English French German Spanish Russian
Quand dansent les sèves ... - ROLEPLAY - Ryzom Community ForumHomeGuest

ROLEPLAY


Quand dansent les sèves ...

Petit préambule HRP : il s'agit de la suite de ce qu'il se passait ->ici<-, pour Fey-Lin et Ranka, durant ces huit ans que dure l'exode suite au second Grand Essaim. Cela prendra un certain nombre de textes, voici le premier.

Fallenor, 4e CA 2562, jour inconnu.


Aujourd'hui, sans savoir pourquoi, il semblait à Fey-Lin qu'elle avait évacué tout son chagrin. Oh elle pleurerait encore assurément son défunt époux, Kaikyo, qui avait donné sa vie le jour de l'Exode du second Grand Essaim, mais cela aurait cessé d'être un tourment permanent. Contrairement à bon nombre d'autres homins, elle s'en doutait, il n'avait pas péri en protégeant un cortège de réfugiés sur le chemin pour l'Oasis Secret des Kamis, non. Il avait péri pour sauver l'âme corrompue d'un homin, Kiriga, tout en permettant que la famille Lae Lia sauve l'une des leurs. Fey-Lin apprendrait plus tard de ses sauveurs que pour ceci, ce fut un échec. Par contre elle se souviendrait toujours comment Kiriga avait vaincu son double damné Kiyumé, et s'était sacrifié pour qu'elle, future mère, et Ranka, plus jeune descendant des Lae Lia qu'elle connaissait, survivent.
Finalement, Kaikyo avait triomphé du mal d'un homin, et en avait sauvé deux autres.
Maigre consolation : son époux lui manquerait terriblement.

Fey-Lin se leva en embrassant Ranka, puis sortit de la tente où ils étaient logés pour enfin prendre la mesure de leur situation. Ses habits nin-ka paraissaient sales, elle les avait noircis en signe de deuil, à la va-vite, et le résultat hétérogène laissait paraître les anciennes couleurs. De même elle avait fait effacer son tatouage : la Plénitude Totale lui serait désormais impossible, elle ne l'avait pas fait remplacer, il n'y avait pas le temps de s'en occuper, pas encore, au camp.

Le camp ... après ce voyage instantané qu'ils avaient fait, Ranka et elle, avec les Dryades, elle ne savait pas exactement où elle se trouvait, mais elle pouvait dire à la végétation que ce camp se trouvait dans un recoin isolé de ce qui fut le Royaume. Certains Frères des Plantes avaient ici rejoint les Dryades et monté un camp commun. Sur une grande distance à la ronde, on trouvait des Psykoplas à profusion, avec lesquels il y avait toujours un membre des Dryades en communication, en communion pourrait-on même dire. La sensibilité des Psykopla leur permettait de distinguer et différencier clairement les kitins en approche. A la moindre alerte, tout le monde était prêt à plier le camp et disparaître dans la forêt sans laisser de trace.

Fey-Lin se dirigea vers la tente de l'Ancienne Dryade qui était venue à leur rencontre pour les emporter, Ranka et elle, elle s'annonça en écartant la tenture, puis entra. Comme son hôte lui faisait un signe de tête, elle vint s'asseoir devant cette dernière.

- Deles Silam, Fey-Lin Modin. J'attendais ta venue.
- Deles Silam ... Taliané-ko*.
Son interlocutrice sourit à ce mélange de Matéi et de Taki Zoraï.
- Tu as sans doute de nombreuses questions, prends ton temps pour les poser. Laisse moi me présenter : je me nomme Sevalda Ginti.
Fey-Lin obtempéra, rassemblant ses questions pour les ordonner, éliminant les questions rhétoriques pour aller à l'essentiel, en une gymnastique intellectuelle qu'il lui faisait bon retrouver.
- Ki'atal ...
- Malheureusement, la soeur bleue des Slavenis n'est plus. Nous n'avons pu arriver à temps, mais nous avons ressenti son ultime appel à Atys. Je crois que son âme a choisi de reposer avec celles de sa famille homine, plutôt que de rejoindre celles de sa famille végétale.
Fey-Lin encaissa gravement le coup de cette révélation, Ki'atal lui pardonnerait de ne verser aucune larme pour elle en cet instant, elle en avait déjà trop versé. Ranka était donc désormais sous sa responsabilité jusqu'à sa majorité. Pauvre petit Kami blanc**, soudain sans ses mères ni sa soeur, coupé de ses grands-parents.
- Comment sommes nous arrivés ici ?
- Cela, je ne peux te l'expliquer maintenant, mais je te crois assez intelligente pour le comprendre par toi même, une fois que tu auras appris tout ce que tu dois, par le pacte qui désormais nous lie.
Fey-Lin considéra cette réponse, pensivement avant d'enchaîner :
- L'Exode des homins, a-t-il réussi ?
- J'en suis persuadée. Mais impossible de dire dans quelle mesure cela a été réussi.
- Combien de temps ....
La Matis gardait le silence.
- Combien de temps devrons nous rester ici, Ranka et moi ?
- Le temps qu'il faudra, bien sûr. Au moins pour que vous appreniez, tous deux, ensuite pour que les chemins soient empruntables, au dehors.
Fey-Lin hocha la tête, finalement, il y a des questions triviales qu'on n'évite pas même avec la meilleure volonté du monde.
La Dryade reprit :

- Tu as beaucoups souffert, mais tu es loin d'avoir tout perdu, tu le sais. Prends soin de tout ce que tu as encore, sans arrière-pensée. Nous t'enseignerons ce qui doit l'être. Et tu devras prendre soin de cet enseignement aussi. Va à présent.

Fey-Lin se leva lentement, adressant un signe de tête approbateur à Sevalda. Elle resta ainsi debout, face à la Matis, sans rien dire, un bref instant, puis laissa l'ensemble de ses devoirs actuels l'investir.
Elle sortit de la tente et se dirigea vers Ranka. Il était temps de le consoler avec l'affection qu'il méritait, et non avec cette façade qu'elle avait du afficher lors de son propre deuil.


* Littéralement "Liée aux végétaux", traduction de Dryade (autant que faire se peut)
**Comprendre l'expression "petit Kami blanc" comme "petit ange blond" par exemple, s'agissant d'un enfant tryker vu par une Zoraï.

---

Fey-Lin Liang
Li'laï-ko
Talian-Zu
Show topic
Last visit Thu May 23 17:23:38 2019 UTC
P_:

powered by ryzom-api