English French German Spanish Russian
Les tribulations de Jalindra - ROLEPLAY - Ryzom Community ForumHomeGuest

ROLEPLAY


Les tribulations de Jalindra

Le mariage

Jalindra était dans tout ses états. Après toutes ces heures passées à tout organiser, la cérémonie, les invités, les robes... le grand jour était enfin arrivé !

Elles avaient du trouver le juste milieu entre les différentes cultures, les homines voulant un mariage qui leur ressemble, une cérémonie où les 4 continents seraient représentés.

 

Après de nombreuses discussions, elles avaient finit par se mettre d'accord. Une des coutumes trycker était de faire une course de mektoub et elles trouvaient ça parfait pour commencer le mariage ! Elles ne voulaient surtout pas d'une cérémonie trop formelle et interminable où tout le monde finit par somnoler en attendant que ça se termine. La course partirait donc de l’étable de fairhaven pour arriver jusqu'à un véritable havre de paix : Une île paisible surplombant une cascade, dont le clapotis se mêlait au murmure de la brise agitant doucement les feuilles des palmiers...

Ce coin enchanteur n'avait pas été choisi que pour sa beauté,mais aussi pour son aspect symbolique. En effet, c’était l’île où elles étaient devenues amantes et les homines ne voyait pas de meilleur endroit pour s'unir que le lieu qui avait déjà été témoin de leur amour.

 

Pour représenter les fyros, quoi de mieux que des tonneaux de bière ? C’était peut être un peu cliché, mais aucune de leur traditions de leur convenaient et elles n'avait jamais vu de fyros amateur d'eau !

 

Leurs tenues seraient en grandes parties matis, leur longues jupes se mariant à merveille avec un bustier trycker. Leur pieds resteraient nus pour rester dans l'habitude vestimentaire de shaakya.

 

Des haïkus, ces courts poèmes zorai, seraient récité pendant la cérémonie. Na djai'tal, qui avait accepter de les marier, avait aidé les homines pour la traduction.

 

Jalindra, qui sentait que son homine était autant angoissée qu'elle, pris la main de Shaakya pour rejoindre l’étable de Fairhaven où elles devaient retrouver leurs invités.

 

Tout leurs amis avaient répondu présent : Na djai'tail (heureusement, sinon le mariage aurait été compromis!) Anyumé, Zoro'argh et Kiwalie qui étaient leurs témoins, Mogala, Kyshala, Eeri, Phaozu, Krill, Fyrenskaken, Osquallo et Corwin.

 

Zoro, nadj et anyumé étaient partis en avant pour arbitrer la course alors que les autres préparaient leurs toub. Krill avait tellement chargé le sien de tonneaux de bière qu'il était étonnant que la pauvre bête avance encore, mais il devait avoir l'habitude vu la vitesse à laquelle il s’élança des que le départ fut donné !

 

La course se déroula dans un joyeux foutoir, Krill prenant la tête avec Shaakya la talonnant alors que Mogala, arrivé depuis peu sur le continent, prenait un chemin totalement alambiqué. Jalindra le pris en pitié en l'entendant pester contre les cartographes qui ne tenaient aucun compte du relief et le suivi pour essayer de l'aiguiller.

 

Le but était de trouver Anyumé qui s’était cachée sur l'île et se fut krill, qui avait bien pris soin d'arriver avec l’intégralité de ses précieux tonneaux, qui remporta la course sous les bougonnement des perdants.

 

Les toubs furent installés à l’écart alors que les futures mariées s’éclipsaient le temps de se changer. C'est sous le regard admiratif de leurs amis qu'elles ré-apparurent en robe de mariée en se serrant la main, aussi émue l'une que l'autre. Elle découvrirent ébahies que leurs amis avaient décoré leur île de lampadaires alignés jusqu'au lieu de cérémonie. L'effet était magnifique, la lumière tamisée se mêlant au soleil couchant pour éclairer les lieux accentuant le calme de l'île.

 

Elles s’avancèrent jusqu'à l'autel suivies des invités où Na Djai'tal les attendait en souriant. Il se pencha pour cueillir deux fleurs qu'il tendit aux homines avant de commencer :

 

  • « Comme vous le savez, nous sommes ici pour accompagner nos deux amies pour une occasion spéciale. Mais je pense que le mieux serait qu’elles nous disent elles-même pourquoi elle souhaitent se marier et nous ont donc conviés ici. Shaakya, Jalindra pourquoi voulez-vous vous marier? »

 

Jalindra plongea dans les yeux de shaakya cherchant à se rassurer. C’était à elles de déclamer le texte qu'elles avaient préparé et elle avait peur de rater une phrase ou de bafouiller. Shaakya pris doucement ses mains avant de réciter :

 

  • « Avant de te connaître, je pensais que le mariage c’était se mettre des chaînes qui emprisonnent… 

  •  Avant de te connaître, je pensais que le mariage était synonyme de malheur et de souffrances…  répondit Jalindra émue.

  •  Mais je sais maintenant qu’un lien peut être aussi doux que de la soie.

  • Mais je sais maintenant que le bonheur peut durer éternellement.

  • J’avais des amis et des amants, mais je leur demandais beaucoup trop et je me sentais seule.

  • Je vivais en ermite dans le désert après avoir perdu mon homin et mes amis.

  • La première image que j’ai de toi, c’est quand tu as soufflé sur l’izam qui avait mangé une partie du message de ta candidature à la guilde Hoodo. »

 

Jalindra sourit en se souvenant de la scène et serra doucement ses mains avant de poursuivre :

 

  • « La première image que j’ai de toi, c’est ton visage plein de malice, ton crâne chauve et tes pieds nus qui te donnait un petit air bohème. 

  • Nous nous sommes rencontrées à la taverne de Pyr pour ne plus nous quitter. 

  • D’abord amies, nos liens n’ont cessé de se resserrer

  • Tu as retrouvé ma cousine Kyshala alors que tout le monde la croyais morte.

  • Nous sommes devenues amantes alors que je ne croyais aimer que les homins. »

 

Jalindra vit na Djai'tal sourire avant de se retourner vers shaakya qui reprenait : 

 

  • « Tu as réalisé mon rêve en m’emmenant faire le tour d’Atys à dos de mektoubs.

  • Je t’ai demandé en mariage parce que je voulais que tout le monde sache à quel point je t’aimais.

  • Et je t’ai dit oui parce que c’était une évidence, nous étions liées

  •  La mort nous a effleuré déjà plusieurs fois 

  • Assez pour comprendre qu’on ne pouvait survivre sans l’autre.

  • La mort ne nous séparera pas.

  • Nos sèves se mêleront l’une à l’autre

  •  Pour n’en faire plus qu’une.

  • A jamais unies »

 

Jalindra avait du mal à contenir son émotion et c'est d'une voix tremblante qu'elle repris :

 

  • « El makèch mayumé.

  • El makèch mayumé. »

 

C'est avec le même émoi que les deux homines s’embrassèrent sous les yeux embués de leurs amis . Elles entendirent Na Djai'tal tousser pour capter leur attention et celui ci continua :

 

  • « Est-ce que quelqu’un veut prendre la parole pour dire un mot aux mariées? »

 

les homines virent Kiwalie s'approcher en prenant une grande inspiration avant de réciter un poème :

 

  • « Un petit cœur sème

    des petits cœurs à cueillir

    par deux petits cœurs

    les vôtres… »

 

C'est en souriant qu'elles remercièrent leur amie avant de voir zoro'argh approcher. Le pauvre trycker n’était pas très à l'aise pour les discours et elles le virent passer par toutes les couleurs avant de prendre la parole :

 

  • « Voies à l’unisson

    Deux lucioles dans la nuit

    S’éclairent la route »

 

Avec beaucoup d’émotion elles rassurèrent leur ami qui s’inquiétait de sa performance. C 'était tellement touchant qu'il ai fait l'effort de partager ce si joli poème !

 

Ce fut au tour d'Eeri d'approcher :

 

  • « Je voudrais dire un petit mot, moi aussi. Je ne vous dirai pas de poème, mais juste un petit mot… J’ai connue Shaakya alors qu’elle sortait tout juste de l’enfance. Ça c’est bien arrangé depuis! Je l’ai prise sous mon aile, pour honorer la promesse que j’avais faite à Kyshala. Nous avons été proches, très proches même. Hélas, je n’ai jamais été présente comme il le fallait pour cette admirable fyrette… J’ai suivi mon désir de partir, à la recherche de… Peut-être de moi même… Aujourd’hui, je suis heureuse pour toi, Shaakya, et pour toi, Jalindra. Je vous souhaite tout mon bonheur… » 

 

Jalindra hocha la tête pour la remercier tandis que Shaakya, visiblement très émue, bredouillait un merci presque inaudible.

 

Elles virent Kysahala qui attendait son tour prendre la parole :

 

  • « Je voudrais dire un mot. Je suis la cousine de Shaakya… pour ceux qui ne me connaissent pas. J’ai… vécu le deuxième grand essaim… et j’y suis morte… Tout le monde me croyait morte d’ailleurs… Pourtant Jalindra a tout fait pour me retrouver… pour retrouver la cousine de son amie Shaakya… et… je suis heureuse ’aujourd’hui parce que ma petite cousine a trouvé son âme soeur. Merci à toi, Jalindra! C’est à toi maintenant de prendre soin d’elle. »

 

Elle partit se rasseoir alors que Fyrensaken prenait sa place :

 

  • « Je suis persuadé que chacune d’entre vous trouvera en l’autre ce qu’elle a toujours cherché, que dans l’adversité, chacune trouvera soutien auprès de l’autre, que votre amour perdure au-delà des temps. Moi aussi… je vous souhaite mes meilleurs vœux de bonheur »

 

Jalindra se rendait compte de la chance qu'elles avaient d'avoir de tels amis et était heureuse. Cela contrastait tellement avec la période sombre qu'elle avait vécu avant !

 

Comme plus personne ne semblait vouloir parler, Na Djai'tal repris :

 

  • « Je souhaiterais également ajouter quelque chose… Avec les zoraïs, c’est soit un haiku, et c’est rapide, soit c’est un conte, et c’est plus long… J’ai choisi la seconde option, mais comme nous sommes dans les Lacs, j’ai essayé de donner une teinte tryker au récit… »

 

Cet homin était un formidable conteur et c'est avec plaisir que tout le monde lui accorda son attention lorsqu'il commença :

 

 

  • « Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, l’Amour y compris.

    Un jour on annonça aux sentiments que l’île allait couler. Ils préparèrent donc leurs bateaux et partirent.

    L’Amour voulait rester jusqu’au dernier moment. Quand l’île fut sur le point de sombrer, l’Amour décida d’appeler à l’aide.
    La Richesse passait à côté de l’Amour dans un luxueux bateau. L’Amour lui dit :
    - “Richesse, peux-tu m’emmener ?”
    - “Non car il y a beaucoup de dappers sur mon bateau. Je n’ai pas de place pour toi.”
    L’Amour décida alors de demander à l’Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau :
    - “Orgueil, aide moi je t’en prie !”
    - “Je ne puis t’aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau.”
    La Tristesse étant à côté, l’Amour lui demanda,
    - “Tristesse, laisse moi venir avec toi.”
    - “Ooh… Amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule !”
    Le Bonheur passa aussi à côté de l’Amour, mais il était si heureux qu’il n’entendit même pas l’Amour l’appeler !
    Soudain, une voix dit :
    - “Viens Amour, je te prends avec moi.”
    C’était un vieillard qui avait parlé. L’Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard.
    Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla. L’Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir :
    - “Qui m’a aidé ?”
    - “C’était le Temps” répondit le Savoir.
    - “Le Temps ?” s’interrogea l’Amour. “Mais pourquoi le Temps m’a-t-il aidé ?”
    Le Savoir sourit plein de sagesse et répondit :
    - “C’est parce que Seul le Temps est capable de comprendre combien l’Amour est important dans la Vie.” »

 

C'est dans l’émotion générale que le récit s'acheva. Les yeux brillants, Na Djai'tal repris :

 

  • « Si les témoins veulent bien s’avancer pour lier symboliquement les mariées. »

 

Zoro'argh s'approcha pour prendre la liane alors que Shaakya expliquait :

 

  • « Voici la liane qui a accompagné notre sommeil nous liant lors de nos nombreuses nuits perturbées tant par mon somnambulisme, que par l’infection de Jalindra par la goo. Elle fut mon rempart contre mes escapades nocturnes dans la kitnière motivées par la recherche inconsciente de ma cousine. »

 

Zoro'argh pris la liane et l'attacha au poignet de jalindra tout en disant :

 

  • « Nous sommes les témoins du lien qui vous uni l’une à l’autre »

 

Kiwalie s'approcha à son tour pour accrocher l'autre bout au poignet de Shaakya en prenant la parole :

 

  • «  Que ce lien soit le symbole de celui qui existe entre vous ».

 

C'est sous les notes de musique de la guimbarde dont Fyrensaken jouait que les homines se firent face pour déclamer le Haiku. Jalindra devait le réciter en langage zoraï alors que Shaakya le traduisait :

 

  • « zaadi’i né-an 

  • Les graines malheureuses 

  • pai akaba na shi-zi

  • oublient leurs soucis et ne deviennent qu’une Graine de vie

  • la liliko le

  • Pour faire germer une fleur »

 

C'est en souriant que Jalindra prit doucement la main de son homine pour y faire passer une bague d'ambre aussi fine qu'une liane. D'une voix tremblante elle en lu l'inscription à voix haute :

 

  • « Notre lien est indestructible»

 

Shaakya à passé à son tour la bague au doigt de son homine en lisant :

 

  • « A jamais réunies »

 

Puis, sous le regard émerveillé des invités, elles se mirent à lancer ensemble le sort qu'elles avaient préparé, entourant leur corps de lumière. C'est sous les acclamations de leurs amis qu'elles se sont embrassées, étant à présent officiellement liées par le mariage...

 

Les homines étaient tellement bien dans leur bulle qu'elles eurent du mal à se détacher. Mais leurs amis n’étaient pas venus les mains vides... et ils se succédèrent tous pour offrir leur présents.

 

Jalindra n'avais jamais reçu autant d'attentions ! Elles reçurent des fleurs, des plats succulents, des armes, des bijoux, qu'ils soient de valeurs ou purement sentimentaux, les homines furent comblées par ces cadeaux. Et c'est sous un magnifique feu d'artifice qu'elles ouvrirent les tonneaux de bière et que la fête commença. Les homins se retrouvèrent vite à jouer dans l'eau comme des enfants alors que la bonne humeur, l'alcool et les cookies aux termites de Kiwalies coulaient à flots .

 

Quand la fatigue commença à se faire sentir, et que la plupart des invités se révélèrent incapable de marcher droit, les mariées se retirèrent. Shaakya avait préparé un tipi rempli de bougies parfumées, d'huile de massage et d'un bon bain chaud, et c'est dans ce doux cocon qu'elles passèrent leur nuit de noce...

---

Jalindra, Hoodo-jin
Son histoire : jalindra
Show topic
Last visit Thu Jul 18 11:25:40 2019 UTC
P_:

powered by ryzom-api