y dégage... ...Al p'us vite que C'la...

Y'va me planquer chez Yem Tallai en Loria, L'chemin est An-Lor Eny I'viendront An Y chercher là bas..."

"A'pis il font une Bire très correcte... ...Quand I'donnent pas tout aux Bolobis".

"Toub D'Toube où y ai planqué Yem Magot?

Kami, elle m'a Lors foutu les ch'tons cette Bi'witch...
...Y ai toll laché... B'wa.. ça M'regarde An, si Lé'poilus puants D'la Légion Y cassent d'la faces D'craie... ap'ès c'est D'leurs habitudes...
Al Y ai rien à faire avec ça!

Al cette face de craie d'la haute qui arrêtait pas d'en R'mettre...

...ha Lor!... La Mère soit béni! ...L'v'la: mon précieux."

l'homin fourre dans un sac moisi: une petite bourse, une vielle couverture crasseuse, quelques vivres et un flacon d'alcool à la couleur suspecte .
Puis sans se retourner disparait dans la nuit...

]]>
Otallbire
<![CDATA[Ténèbres des soleils passés]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28654/6#188889 Mon, 18 Jun 2018 02:57:07 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188889 La Masure de l'Hérétique

Depuis plusieurs jours, ses nuits la hantait. Elle faisait des cauchemars
et refusait d'admettre quelle en faisait depuis sa rencontre. Chaque fois
qu'elle se réveillait, sa délicate peau bleue était recouverte de sueur
et son rythme cardiaque était instable. Rencontrer la destiné lui avait
fait peur. Le tryker avait perdu la tête, la fyros à deux doigts de sauter
au visage du sombre matis maraudeur alors que lui et sa clique étaient
en supériorité numérique. Et Eux…les Sèves Noires…elle ne voulait même
pas y penser...

- Ki'gan, tu es un poison pour Vao et pourtant, je ne peux pas m'empêcher
de croire que tu es la solution à sa guérison en même temps. L’un et l’autre,
vous avez peurs, peut-être plus peur de vous-même que moi de toi. 

Lai'Suki en était persuadée, un tel monstre ne pouvait pas apparaitre
comme ça, par hasard. Toutefois, elle ne pouvait pas faire ce choix à la place
de son ami. Ce combat était le sien et tout ce qu'elle pouvait faire, était tenir
sa promesse et lui offrir son amitié. 

Et chaque nuit elle rêvait... les songes étaient toujours plus perturbant
que le précédent. Elle avait cette impression que les ténèbres apportaient
parfois la lumière avec eux. Elle ressentait des choses qui ne lui appartenait
pas. Des paroles qui ne lui étaient pas destinés. Des images d’endroits
où elle n’était jamais allée. 

-Qu’est-ce qui m’arrive?

Lai’Suki remettait du bois dans le feu. La Masure de l’Hérétique était
silencieuse. Ils avaient fuit Aeden et se déplaçaient constamment, rester
trop longtemps au même endroit était trop risqué. Entre les quatre nations
qui voulaient la peau de Vao et les maraudeurs qui voulaient la sienne,
les options étaient limitées...

-Sage Sens, qu’est-ce que je dois faire? Qu’est-ce que vous feriez à ma place?
Pourquoi est-ce si compliqué de vouloir être en paix et rentrer à la maison?

Ce qui effrayait par dessus tout l'homine était l'apparition imprévisible de
Ki'gan. Combien de temps avant que Vao s'endorme paisiblement et que
l'autre prenne sournoisement sa place? Elle ne savait que ce qu'elle avait lu
et ne pouvait pas se faire une idée précise sur ses aptitudes à la ruse.

-Tu es fort comme une montagne, mais qu'en est-il de ce qui se passe entre
tes deux oreilles? Est-tu malin comme Vao ou juste agressif comme un gingo
enragé?

Lai'Suki chassa cette pensée, elle avait eu sa dose de gingos pour un bon
moment. Elle regardait le torse de l'autre zorai, se soulever et redescendre
pendant qu'il dormait. Souvent il s'agitait lui aussi dans son sommeil,
elle n'était pas la seule à faire des cauchemars.]]>
Laisuki
<![CDATA[Ranger Aspirant looking for a team to do the Rite / Cherche une équipe]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28694/7#188787 Fri, 15 Jun 2018 07:21:42 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188787 Bitttymacod
((OOC comment))
Revvy
Why is this in Roleplay section?


Why not? The Ranger Rite is a roleplay activity.

[OOC]
Agreed; why is it your problem Revvy?

Since there's no OOC sub-forum like there is for events, this is the logical place for it since, as Bittty rightly said, the Rite is RP.]]>
Neela
<![CDATA[La gazette du désert n°20]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28672/5#188786 Fri, 15 Jun 2018 07:01:32 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188786 Zendae <![CDATA[[GvG] Alkiane part en Croisade | Alkiane goes on Crusade]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28683/1#188672 Mon, 11 Jun 2018 17:03:46 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188672 “Zagabranth... Zagabranth wake up... The Matis Kingdom is about to collapse..."

"Wake up, Zagabranth! If the situation gets any worse, the world will collapse!”

These phrases resonated in the head of the Herën of the Alkiane Order while he slept. Scared and breathless, still half lost the limbo because of these words of bad augury, he made his bed-plant straighten whose big fluffy leaf rolled it up. It was dark outside, but he had the impression that he had been told this in his ear, in his apartments. With a touch of his hand on a sap vein in his room the luminescent vegetable lamps were illuminated, which allowed the Herën to regain its calm.

That voice, a woman's voice of benevolence and omnipotence, continued to repeat itself in her head. He was convinced, Jena had just spoken to him. What did she mean by those words, what did she want from him? Subject to questions for several hours without finding acceptable answers for a matis on what had just happened, he decided to wait until daylight to meet exceptionally the Tribën Council.

Without realizing it and while he was preparing a third very strong tea to try to clarify his thoughts, the first rays of the morning pointed through the multicolored amber stained-glass windows of his home. The Herën prepared himself, then put on his over-plant skin before attaching his Alkiën uniform. The apartment of Herën and the buildings of the Alkiane Order sharing the same tree house of Avalae, he took the elevator to go a few floors higher in his offices.

Ser Tapco, was already on the place, putting order in the chests to make some space there in anticipation of his drilling expedition in the upper prime roots with the Serae Ayala. A brief exchange took place between the Herën and its Tribën.

"- Deles silam Ser Tapco, you're up early.

- Deles silam Filira Zagh, you are as much as I would seem. Besides, as long as I have you... can I suggest that you bring the Alkiën together to review our active members, our projects and our allies?

- I was planning a meeting of the Tribën Council to discuss a sensitive subject, but you are right. Let's get the Alkiëns together, and our Selsym too. Let's say the 24 of Pluvia of this cycle."

Ser Tapco was somewhat surprised by the reaction of his Herën and especially by the proximity of the meeting date. He agreed and promised to pass the information on to the other Alkiën.

The few days that separated the exchange between Tapco and Zagabranth and the meeting had allowed the latter to understand what that voice had told him. During this meeting several subjects were discussed and while the Alkiën were all present, at least those who had answered the call, Herën placed on a round table, which had been made for the event, a map of the Kingdom. It was then that he spoke in a serious and authoritarian tone while positioning nicely carved spines on certain places on the map.

"See Alkiën and Selsym, this is our Kingdom and the thorns represent its outposts in activity. Do you know how many of them belong to a Noble House or some homin organization fighting for Karavan? Absolutely none. At the moment, some are being squatted by marauders, others are being exploited by kamis organizations, none of which are domiciled in the Kingdom. Only one of these outposts is managed by a company of rangers."

A heavy silence settled in the room. The Herën looked at each member of the Order around the table and continued.

"I was visited by Jena a few days ago. It announced to me the collapse of the Kingdom and the world if the Kamis and their disciples continued to exploit Atys. Even though these demonic beings put obstacles in our way every time we, matis, want to advance our society, they do not intervene when the imbalance is obvious. She told me societies would collapse if we let marauders squat our outposts."

The eyes of the Alkiën were no longer bent towards the map but towards Herën. They were all waiting for the next words from their leader.

"There are too few karavan organizations to directly confront marauding clans or kamis organizations in their entirety. The Alkiane Order will act, in its title, with its resources, for the Kingdom and for Karavan. Dear Alkiën, we will claim ownership of an outpost in single combat. The Alkiane Order against the organization that owns the outpost only. Let us meet them, for honor, for the Kingdom and the Karavan."

With a blow of his arm on the map he ejected all but one of the thorns and, pointing to it, said.

"Let's attack this outpost. The Alkiane Order's War Horn will ring again. Alkiën, prepare to take the sword together. Forget the wrath, forget the ruin and let the Dawn be red!"

Ser Nilstilar, a diplomat at heart, spoke briefly.

"- What if we fail Filira?"

- If we fail, we will rise, we will have learned from our defeat and we will attack again. We have the means, we have the strength. It is sometimes more effective to hit a wall several times to crack it, weaken it and finally pass it while keeping our forces than to want to strike hard once and not be able to ensure the confrontation then Ser.

All the Alkiën proudly approved the decision of their Herën.

"For the Kingdom, for Karavan, for Alkiane! Jena Aiye!"

 

(OOC: Alkiane is declaring a GvG on OP 50 Matis. Any violation of this rule will cause our departure from the OP. We will also not tolerate a massive recruitment in the guild owner "Guildless" of the OP to respond to the GvG "in the rules" because we will not temporarily recruit other karavaneers during this GvG. To consult our active members: https://outils.alkiane.net/g/105906422 )

]]>
Zagh
<![CDATA[La Lignée Alar Kharunden | The Alar Kharunden Lineage]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/28678/3#188650 Sat, 09 Jun 2018 16:43:05 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188650 Pour les chapitres 1 à 5, c'est directement tiré de l'histoire de la guilde Al Kharun (web archive de www.matis-fr.net). Cette guilde a changé de domaine peu après la release de Ryzom pour www.alkiane.net, et en même temps former l'actuelle guilde Alkiane. Colere, Boga et Syhn ne sont pas des noms inventés mais bien des pseudo de personnages qui ont existés.
Le chapitre 6 (et 7) est de ma main. 
Il n'y a pas de rattachement particulier à la lore d'aujourd'hui. J'aurais pu adapter les écrits originaux mais j'ai préféré, pour le respect de l'auteur, et l'authenticité de l'histoire, garder l'original.]]>
Zagh
<![CDATA[de l'autre coté du miroir]]> https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=topic/view/26899/38#188498 Wed, 30 May 2018 08:46:49 +0000 ROLEPLAY https://app.ryzom.com:443/app_forum/index.php?page=post/view/188498 Alyss se promène dans le miroir...
Elle inspecte des spires qu'elle n'a jamais inspecté...

elle sent une présence, une force qui se concentre...

la Sève sauvage dans sa poitrine se recroqueville, se rétracte...
Alice voie l'horizon du miroir onduler ...

le vieux rêveur arpente à nouveau le Miroir


Alyss recule doucement, regardant autour d'elle...

"Gast O Na'Toub Ehm Syln Reshök? AnTolldoy Là Quand Y Mat Besoin O Det...
Ba Drakhan Al Ny'Cyb Mat Dus Seel Ba Tremblement"


]]>
Ubhal