ROLEPLAY


uiWebPrevious1uiWebNext

#1 [fr] 

Haokan errait comme une âme en peine, pensant à ce rite qui approchait et à ce qu'il changerait dans sa vie. Kamiste, pas kamiste ? Il n'avait pas grand monde avec qui partager ses doutes. Trop peu de liens tissés au fil du temps. Il manquait tout simplement de bons amis. Les quelques relations nouées sur Silan avaient été superficielles et n'avaient pas résisté au passage du temps. Les autres étaient tous kamistes, à la notable exception de Nung Dao et de ses frères, bien sûr, mais ça n'avait pas été d'une grande aide sur le sujet. Nung Dao était le seul à qui il avait osé tout raconter, et ce dernier était aussi catégorique que sa mère, dans un tout autre style. Par ailleurs, pour tous les kamistes de sa connaissance, sa mère en première place, évoquer le moindre questionnement équivalait à une déclaration d'hérésie. Aussi avait-il préféré se taire.

Troublé, Haokan allait et venait dans Zora, cherchant un peu d'illumination dans cette cité aux proportions trop écrasantes pour lui.

En passant devant le tatoueur, il se souvint d'une phrase qu'on lui avait répétée plus d'une fois : "Le masque est le reflet de notre âme : ce qu'il montre en dit toujours long sur nous."

Son masque était encore blanc de l'indécision de sa vie. En regardant les modèles que proposait l'homin, Haokan hésitait encore. Mais un tatouage était une décision moins grande qu'un rite. Un premier pas qui coûtait juste quelques dappers...

Plutôt que de peindre ses doutes sur son masque, Haokan décida d'affermir sa foi avec un verset du Livre des Révélations.

"Celui-ci, dit-il au tatoueur. Le Texte Sacré du Dévouement."

#2 [fr] 

Haokan remercia d’une inclinaison du masque l’intendant qui lui décernait son titre de citoyen tryker.

C’était fait. Au fond, ce n’était pas une grande affaire. Quelques questions auxquelles un enfant pouvait répondre, l’adhésion à des valeurs que nul ne pouvait remettre en cause… le plus difficile avait été d’avaler cette bière avec le vagabond sans grimacer.

Peut-être que ce serait comme avec les kamis. Il avait passé son rite sans conviction, mais avait fini par approuver pleinement sa faction. Car tout bien considéré, quelles étaient les alternatives ? Aucune n’était vraiment acceptable, jusqu’aux Rangers qui abritaient dans leurs rangs des homins sans foi ni loi. Au moins, en servant les kamis, il savait qu’il faisait le bien. Ou le moins de mal possible.

Pour le moment, il ne se sentait pas chez lui dans les Lacs et ne voyait aucun attrait à ces étendues d’eau, à l’humour bizarre des trykers et à leur amour immodéré de leur horrible bhyr, mais peut-être que cela viendrait. Il avait différé autant que possible le passage du rite. Mais la Lune Éternelle était tryker, l’Armée des Lacs demandait l’aide des guildes trykers, et son chef lui avait clairement fait comprendre que s’il voulait se battre, alors il devait aussi les représenter auprès de ces trykers. Et que pour ça, il fallait être citoyen.

Dire que quelques saisons auparavant, il rechignait à frapper des homins. À présent, les seuls moments où il se sentait vraiment vivant étaient les instants avant les batailles. Pendant cette période d’attente, à la fois trop vite passée et s’étendant à l’infini, il était envahi d’euphorie à l’idée de mener un combat loyal et héroïque. Une fois sur le champ de bataille, il déchantait rapidement ; ce n’était pas très différent des chasses, avec tout ce que cela comportait de bazar, de manque de stratégie, de ratés et de maladresses. Mais à chaque fois, il avait un petit moment d’espoir, avant que les choses sérieuses commencent.

Aussi, quand Jazzy avait parlé de son envie de dépoussiérer l’Armée des Lacs, Haokan s’était enthousiasmé. Il avait tenté de communiquer ça aux autres membres de sa guilde, avec un résultat mitigé. Peu importait : combattre les maraudeurs et défendre des homins innocents, c’était une bonne chose, et il devait en être. Quitte à devenir citoyen d’un pays qui l’indifférait par ailleurs. Ici ou ailleurs…

Haokan se posa sur la plage, les papiers attestant de son statut dans une main et observant le va-et-vient des minuscules trykers. L’accomplissement de ce rite ne comblait pas le Vide dans son cœur. Rien ne semblait pouvoir le remplir. Un jour, même les batailles le laisseraient indifférent. Que resterait-il alors ? Sa colère contre les gooho ou juste le Vide ? Ni l’un ni l’autre ne le mènerait à l’Éveil, mais de toute façon ce chemin-là n’était pas pour lui. Peut-être que la graine de vie finissait dévorée par le néant, dans ce genre de cas.

Cela ne lui semblait pas un destin si terrible que ça.
uiWebPrevious1uiWebNext
 
Last visit Sat Apr 10 21:29:08 2021 UTC
P_:

powered by ryzom-api