ROLEPLAY


Antekami Kaze

Après une bonne douche sous les Chutes Mystique, l’Antekami se rhabilla et prit ses affaires. Elle se dirigea dans le Bosquet de l’Ombre en évitant les cités Kwai. Un troupeau de bodocs se fit entendre de loin, un détour s’imposait avant de rentrer. Elle se tapie dans l’herbe et avança doucement vers le troupeau. Lequel allait-elle prendre? Lequel allait mourir? Gia’Suki repéra le plus gros. C’était lui, il était pour elle. Elle se prit un élan et bondit en assenant un coup de massue sur la tête de l’animal pour le déstabiliser. Prit par la panique, le reste des herbivores prit la fuite, cherchant un endroit plus sécuritaire où brouter de la verdure. Le bodoc complètement étourdi tenta de s’enfuir mais son sens de l’orientation était en déroute et il peinait à se repérer. Fou de rage, il se débattait et contrattaquait maladroitement son adversaire. La Zorai au masque mutilé prit sa massue et frappa de toute ses forces jusqu’à ce que sa cible ne bouge plus, ce qui fini par se produire. Elle l’attacha par les pattes avec une liane et le traina lentement jusqu’au campement Antekami.

La voyant arriver de loin, les enfants se mirent à courir dans sa direction et lui sautèrent joyeusement dessus pour l’accueillir. Elle les attrapa les uns après les autres et les coinça dans ses bras, faisant mine de les manger, provoquant leur plus grande hystérie. Les plus vieux des Antekami prirent en charge de dépecer la viande rapporté par la chef de shizu. Ils montraient aux jeunes comment le faire pour qu’un jour ils puissent se débrouiller à leur tour.

Elle entra dans sa tente, déposa ses armes puis ordonna la présence de son shaman. Dounlor apparut, couvert de sciure, de branches et d’écorce, on ne voyait même plus de bleu tant il s’était métamorphosé.

-Je savais bien que tu écoutais.
-Est-ce que tu as vu où j’étais caché?
-Né j’ai juste eu l’impression que tu étais là.

Le zorai affichait un air fier et satisfait. Depuis sa sortie de prison, il avait cette lubie de toujours vouloir se cacher dans son environnement et il le faisait à merveille, cela en était presque troublant. Gia’Suki se disait que c’était sans doute une manière de communiquer qu’il ne se ferait plus jamais attraper. Beaucoup de choses était différentes depuis son retour, les années de taule l’avait rendu plus résistant et plus spirituel. Il semblait entretenir un lien particulier avec la Pourpre. Les tortures de la Théocratie n’avaient fait qu’accroitre la force mystique qui l’animait.

-Quelles sont tes intentions en ce qui concerne le jeune kamiste?
-Je n’en ai pas pour le moment, j’attends de voir de quel bois il est fait. Tu as bien vu qu’il est tout sauf stable, rien à voir avec ceux qu’on a l’habitude de croiser.
-Il n’est pas prêt à affronter la réalité.
-Je suis d’accord avec toi.
-Peut-être que la meilleur solution serait de lui faire embrasser la Pourpre de force et voir ce qui se passera? C’est bien ce que nous avons toujours fait.
-Le faire de force ne garantie aucun résultat, je préfère prendre mon temps et voir s’il va succomber de lui même. Il transpire tellement le doute que ce serait bête de ne pas essayer.
-N’es-tu pas celle qui préfère forger les Antekami de toute pièce au lieu de les obtenir à partir de matériaux de seconde main?

Dounlor faisait référence au fait que depuis qu’elle avait la division Kazé en charge, Gia’suki n’espérait plus convertir les homins à leur philosophie. Elle préférait que le clan grossisse naturellement avec le plus de naissance possible. C’est une stratégie qu’elle avait emprunté à ses ennemis de toujours. Les Kamis endoctrinaient les zorais dès leur plus jeune âge et il faut avouer que ça fonctionnait sacrément bien. Elle en ferait de même. Plus il y avait de mômes et mieux c’était. Elle leur enseignait rapidement que le masque était une vieille malédiction lancé par les démons pour les marquer au fer et les posséder. Pour les Antekami, déchirer le masque était une manière sans équivoque de dire: non. La pousse du masque était pour le moment sans parade et il fallait être fort et l’endurer. Après venait le temps de le nier. Les Antekami Kaze avaient mis au point un rituel d’affranchissement où les zorais renonçaient à leur chaines en présence de toute la shizu. C’était l’ultime épreuve de force et de volonté pour intégrer la famille.

-Je n’attends rien de lui mais ça n’empêche pas d’essayer Dounlor, c’est toujours pratique d’avoir de la nouvelle sève au sein du clan.

Le zorai se tût un moment.

-Tu dors avec qui ce soir?
-Avec personne, j’ai pas envie de compagnie.
-Tu pleures toujours Faku…

Gia’suki décocha un coup de poing sur le masque de Dounlor qui esquissa un sourire malsain.

-T’en veux encore ou ça ira?
-Ça ira, je te laisse à tes pensées.
Show topic
Last visit Sat May 28 13:16:12 2022 UTC
P_:

powered by ryzom-api