ROLEPLAY


uiWebPrevious1234uiWebNext

#46 Multilingual 

Multilingual | Français
[FR]
Fleur est dans son bureau à l'ambassade à Yrkanis.

il relit le rapports d'un de ses Ch'tits fripos.
Perplexe, il se gratte la tête.
"faut quand même que Y Syln prudent, elle est bien capable de M’faire une touberie la drolesse"

il commence à écrire sur un de ces petits vélins qu'on roule pour l’accrocher à la patte des Izams. Attrape un volatil pour lui accrocher le message à la patte et chuchote:
"Nair Zarden, Capitaine des Larmes"


#47 Multilingual 

Multilingual | Français
[FR]
Fleur s’approche du panneau d’affichage de Fairhaven, sort quelques fines épines d'arma et épingle une affichette...



Fleur recule et relit son affiche l'air triste.
il s'éloigne préoccupé.

Edited 3 times | Last edited by Fleurdetuber (4 years ago)

#48 Multilingual 

Multilingual | Français
[FR]
un Tryker s'approche timidement du panneau d'affichage de Faihaven.
Il est très grand pour un tryker, les muscles de ses bras et de ses jambes saillent. Son crane rasé lui donne une allure menaçante qui ne colle pas avec la douceur de son regard.
Ses gestes maladroits, sont emprunt d'une grande prudence: comme s'il avait peur de casser quelque chose...
Il commence à déchiffrer avec difficulté les lettres écrites sur les différents papiers épingler...

...un peut découragé de ne rien trouver il s’assoie sur le ponton. Il lève les yeux résigner, quand il aperçois un vieux bout de vélin qui ne tient plus que par une épine d'Arma.

Il se lève, attrape l'affiche et recommence son laborieux travail de déchiffrage du texte.

l'homin sourit: "Okal ça F'ra la'faire si L'Nair a An trouvé Quequn D'ja!"

O'Tall attrape un bout de papier sur le panneau et commence à rédiger en tirant la langue avec application.
Tor L'Nair AnBassadeur
Y Syln O'Tall Al Y ai 20 printemps.

Y Syln Fort, honnête Al Bosseur.
Y Syln certain Ken Sul Syln contant de Y si Sul m'emboche!

Y étais équarrisseur avant.
Eny, L'chef i m'aimait An ...
Alors il m'a frappé...
Eny Y aime An quand leZomains ils Crient...
Y l'ai poussé un peut pour qu'il arrête Al il a arrêté...

Eny Y cherche un New boulot.
Alors, Si Sul Syln Gentil Y syln prêt à travailler dur Al a Sul obéir TollDoy.
Y An sais où est Yrkanis Eny si Sul m'explique Y trouv'rais Lor.

Al Pis ça Menlevrait une sacré épine D'mon Pied Si sul M'emboches.

Al'or:

Très très, respectueusement Nair Ac'epte La Certitude Du plus Tall Respect de Y Tor Sul.

PS:

Y attendrais sur les Pontons d'Fairhaven, Si Sul M'cherches.

O'Tall

l'homin attrape un Pauvre izam qui passait par là ...
Enroule son message avec ses gros doigts et lance le volatil en l'air en criant :

"Sadeur FLEUR D'TUBER YRKANIS!!!"

Last edited by Otall (4 years ago)

#49 Multilingual 

Fleur est dans son bureau à Yrkanis.

il semble inquiet ...

Cela fait plusieurs Cycle qu'il n'a plus aucune nouvelle de sa nièce Aelyne.
Même ses Ch'tits frippos l'ont perdu...

La dernière fois que la gamine lui a parlé,
Elle partait à la recherche de ses racines en l'enjoignant de ne pas s’inquiéter si elle ne donnait pas trop de nouvelle.

La ch'tite n'a jamais été prolixe en nouvelle, c'est sure!

Mais là trois années ça commence à faire long...

La dernière fois qu'elle a été vu elle campait aux cimes jumelles dans les plages d'abondances, depuis: plus une trace.

Évidemment, la Gamine n'a jamais eu besoin de personne pour se défendre.
Mais, comme elle a hérité de sa mère une propension certaine à s'embarquer dans des histoires foireuses...

#50 Multilingual 

Quelque part au fond d'un trou humide et sale une jeune trykette rumine les mains attachées dans le dos:
    « P'tain Y m'suis fait choper comme un yubo...
    Ces Saletés d'vorax m'ont pas laissé une chance...
    Ils m'ont tout pris et jeté là...
    Y sais pas ce qu'ils me veulent ces... »

L'homine s'endort sans l'avoir vu venir.
Au dessus un Fyros maintient sa concentration.
Pendant ce temps, deux Matis descendent dans la fosse pour la sortir du trou.

Quand elle reprends conscience.
Elle est à plat ventre sur une sorte d'établi le cou et les mains prient dans un carcan.


Derrière elle une voix:
    « Ne fais quoi? l'épaule O la joue?
    _ Elle est plutôt présentable et semble avoir de l'éducation, Ore Altae nous en donnera un bon prix.
    _ Laye Maie ... alors l'épaule...
    _ Ney... c'est ça »

La trykette essaye de se débattre comme elle peut mais en vain:
    « Bande de Ktheros Lye savez Nec qui ne eis!
    Lye allez avoir des gros ennuis si... »

Les menaces de la jeune homine sont interrompus par une atroce sensation de brulure sur l'épaule qui lui fait perdre connaissance...

Quand elle reprend conscience,
une trykette d'un certain âge est penchée sur elle :

    « ne bouge pas tant Gamine ...
    Sul va décoller ton pansement. »

Aelyne se redresse brusquement!
    « Tout doux, tout doux.
    Y ne sul veux aucun mal,
    Eny sul dois Sul Calmer...
    _ Où suis-je?
    T'es qui? Tu M'veux quoi? »

La vielle trykette le regard lourd et l'air résignée:
    "Sul es maintenant la propriété des esclavagistes...
    Comme nous toutes dans cet enclos... »

Edited 5 times | Last edited by Fleurdetuber (6 months ago)

#51 Multilingual 

Dés le premier soir, j'ai reconnue dans la nourriture le goût et l'odeur d'un produit destiné à nous maintenir sous emprise (merci Ni'Canillia).
J'ai fais semblant de manger...


Le lendemain la surveillance étant très relâchée j'ai vu l’opportunité de tenter une évasion.
Mais ils m'ont rattrapé.

J'ai été battu, puis jetée dans la Fosse:
un lieu noir où la seule nourriture est ce que vous pouvez arracher à la vermine.
Une semaine plus tard, j'ai été sortie épuisée et affamée,
J'ai mangé...


J'ai alors vécu dans un étrange brouillard durant quelques jours...
Un matin, je ne sais pas vraiment pourquoi, j'ai retrouvé suffisamment mes esprits pour réagir.
J'ai dès lors espacé ces repas "offerts" afin de m’autoriser quelques moment de clarté hors de leur camisole chimique.

Plusieurs jours ont passé.

La vigilance de mes tortionnaires a diminué.
Un incendie "accidentel" m'a donné l'occasion de m'enfuir à nouveau.

Mon escapade fut malheureusement courte...

Quand ils m'ont ramené j'étais prête à encaisser les coups...
Mais rien n'est venu.

Au contraire:
Je me suis vu attribuer une chambre où j'ai pu me laver.
J'ai même reçu des vêtements de récupération mais propres.

Quelques jours ont passé où j'ai pu me refaire une santé.
Ils ont arrêté de droguer mes repas,
l'espoir revenait[...]

C'est le repas du soir.
Un groupe approche.
Je vois deux gardes qui tirent une homine terrifiée.
C'est la vieille Tryker qui a prit soin de moi le premier jour.
Ils la jettent au sol devant moi et commencent à la maltraiter.
Ses hurlements couvrent mes pleurs et mes sanglots.

Une voix derrière moi.
Mais, terrifiée, je ne parviens pas à me retourner :

    "elle devait te surveiller...

    La prochaine fois que tu essaieras quelque choses: c'est elle qui sera tenue pour responsable.

    AS TU BIEN COMPRIS esclave?"

Je ne parviens plus à contenir mes Sanglots.
    "...syl...

    - AS TU BIEN COMPRIS? Esclave!!

    - ...sy.... Syl ...Ser-Kin, Syl Ser-Kin"

Last edited by Aelyne (6 months ago)

#52 Multilingual 

[...] Après cette dure punition, j'ai été envoyé dans un sorte de dortoir où se trouvaient depuis peu une trentaine d'homines. Au fil des jours, j'ai appris à les connaitre.

Leur origine n'était pas très glorieuse, des alcooliques, des droguées, des homines vendue par leur famille ou leur conjoint pour rembourser des dettes...

Entre les crises de manque, les angoisses et les petits règlements de compte, les nuits étaient agitées.
Nos journées étaient elles rythmées par les travaux ménagers, les inspections, les repas, les chants à la gloire de Jena et les punitions.

Petit à petit, celles qui créaient des problèmes ou qui ne parvenaient pas à surmonter les affres du manque retournaient dans l'enclos puis disparaissaient, emporté par des Chlorogos ou pire... Il n'était pas nécessaire de m'expliquer, je savais qu'il y avait peu de chance qu'on les revoient un jour.
J'ai donc fait ce qu'il fallait. Pour ne pas retourner dans l'enclos, j'ai dénoncé et je n'en suis pas fière, mais j'ai aussi aidé celles qui me semblaient avoir une chance et sur lesquelles je pouvais m'appuyer...

Ma maitrise des langues et ma docilité apparente m'ont permis de devenir "la cheffe" de notre chambrée.
Au bout de quelques semaines, nous n'étions plus qu'une dizaine, des trykettes, deux matisses et une Fyros.

C'est alors que nous avons été appelé dans la cour. [...]

Il fait chaud, deux groupes ont été réunis juste devant l'enclos aux "esclaves". Un Matis élégant observe individuellement chaque homines et chaque homins.
Il semble satisfait.
D'un geste discret de la main, il commande: un matis en uniforme apporte une boisson fraiche et réajuste le parasol.
Aelyne a le plus grand mal à rester impassible quand elle reconnait la livrée d'Ore Altae.

"Deles Aiye à Tous, Que la Mère vous guide sur un chemin sans danger.

Nous ne nous connaissons pas, aussi je vais me présenter:
Je suis Ser Trinio Sicco et je viens vous offrir la chance de votre vie !

Dans le passé, nous avons tous fait des choix qui nous ont amenés ici l'un en face de l'autre. Certains de vos choix n'ont pas été bons. Je suis ici pour vous proposer de faire table rase de ce passif."

L'homin marque une pause bien choisie afin de laisser le temps à l'ensemble des prisonniers de réfléchir.

"... Certains d'entre vous ont pris des produits pour vivre autrement, d'autre ont vécu au crochets de la société accumulant les dettes, d'autres encore pensent ne pas avoir eu de chance...

Soit, aujourd'hui, toutes vos excuses et vos raisons ne m'intéressent pas. Je suis seulement à la recherche de personnes voulant progresser et peut-être, pour les meilleures, sortir de leur condition.
Aujourd'hui vous savez que vous n'êtes rien, que si vous disparaissez personne ne vous cherchera !

Cela n'est pas une fatalité...

Si vous voulez vous en donner la peine: vous avez un rôle à jouer dans notre société."

    "Des questions?"

Un Fyros lève la main et parle:

    "Tu nous proposes quoi en fait là?

    - Je vous propose d'apprendre un métier dont le principale objectif est d'éviter à vos supérieurs d'être gênés par les petites choses de la vie"
Le fyros réfléchit et enchaine: "J'comprends rien! Tu veux dire quoi?"

Le Matis semble légèrement agacé.

    "...Je vous propose d'apprendre les Arts des métiers du personnel de maison.
    En échange, durant votre formation vous serez...

    _LOUFFIA! TU VEUX QUE JE DEVIENNE LOUFFIA! MAIS MEME PAS EN RÊVE!! P'tain d'Orkros J'vais..."

Trinio Sicco fait un signe discret et le fyros est frappé puis jeté dans la Fosse.
Aelyne fait signe à son groupe de baisser les yeux.

    "J'ai horreurs des mal élevés !
    Je crois que l'on doit toujours pouvoir discuter sereinement sans s'insulter. Je pense aussi que chacun devrait être à sa place.
    Mon Organisation et moi travaillons à la tranquillité de la société en offrant une chance à Celles et Ceux qui la méritent."

Désignant Aelyne de la main:

    "Toi la jolie trykette comment t'appelles tu ?

    _ Ne Eis Ubbae Ser-Kin, que puis-ne pour Lie Ser-kin ?

    _ Tu as l'air raisonnable, que penses-tu de notre proposition ?

    _ Ne pense Ser-Kin... que nous n'aurons pas de meilleure offre ici et qu'il serait... vraiment stupide de repousser cette offre généreuse... sans aucun doute, j'aspire à retrouver ma juste place dans la société"
    Aelyne baisse les yeux après avoir jeté un regard discret à son groupe.

    _ Bien..."

    Le Matis regarde ostensiblement vers la fosse:

      " d'autres question?
      Nec?
      Ne soyez pas timide...

      Laye maie,
      Dans ce cas, ceux que cela intéresse, peuvent venir signer un contrat de base.

      Ils pourront ainsi intégrer Ore Altae :

        Notre Glorieuse Académie forme l'élite des domestiques.
        Les Meilleurs d'entre vous auront le privilège et la chance de servir les personnages les plus important de notre Société!
        En échange de ce cela vous serez logés, nourris et payés, que vous soyez en Service ou non.
        Enfin, quand viendra le jour où vous ne serez plus apte à rendre le Service, Ore Alte Veillera sur vos vieux jours. "

Edited 3 times | Last edited by Aelyne (6 months ago)

#53 Multilingual 

Bon, j'vais pas m'étendre sur le voyage.
Il s'est passé tranquillement, y'a pas grand chose à dire.
Un groupe de fervents pèlerins de Jena escortés par plusieurs mercenaires Fyros et Matis armés sur leurs mektoubs.
Ça passe pas inaperçu.
Mais personne ne s'approche pour contrôler.
Les Cantiques à Jena suffisent en général à faire fuir les curieux.
Pour les autres, les gardes se sont montrés... efficaces.
Mais, ce n'est pas le plus important.

Après avoir signé le contrat, sans trop prendre le temps de le lire,
on nous a ordonné de nous tenir prêtes pour partir dès le lendemain.
On s'est tapé le rangement, le nettoyage, etc... en quatrième vitesse.
Le matin de notre départ, la lumière apparaissait à peine, il pleuvait.
Ils nous ont amenées dans la cour à proximité d'la "Fosse".
Devant nous ils ont extrait le Fyros qui après une nuit humide et froide s'était "calmé".
Je me souviens de son regard vide quand ils l'ont rejeté dans l'enclos.
Pour moi le message était clair.
Je devais quitter ce camps dès que possible et puisque j'avais signé avec Ore Altae,
il me suffisait de les laisser me ramener dans le Royaume.
Là-bas, je trouverais certainement l'occasion de m'enfuir et de faire valoir mes droits.
Pour le moment, je jouais le jeu et me conduisais en parfaite petite trykette soumise et obéissante.

Malheureusement, j'étais naïve.
J'ai compris mon erreur quand les portes de l'Académie d'Ore Altae se sont refermées derrière moi.
Nous étions enfermées dans une sorte de citadelle construite sur une branche isolée du marais supérieur.
Le tout était surveillé par des gardes portant les insignes des esclavagistes.

A notre arrivée, nous avons eu le droit au discours de bienvenue de la Milae, une vielle matis aigrie et bouffie de son importance.

Je ne la connaissais pas alors, mais cela a changé.[...]

Last edited by Aelyne (5 months ago)

#54 Multilingual 

[...] Milae est debout sur une estrade au milieu de la cour. Derrière elle, Margaritta, se tient droite .

" Bienvenue... bienvenue...

Nous sommes heureux de vous compter maintenant parmi nous.

Je sais que le voyage a été fatiguant et que vous aspirez à manger et vous reposer.
Mais avant cela je me dois de vous faire lecture du règlement de cet endroit qui sera dorénavant votre foyer.
Si vous rencontrez des difficultés, n'hésitez surtout pas à vous en ouvrir à vos professeurs.
A partir de maintenant, ils seront pour vous des parents attentifs, justes mais sévères.
Vous êtes tous nos enfants et nous mettrons tout en œuvre pour que vous donniez le meilleur de vous-même à ce merveilleux projet qui est le vôtre."

La Vielle Matis un peu décrépie marque un temps, balayant les groupes de son regard dur et acéré.

" Bien, commençons:

    1/ vous êtes libre de dénoncer votre contrat à tout moment. Pour cela il suffit d'en faire la demande. Ore Altae se réserve toutefois le droit de vous demander le remboursement de l'ensemble des frais engagés pour votre formation.

    2/ Durant votre formation initiale vous serez logé, nourri, habillé, et recevrez un salaire. En contrepartie de la générosité d'Ore Altae et de ses Professeurs, vous devrez participer à l'entretien des locaux de l'école et à celle des lieux mis à votre disposition. Vous devrez en outre quotidiennement remercier notre Sainte Mère Jena pour l'ensemble des bienfaits qu'elle vous prodigue.

    3/ Par le contrat que vous avez signé: vous vous engagez à obéir en tout point à vos Professeurs et aux Représentants D'Ore Altae. Toute infraction sera soumise à une échelle de peines allant de l'amende à l'exclusion de l'école.

    4/ Durant votre Formation tout mariage est interdit. En conséquence: toute relation intime avec un étudiant de l'autre sexe est totalement prohibée. De même : tout comportement déviant, pervers ou contre nature est totalement prohibé. Lors du premier incident, les coupables seront punis mais conserveront leur statut d'étudiants. En cas de récidive, les membres incriminés seront immédiatement exclus de la formation avec la perte immédiate des avantages et autres droits dont ils auraient pu se prévaloir.

    5/ Les Professeurs et les Représentants d'Ore Altae s'engagent à mettre en oeuvre l'ensemble des moyens à leur disposition pour amener l'étudiant au dévelopement total de son potentiel. Vous réfererez à l'article 3 pour savoir comment leur permettre de remplir leur mission à votre égard.

    6/ Vous faites maintenant partie de la famille Ore Altae. En tant que tel, vous devez le respect et l'obéissance à vos ainés. De même, vous devez l'assistance à vos condisciples, en les aidant à atteindre l'excellence. Pour cela, toute manquement à ce règlement par l'un de vos condiciple doit être rapporté. Ces rapports sont encouragés et seront récompensés.

    7/ La route sur laquelle vous vous engagez est celle de la recherche de la perfection. En conséquence : vous serez évalués et notés continuellement. Les meilleurs seront récompensés. Les nonchalants seront punis.

    8/ Vous devez être disponibles, propres, coiffés, discrets et mesurés en toute chose et à tout moment. En conséquence: ..."

...Je te passe l'ensemble de la liste des règles. Elle est encore longue et nous avons du l'apprendre par cœur.
Pour le reste j'ai été lavée, épouillée, habillée et nourrie.
Puis, nous avons été répartis entre les différentes chambrées que compte l'école.

À partir de cette instant, j'étais devenue une apprentie des "Bawaabs Plaisants". En tant que telle, j'étais en bas de l'échelle.

La surveillance de mes pairs et les corvées ne me laissaient pas le moindre instant pour songer à m'évader.
La moindre déviance ou infraction, réelle ou non, était sanctionnée.

Le plus souvent ce n'était que la perte de points pour soi et sa maison. Mais il y avait aussi les amendes qui venaient grossir la dette contractée avec Ore Altae.

Dans les cas les plus graves, il y avait le bâton et le Cabinet de réflexion.[...]

Edited 2 times | Last edited by Aelyne (5 months ago)

#55 Multilingual 

[...] Les points attribués ou retirés aux "étudiants" et aux chambrés servent à hiérarchiser les élèves et les maisons.

Les meilleurs reçoivent des primes et des exemptions de corvée.
Quand aux derniers, ils subissent la honte, des pénalités et deviennent l’exutoire de l'ensemble des frustrations des autres élèves.
Ils sont astreints aux pires corvées.
Cela maintient tout ce petit monde dans une saine émulation, gardant chacun dans l'illusion de pouvoir devenir une personne exceptionnelle.
Mais, pour les esprit Obtus, les cas résistants et les problèmes les plus grave: Il y a Le "Cabinet de réflexion".

Derrière ce nom si tranquille, si anodin, se cache une torture raffinée mais si simple.
Je dois te raconter mon expérience de ce lieu craint par tous...

Cela faisait six mois que j'étais arrivée dans l'école. Je n'étais plus une apprentie.
Depuis deux semaines, les "Bawaabs Plaisants" étaient leaders du classement.
Holeth approchait et nous étions toujours en tête.
Malgré l'autorisation de se lever plus tard ce jour là, nous avions déjà fini le rangement et le ménage de notre dortoir.

C'est à ce moment que notre professeure Lichini Sicco suivi de Jirni, une jeune matis des Yubos Adroits, entrent dans notre chambrée d'un pas décidé.

Subitement, dans un silence surnaturel, tout le monde se place debout bien droit devant son lit bien fait.
La maudite Lichini inspecte les pajots, distribue les réprimandes pour une couverture pas assez tendue, une poussière laissée sur le haut d'une armoire, un chignon mal serré... bref la routine.
Quand la Professeure arrivent devant moi, elle m'inspecte dans les moindres détails et commente:
"Petite Ubbae? Parfaite, comme d'habitude..."
Je garde humblement les yeux baissés, attendant la suite.

Lichini Sicco continue sans me quitter des yeux:
"Jirni, voulez-vous me montrer ce dont vous nous avez parlé?
— Syl Serae-Kin."
Jirni s'avance hésitante vers mon armoire. Elle la tire.
Un trou caché sous la tapisserie apparait.
L'homine des "Yubos Adroits" plonge sa main dans le trou.
Elle en ressort une longue aiguille façonnée dans une lame de parquet en bois dure et des notes sur du papier subtilisé.

Triomphale, elle tend les objets vers notre...
...Tortionnaire.


Lichini Sicco prend les notes qu'elle parcourt rapidement un sourire mauvais sur les lèvres.
Puis, elle examine l'arme d'un air dubitatif:
" Joli travail petite Ubbae, nous ne vous connaissions pas ces talents. Mais que comptiez-vous en faire?

    — Ne sais nec à qui sont ces... objets, Serae-Kin. Mais, Ne peux enquê....
    — SUFFIT! Ne nous prenez pas pour des yubos, petite homine ! Ces objets violent plusieurs règles et vous le savez ! La réparation des dégâts que vous avez causés vous sera imputée ! Par ailleurs, je vous retire 50 points et l'ensemble des membres de cette chambrée se voit retirer 25 points pour ne pas vous avoir dénoncée. Enfin, je retire 300 points de plus à la chambrée des Bawabs plaisants pour avoir été négligents en ne signalant pas la détérioration de ce mur."

Excédée, je ne peux m'empêcher de me redresser, un sourire méprisant aux lèvres.

La réaction de Lichini Sicco est immédiate, elle me frappe au visage, en criant:

    "COMMENT OSES TU? TOI, LA MOINS QUE RIEN!"

Me protégeant du mieux que je peux :

    "Syl, pardonnez Ne Serae-kin l'impure esclave-wivan que ne ..."

Lichini Sicco me coupe immédiatement la parole:


    "AU CABINET DE RÉFLEXION IMMÉDIATEMENT!

    IL N'Y A AUCUN ESCLAVE ICI...

    Vous avez tous signé un contrat d'apprentissage, ne l'oubliez pas!


    Petite Ubae, vous réfléchirez trois jours à la perversion de votre esprit inférieur. "
[...]

Last edited by Aelyne (5 months ago)

#56 Multilingual 

[...] Je dois avouer que je garde un souvenir très confus de cette punition.
Le "Cabinet de réflexion" est une sorte d'armoire molletonnée où vous ne pouvez ni vous asseoir, ni vous coucher et encore moins rester debout.
Vous êtes maintenue dans le noir absolu et ne percevez qu'un ronronnement très assourdi.
Pour vos besoins naturels il n'y a rien de prévu.
Cela fait qu'au début vous êtes agressé par les odeurs ammoniaquées et de pourriture laissées par vos prédécesseurs.

Enfermée dans cette boite, La première chose que j'ai perdu c'est la notion du temps.
Je savais que je ne devais pas laisser mon esprit aller tout seul.
Aussi, j'ai commencé à réciter à voix haute la bible Kara puis les chants des Chroniques Matisses.
Quand j'en suis arrivée aux sagas trykeri, les choses ont commencé à devenir flou, j'avais du mal à conserver ma concentration et à me souvenir...

C'est à ce moment que mes pensées ont dérivé vers mon enfance avec Sul et ny'Cani, mes difficultés d'intégration lors de mon arrivée dans l'académie à Yrkanis avec cette pimbêche de Pébra.
Tout cela se mélangeait dans un chaos terrifiant. C'était très confus et déprimant.
Désespérée, j'ai commencée à me lamenter puis à pleurer.

A un moment, ma mère est venue. Elle m'a serrée dans ses bras, pour me consoler.
J'ai senti tous son amour dans la chaleur qui se dégageait de ma poitrine.
Elle me parlait doucement, me chantant des chants ranger.
Quand je me suis calmée, elle m'a pris par la main et nous sommes parties...
Elle m'a emmenée dans un lieu peuplé d'ombres sombres et menaçantes.
Nous sommes finalement arrivées dans un Arbre Manoir.
Là je me suis endormie dans les bras noueux de cette Mère qui me berçait doucement.

Quand la porte c'est ouverte, je me suis éveillée, épuisée, chancelante et très désorientée par la violence de la lumière.
Je ne savais plus où j'étais. J'avais du mal à suivre une explication ou une conversation.
Serae Perni l'auxiliaire de la maison des Bawaab Plaisants m'a immédiatement pris en charge.
Elle aussi avait connu le Cabinet de réflexion.
Elle m'a raconté comment elle s'en était sorti et comment elle en était arrivée à occuper ses prestigieuses fonctions.
Dans les jours qui ont suivi, sa gentillesse et sa compassion m'ont beaucoup aidé.
J'ai même cru, alors, que le cabinet de réflexion avait été une chance pour moi...
Cette expérience m'avait transformée, me rendant plus forte, plus "exceptionnelle" [...]

Edited 2 times | Last edited by Aelyne (5 months ago)

#57 Multilingual 

[...] Après cela, je n'ai que des souvenirs confus de mes journées.
C'était comme si je n'étais plus vraiment la même.
Pour moi, chaque manifestation de satisfaction de Serae Perni ou, mieux, de mes professeurs,
était une source de bonheur absolu.
Ils étaient devenus infaillibles. Leur parole ne pouvait être autre chose qu'une expression de la vérité.
Je ne pouvais même pas concevoir d'imaginer remettre en cause la loi d'Ore Altae.
Cet état a duré plusieurs mois.
Mais imperceptiblement, tout doucement, la petite trykette que j'avais été est discrètement remontée à la surface.
Au début, cela s'est manifesté par de petites initiatives sans importance qui me valurent de petites récompenses.
Comme j'en voulais toujours plus, j'ai continué dans cette direction.
Tant et si bien que le temps passant, j'ai été convoquée dans le bureau de la directrice de l'école.

Le matin, quand nous arrivons dans l'antichambre des bureaux de Serae MMilae, Serae Pini, l'auxiliaire Yubos Adroits, est présente.
Elle est accompagnée par Jirni.
Ser O'Cauer vérifie une dernière fois ma tenue et m'annonce auprès du secrétaire qui nous fait signe de patienter.
À cet instant, cela fait plusieurs mois que je n'ai pas croisé Jirni.
Comme mon passage dans le cabinet de réflexion, elle était entièrement sortie de mon esprit.
Mais je la vois, là, en face de moi, et tout me revient.
L'auxiliaire de ma maison remarque ma pâleur subite et s'inquiète :

    "Tenez-Lye Ubbae...
    Avez-Lye mangé ce matin?
    _Syl Ser O'Cauer, Ne vais bien, seulement un peu de tension à l'idée de rencontrer Serae Milae."

Le tryker rassuré opine satisfait.
Vingt minutes plus tard, le secrétaire nous fait pénétrer dans l'un des Cénacles d'Ore Altae. [...]

Last edited by Aelyne (3 months ago)

#58 Multilingual 

[...] Plusieurs mois ont passé depuis cette entretien...
Ce jour dans le bureau de la Milae j'étais tendue et inquiète de réussir.
Probablement plus que lorsque j'ai passé mon examen final à l’Académie.
Il faut bien l'avouer, évaluer ma capacité à quitter l'enceinte de l'école était bien l'objet de cette entretien.
Heureusement, l'ombre du Cabinet de Réflexion et le travail de dressage de l'école masquaient toujours mon individualité.
Je n'étais pas encore totalement redevenue celle que j'ai toujours été...

... Nous entrons silencieusement dans la pièce.
Derrière le grand bureau Milae est assise dans un immense fauteuil de cuir.
La professeure Serae Lichini Sicco est assise face à sa responsable.
La Directrice consulte les documents que la professeure d'Aelyne vient de lui remettre.
De temps en temps Milae porte une tasse à ses lèvres.
Nous restons là debout silencieusement derrière la Lichini.
Je reste légèrement en retrait, les yeux baissés sans pour autant rien perdre de tout ce qui se passe.
Au bout de quelques minutes la Directrice s'adresse à la professeure responsable de la maison des Bawaabs Plaisants :

    " Voici donc votre dernière candidate au service actif.
    — Syl Serae, voici Ubbae que ne propose à votre évaluation.."
Aelyne, en silence, fait le tour du bureau pour remplir avec soin et discrétion la tasse de Milae puis reprend sa place derrière Pini. L'homine ne semble pas avoir remarqué et continue:

    "La petite Ubbae... Syl, ne me souvient d'elle.
    Une bonne élève, Nec exceptionnelle certainement, mais un bon élément tout de même.
    Selon Lye, elle est donc prête à servir?
    — Cela sera à Lye d'en décider, serae. Elle connait les règles du service.
    Elle y est habile et concentrée.
    Bien que sa sève ai été un handicap certain dans son projet, son éducation a été un succès complet.
    Elle a parfaitement intégré ce qu'est sa fonction et sa place dans la société.
    Sans vulgarité, elle est agréable à regarder et se tient toujours comme il se doit.
    Elle parvient toujours à remplir son office sans jamais s'imposer le moins du monde.
    Elle maitrise parfaitement ses chiffres, ses lettres et a même acquis quelques notions de litterature.
    Avec un peu d’expérience, de volonté et sa bonne éducation, elle pourrait peut être même espérer devenir un jour la gouvernante d'une Maison mineure. "
Aelyne qui s'est approchée à nouveau ramasse une boule de papier tombé au sol.
En silence elle la pose dans la corbeille puis reprends sa place les yeux toujours baissés.

    "Laye Maie... Nous la testerons plus avant dans nos bureau d'Yrkanis.
    Cela lui permetra de prendre facilement de l'experience.
    Nous pourrons ainsi commencer à lui chercher un contrat.
    J'espère que cette nouvelle Nityaenae ne nous apporte pas d'ennuis cette fois.
    Serae Lichini Sicco, préparez notre élève. elle partira demain...

    Lye pouvez disposer."

...Après mon arrivée à la capitale, Je n'ai pas eu le droit de quitter les Bureaux d'Ore Altae pendant deux mois.
Si proche de toi ny-Fleur et de ny-Canillia je trépignais, mais je devais patienter.
Toujours encadrée par un élément de confiance totalement dévoué à l'Organisation, je n'étais jamais seule.
Avec impatience j'attendais que l'on me permette de sortir...

Edited 2 times | Last edited by Aelyne (3 months ago)

uiWebPrevious1234uiWebNext
 
Last visit Sunday, 14 April 13:42:34 UTC
P_:

powered by ryzom-api